Explosion Intérieure Suspectée Derrière L’Effondrement Du Barrage Ukrainien, D’après Les Experts

Les spéculations autour de l’effondrement du barrage de Kakhovka

Le barrage de Kakhovka, situé au cœur de la zone de conflit en Ukraine, s’est effondré mardi dernier, donnant lieu à de nombreuses spéculations. Selon les experts en ingénierie et en munitions, il est probable qu’une explosion délibérée à l’intérieur du barrage soit à l’origine de cet incident. Si un défaut structurel ou une attaque extérieure pourraient également expliquer le désastre, ces hypothèses semblent moins plausibles.

Les autorités ukrainiennes accusent la Russie d’être à l’origine de l’effondrement, rappelant que les forces militaires russes – qui ont fréquemment ciblé l’infrastructure ukrainienne depuis l’invasion de l’année dernière – contrôlaient le barrage qui enjambe le fleuve Dnipro, les mettant en mesure de déclencher des explosifs de l’intérieur.

Accusations croisées entre l’Ukraine et la Russie

Les officiels russes, en revanche, pointent du doigt l’Ukraine, sans donner plus de détails sur la façon dont l’incident aurait pu se produire. Chacune des parties en conflit a accusé l’autre à plusieurs reprises de planifier un sabotage du barrage hydroélectrique, sans pour autant fournir de preuves concrètes. Ces allégations se sont intensifiées au cours de la semaine dernière, avec la prédiction d’une attaque imminente sur le barrage. Les officiels ukrainiens affirment que les Russes voulaient créer une urgence à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, qui utilise l’eau de la rivière pour son refroidissement, afin de retarder une offensive ukrainienne attendue.

Une investigation indépendante est-elle possible ?

Dans le contexte actuel de guerre, il est peu probable qu’une investigation indépendante sur la destruction du barrage, qui a provoqué d’importantes inondations en aval, puisse avoir lieu. “Il a été miné par les occupants russes. Et ils l’ont fait exploser”, a déclaré le président Volodymyr Zelensky de l’Ukraine sur les réseaux sociaux.

Analyses contradictoires des experts et des officiels

Ihor Syrota, directeur de Ukrhydroenergo, la société d’État d’hydroélectricité, a déclaré lors d’une interview : “Une frappe de missile ne causerait pas une telle destruction car cette installation a été construite pour résister à une bombe atomique.” Il a ajouté : “C’est clair : il y a eu une explosion à l’intérieur de la station et la station s’est brisée en deux.”

De son côté, Dmitry S. Peskov, le porte-parole du Kremlin, a déclaré aux journalistes : “Nous parlons d’un sabotage délibéré de la part des Ukrainiens.”

John Kirby, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter sur qui était responsable. “Nous travaillons avec les Ukrainiens pour recueillir plus d’informations”, a-t-il dit.

Évaluation des dégâts et hypothèses probables

Les experts ont averti que les preuves disponibles étaient très limitées, mais ils ont indiqué qu’une explosion interne était l’explication la plus probable pour la destruction du barrage, une structure massive en béton armé achevée en 1956. Et des résidents locaux ont signalé sur les réseaux sociaux qu’ils avaient entendu une énorme explosion vers le moment où le barrage a été rompu, à 2h50 du matin.

Une explosion dans un espace clos, avec toute son énergie appliquée contre la structure qui l’entoure, causerait le plus de dommages. Même dans ce cas, les experts estiment qu’il faudrait au moins plusieurs centaines de kilos d’explosifs pour rompre le barrage. Une détonation externe par bombe ou missile ne pourrait exercer qu’une fraction de sa force contre le barrage, et nécessiterait un explosif de taille bien plus importante pour obtenir un effet similaire.

Une situation complexe sur le terrain

Sur le terrain, la situation est complexe. Au cours de plus d’un an de combats intensifs, le barrage de Kakhovka a été endommagé à plusieurs reprises, et chaque partie a accusé l’autre de l’avoir bombardé. Les Russes l’ont capturé l’année dernière lorsqu’ils ont progressé jusqu’au Dnipro et au-delà, mais quelques mois plus tard, les Ukrainiens ont repoussé les forces russes sur la rive ouest, transformant la rivière – et le barrage – en une partie de la frontière entre les deux parties en conflit.

L’avenir incertain du conflit et de l’infrastructure ukrainienne

La suite du conflit est incertaine, tout comme l’état futur de l’infrastructure ukrainienne. Dimanche, l’Ukraine semble avoir commencé une contre-offensive attendue de longue date contre les forces russes, et ses officiels ont déclaré que Moscou a fait sauter le barrage pour entraver leur avancée en provoquant des inondations et en supprimant le seul passage fluvial restant entre les ennemis.

Les Ukrainiens se demandent pourquoi ils voudraient détruire leur propre infrastructure, leurs villes et leurs fermes, tout en notant que ceux-ci ont été des cibles fréquentes dans la brutale conduite de la guerre par les Russes. Moscou voulait “montrer qu’ils sont prêts à tout” si Kyiv poursuit agressivement sa contre-offensive, a déclaré Roman Kostenko, président du comité de la défense et du renseignement au parlement ukrainien. “Ils font tout pour arrêter notre contre-attaque.”

« Article complet »

Check Also

Panne Informatique Mondiale du 19 Juillet 2024 : Quand la Technologie Prend une Pause

Imaginez un monde où vos vols sont annulés, vos émissions préférées disparaissent des écrans, et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *