Les Mystères de l’avenir incertain de la Wagner-Gruppe en Afrique

Une révolte éphémère et des conséquences incertaines

Depuis des années, les combattants de la Wagner-Gruppe ont été au service des pays africains. Mais maintenant, cela se retourne contre eux.

Le 23 juin dernier, lorsque les combattants de la Wagner-Gruppe dirigés par Jewgeni Prigoschins ont lancé leur révolte de courte durée, cela a suscité une certaine nervosité en Afrique. Depuis au moins cinq ans, le groupe Wagner est actif sur le continent, considérant celui-ci comme son marché en plein essor. Pour la politique étrangère russe, cette milice a été un outil essentiel pendant cette période. La Russie avait longtemps accordé peu d’attention au continent après la fin de l’Union soviétique, mais elle l’a redécouvert récemment.

Maintenant, après cette mutinerie, il est difficile de savoir ce qui va advenir de la Wagner-Gruppe en Afrique. Vont-ils continuer leurs activités sous la même forme, peut-être sous l’égide du ministère russe de la Défense ? Vont-ils réduire leur engagement ? Ou vont-ils devenir une force imprévisible ? Les conséquences potentielles sont significatives, non seulement pour plusieurs gouvernements africains et leurs populations, mais aussi pour la politique russe en Afrique.

Ce que l’on peut déjà affirmer avec certitude, c’est que les Russes, qu’ils soient diplomates ou paramilitaires, ne sont pas des partenaires stables pour les États africains. Les gouvernements africains se sont tournés vers la Russie en raison de sa promesse d’une aide militaire rapide et sans scrupules, contrairement aux leçons de morale que l’Occident prodigue. Cependant, comme le montre la rébellion de la Wagner-Gruppe, le soutien russe conduit au chaos.

Le laboratoire africain de la Wagner-Gruppe

Depuis 2018, la Wagner-Gruppe a utilisé la même méthode dans plusieurs pays africains : elle soutient des gouvernements faibles et autoritaires en envoyant des combattants russes, en formant des soldats africains et en organisant des campagnes de désinformation. En retour, elle obtient un accès aux ressources naturelles exploitées et exportées par des sociétés affiliées à la milice.

La République centrafricaine est le principal théâtre d’opérations de la milice en Afrique. Les combattants de la Wagner-Gruppe ont aidé le président Faustin-Archange Touadéra à repousser les rebelles et ont ainsi obtenu l’accès à des mines de diamants et d’or. Les combattants de la Wagner-Gruppe sont tenus pour responsables d’exécutions sommaires et de viols en République centrafricaine. Nulle part ailleurs en Afrique, l’influence politique et économique de la Wagner-Gruppe n’est aussi importante. Plus d’une douzaine d’entreprises affiliées à la milice, produisant notamment de la bière et exploitant le bois, sont actives dans la région.

Le Mali est également crucial pour la milice, avec environ 1500 combattants stationnés sur place. Le pays est l’une des principales zones de crise mondiale, sa junte ayant perdu des parties du territoire au profit de groupes jihadistes. Les soldats de la Wagner-Gruppe sont présents au Mali depuis fin 2021, lorsque la junte s’est brouillée avec la France et a fait appel à eux. Les soldats français avaient combattu en vain les djihadistes pendant dix ans auparavant. Des crimes de guerre, dont un massacre d’au moins 500 civils à Moura, sont également imputés aux combattants de la Wagner-Gruppe au Mali.

D’autres bases de la Wagner-Gruppe en Afrique se trouvent en Libye, où la milice soutient le seigneur de guerre Khalifa Haftar et contrôle les installations pétrolières, ainsi qu’au Soudan. Des entreprises affiliées à la Wagner-Gruppe y exploitent des mines d’or, protégées par les combattants de la milice.

Enjeux et avenir incertains

Jusqu’à présent, les intérêts de la Wagner-Gruppe en Afrique étaient symbiotiques avec ceux du Kremlin. Le gouvernement russe a conclu des accords avec la République centrafricaine et le Mali, fournissant des armes tout en niant simultanément la présence de ses propres soldats dans ces pays. L’influence de Jewgeni Prigoschins était basée, avant la guerre en Ukraine, sur ses succès en Afrique.

La guerre en Ukraine n’a guère modifié l’engagement de la Wagner-Gruppe en Afrique. Selon un rapport publié fin juin par l’organisation non gouvernementale The Sentry, qui enquête sur les réseaux criminels multinationaux, la milice a intensifié ses activités en République centrafricaine pendant la guerre. On estime actuellement que près de 5000 combattants de la Wagner-Gruppe sont déployés en Afrique.

Qu’adviendra-t-il de ces combattants à présent ? Les intentions du Kremlin sont claires : reprendre le contrôle direct de la Wagner-Gruppe. Après la mutinerie, Vladimir Poutine a donné trois options aux combattants : se rendre en Biélorussie, rentrer chez eux ou rejoindre l’armée régulière. Jusque-là, tout semble simple. Cependant, la situation en Afrique est plus complexe.

Tout d’abord, les opérations africaines sont dirigées par certains des plus anciens alliés de Prigoschins. Ils commandent des combattants appartenant à l’ancienne génération de la Wagner-Gruppe. Ces combattants ont un fort esprit de corps et une loyauté envers Prigoschin. Pour eux, intégrer l’armée ou une autre formation serait une perte de prestige, d’autant plus que l’armée paie des salaires inférieurs à ceux de la Wagner-Gruppe.

Ensuite, le réseau économique de la milice en Afrique est aussi difficile à contrôler que ses combattants. Il est composé d’une multitude d’entreprises qui, selon le Wall Street Journal, génèrent des centaines de

millions de dollars chaque année. Bien que nombre de ces entreprises soient liées au Kremlin, le tissu de la Wagner-Gruppe en Afrique est si complexe qu’une partie de ces sociétés pourrait devenir autonome.

Il faudra du temps pour clarifier le statut des combattants de la Wagner-Gruppe en Afrique. Les changements souhaités par Moscou ne se mettront probablement pas en place sans difficultés, d’autant plus que les zones d’opérations africaines sont éloignées. Il est envisageable que certaines troupes de la Wagner-Gruppe en Afrique ne fonctionnent plus comme un outil du Kremlin, mais deviennent plutôt un réseau criminel, voire plusieurs organisations criminelles.

Le Kremlin a entrepris plusieurs actions pour rassurer ses partenaires africains après la mutinerie. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que la coopération se poursuivrait au Mali et en République centrafricaine. Des avions gouvernementaux russes ont été signalés entre la Syrie, où des combattants de la Wagner-Gruppe sont également déployés, et le Mali.

Du côté africain, on veut se montrer confiant. Un conseiller présidentiel de la République centrafricaine a déclaré au Financial Times : “Si Moscou veut retirer les Wagner et nous envoyer les Beethovens et les Mozarts, nous les accepterons également”. Ces propos semblaient optimistes. Peut-être étaient-ils plutôt l’expression d’une inquiétude dissimulée. La nervosité est clairement palpable. Le magazine généralement bien informé Jeune Afrique a rapporté que le ministre malien de la Défense, un architecte de l’engagement de la Wagner-Gruppe dans le pays, était sous pression le jour de la mutinerie, “presque fiévreux”.

Cela n’est guère surprenant, car il y a beaucoup en jeu, tant pour la Russie que pour ses partenaires africains. Pour le Kremlin, ce serait une perte de prestige majeure si son outil le plus utile en Afrique cessait de fonctionner comme auparavant. La machine de propagande russe en Afrique, largement soutenue par Prigoschins, a, par exemple, largement exploité le retrait français du Mali. Le Kremlin ne voudra pas renoncer aux avantages économiques de l’engagement de la Wagner-Gruppe, comme l’or du Soudan.

Du côté africain, un vide sécuritaire se profile, et dans le pire des cas, l’effondrement de l’État, qui affecterait principalement la population. La junte malienne joue son va-tout en demandant le retrait de près de 13 000 soldats de la mission de maintien de la paix des Nations unies dans le pays. Selon le gouvernement américain, la Wagner-Gruppe a joué un rôle clé dans cette demande. Fin juin, quelques jours seulement après la mutinerie de la Wagner-Gruppe, le Conseil de sécurité des Nations unies a accédé à cette demande, et les troupes de l’ONU se retireront d’ici la fin de l’année. La junte malienne se retrouve ainsi entièrement entre les mains de la Wagner-Gruppe. Si les paramilitaires russes ne continuent pas à combattre aux côtés de l’armée malienne, la situation dans le pays risque de devenir totalement incontrôlable.

Une chance pour l’Occident ?

Les experts et les diplomates estiment que l’avenir incertain de la Wagner-Gruppe en Afrique offre aux États-Unis et à d’autres pays occidentaux une opportunité. Une experte du Center for Strategic and International Studies à Washington a écrit dans un commentaire : “Les États-Unis et les décideurs alliés ont une occasion fugace de présenter des formes alternatives et stables d’aide et ainsi de limiter l’influence croissante de Moscou”.

Mais quelle forme cette aide devrait-elle prendre, et comment bénéficierait-elle aux dirigeants autoritaires ? Les pays occidentaux et l’ONU ont été (ou sont) actifs en République centrafricaine et au Mali. Cependant, l’engagement russe a corrompu davantage ces États. Les deux pays sont dirigés par des gouvernements qui, avec l’aide russe, mènent une guerre contre une partie de leur propre population.

Maintenant, il apparaît clairement à quel point la promesse russe de rétablir l’ordre, où l’Occident faible aurait échoué, était creuse. Cette promesse reposait sur l’envoi de combattants et d’hommes d’affaires russes qui menaient la guerre contre des civils tout en pillant les ressources des pays. Ceux-ci étaient des criminels, qui ne garantissaient pas la stabilité en Russie ni en Afrique. Ils semaient le chaos.

Personne ne sait ce qui va arriver à la Wagner-Gruppe en Afrique. Il est probable que les gouvernements qui ont fait appel aux combattants russes le regrettent bientôt.

Check Also

Panne Informatique Mondiale du 19 Juillet 2024 : Quand la Technologie Prend une Pause

Imaginez un monde où vos vols sont annulés, vos émissions préférées disparaissent des écrans, et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *