Le Palais monumental d’Abiy Ahmed : un projet grandiose qui dépasse toutes les attentes

Un rêve devenu réalité

Dans les collines majestueuses qui surplombent la capitale éthiopienne d’Addis-Abeba, un projet architectural d’une envergure sans précédent est en train de prendre forme. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a dévoilé son plan audacieux de construire un nouveau palais gouvernemental, un véritable symbole de puissance et de transformation. Avec un terrain s’étendant sur 503 hectares, cette entreprise titanesque dépasse en taille des monuments célèbres tels que Windsor, la Maison Blanche, le Kremlin et la Cité interdite de Chine, comme le souligne le magazine “Africa Confidential”.

Le projet, qui était initialement gardé secret, est désormais devenu un sujet de conversation brûlant dans tout le pays. Abiy Ahmed, un homme ambitieux dont la vision de modernisation de l’Éthiopie ne connaît pas de limites, considère cette entreprise monumentale comme une métaphore de la transformation du pays tout entier.

Une conception grandiose

Le nouveau palais gouvernemental ne sera pas seulement un bâtiment imposant, mais aussi un véritable paradis architectural. Parmi les éléments remarquables prévus dans le projet figurent trois lacs artificiels, qui apporteront une touche de sérénité à l’environnement, ainsi qu’une magnifique cascade qui ajoutera une dimension majestueuse à l’ensemble. Une seilbahn (téléphérique) offrira une vue panoramique imprenable sur les environs, tandis qu’un zoo viendra agrémenter le domaine de la faune exotique. De plus, des villas de luxe viendront compléter ce chef-d’œuvre architectural, offrant un lieu de résidence somptueux pour les hauts dignitaires.

Le coût colossal de ce projet est encore sujet à débat. Lors d’une session parlementaire en novembre 2022, le Premier ministre Abiy Ahmed a évoqué des chiffres qui ont fait frémir les esprits. Initialement annoncé à 49 milliards de birr (environ 912 millions de dollars), le coût réel pourrait atteindre jusqu’à 500 milliards de birr, soit près de 10 milliards de dollars. Certains experts estiment même que la facture finale pourrait s’élever à 15 milliards de dollars, dépassant ainsi le budget de l’État éthiopien.

Un financement ambitieux

Malgré le montant astronomique requis pour mener à bien ce projet grandiose, Abiy Ahmed affirme que le palais sera financé entièrement par des donateurs nationaux et internationaux, sans faire appel aux fonds publics. Les Émirats arabes unis, partenaires privilégiés du Premier ministre, sont susceptibles de contribuer de manière significative à cette entreprise monumentale.

Ce n’est pas la première fois qu’Abiy Ahmed entreprend des projets ambitieux. Depuis son arrivée au pouvoir en 2018, il a fait preuve d’une détermination sans faille pour moderniser et transformer l’Éthiopie. Des parcs, des musées, des bâtiments gouvernementaux, un zoo, un marché d’artisanat et une bibliothèque ont vu le jour à Addis-Abeba grâce à ses initiatives. Selon une interview accordée au magazine “New Yorker”, Abiy a même planté pas moins de 18 milliards d’arbres dans le cadre de sa campagne de reboisement.

Les accomplissements et les défis

La renommée d’Abiy Ahmed a atteint des sommets après sa prise de fonction en 2018. Considéré comme un messie par beaucoup, il a libéré des dizaines de milliers de prisonniers politiques, réhabilité des organisations d’opposition autrefois interdites et nommé des femmes à des postes clés de son gouvernement. Son plus grand exploit est sans aucun doute la résolution du conflit séculaire avec l’Érythrée voisine, un conflit qui avait coûté la vie à des milliers de personnes au fil des décennies. Ces réalisations lui ont valu d’être récompensé par le prix Nobel de la paix.

Cependant, le tableau n’est pas entièrement rose pour Abiy Ahmed. Le conflit qu’il a déclenché en novembre 2020 avec la région du Tigré a plongé le pays dans une spirale de violence et de destruction, faisant des centaines de milliers de victimes et engendrant une crise humanitaire majeure. Le coût de la reconstruction après ce conflit est estimé à 20 milliards de dollars, une somme considérable qui mettra à rude épreuve l’économie éthiopienne, autrefois florissante.

Malgré ces défis, Abiy Ahmed reste déterminé à voir son rêve se concrétiser. Il visite régulièrement le chantier du nouveau palais gouvernemental, considérant ce projet comme sa priorité absolue. Pour lui, l’amélioration de son environnement est une métaphore puissante de la transformation de l’Éthiopie toute entière. Il est convaincu que si l’on peut changer les paysages environnants, on peut changer Addis-Abeba, et si l’on peut changer Addis-Abeba, on peut changer l’Éthiopie.

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *