Le grand retournement de Ding face à Nepomniachtchi lors de la 12e partie du Championnat du Monde FIDE 2023

Au bord de la défaite, GM Ding Liren a réussi à s’imposer face à GM Ian Nepomniachtchi lors de la 12e partie du Championnat du Monde FIDE 2023, ramenant le score à égalité et laissant deux rondes restantes pour déterminer le vainqueur.

Un match serré et plein de surprises

Après la conférence de presse suivant la 11e partie, Ding avait déclaré que “tout pouvait arriver” concernant ses chances de revenir dans le match. Lorsque les joueurs ont pris place avant le début de la 13e ronde, la tension était palpable, et les amateurs d’échecs du monde entier ont été témoins d’un véritable spectacle.

Ding a opté pour son habituel 1.d4 pour cette partie cruciale. Il semblait se diriger vers l’ouverture catalane, qu’il avait utilisée avec succès lors de sa série de 100 parties sans défaite entre 2017 et 2018. Cependant, dès le troisième coup, Ding a choisi le Système Colle, suscitant la perplexité de Nepomniachtchi. Plus tard, celui-ci dira à propos de cette ouverture : “Non, je n’étais pas surpris.”

Une ouverture audacieuse et des erreurs des deux côtés

L’ouverture Colle, bien que rarement utilisée à haut niveau, était une favorite de l’ancien champion du monde GM Vladimir Kramnik. Malgré les critiques souvent formulées à l’égard de cette ouverture, la majorité des spectateurs sur Chess.com étaient d’accord pour dire que ce choix étonnant offrait des chances de victoire à Ding.

Nepomniachtchi a joué un coup intéressant avec 6…Bd7!?, qu’il prétendait faire partie de sa préparation. Bien que le coup ait été jugé imprécis, il s’est avéré difficile à contrer. Il a cependant permis à Ding d’atteindre son principal objectif stratégique : obtenir une position dynamique et déséquilibrée.

Une bataille acharnée et des revirements spectaculaires

Des occasions se sont présentées pour les deux joueurs lorsque Ding a décidé de doubler les pions noirs sur f6, ouvrant ainsi la colonne g et déclarant son intention de jouer pour la victoire. C’était la deuxième fois de la compétition et la troisième fois dans l’histoire des championnats du monde que Nepomniachtchi acceptait de doubler volontairement ses pions en f6.

Avec cette expérience en tête, Nepomniachtchi a orienté ses pièces vers le roi adverse, provoquant la première erreur de Ding avec 19.Bc2?. Ce coup a marqué le début d’une spirale descendante qui a laissé Ding face à une attaque apparemment impossible à contrer. Nepomniachtchi a enchaîné avec plusieurs coups parfaits, dont le brillant 25…b5!! qui a éliminé toute contre-attaque de Ding.

Caruana évoquait alors la quasi “impossibilité” pour Ding de revenir d’un déficit de deux points s’il venait à perdre cette partie. Il citait le célèbre match de 1972 entre GM Bobby Fischer et Boris Spassky comme la dernière fois qu’un tel retour avait eu lieu dans un championnat du monde.

Le retournement de situation décisif

Comme un chat acculé, Ding s’est accroché à la position, mettant à l’épreuve les capacités de calcul de Nepomniachtchi à chaque occasion. Fidèle à ses vieilles habitudes, Nepomniachtchi a commencé à jouer trop rapidement dans les moments cruciaux. Suite à une série de coups audacieux des deux joueurs, l’évaluation de la position s’est stabilisée en faveur de Ding.

La pression immense pesant sur les épaules de Nepomniachtchi a sans doute été la cause de nombreuses erreurs lors de cette partie. L’ancien champion du monde GM Viswanathan Anand a d’ailleurs commenté la situation sur Twitter.

La chute de Nepomniachtchi et la victoire de Ding

Après avoir gâché une position gagnante et luttant pour maintenir l’équilibre, Nepomniachtchi a finalement craqué et joué le catastrophique 34…f5??, qui, selon Hess, offre la victoire à Ding sur un plateau. Le numéro deux mondial admettra plus tard qu’il avait en fait calculé le meilleur coup, 34…f3, mais qu’il n’avait “pas joué avec précision” et avait opté pour le coup perdant.

Ding a immédiatement saisi l’opportunité et a joué 35.Rxe6, réalisant qu’il venait de reprendre l’avantage. Nepomniachtchi, abasourdi, a posé sa tête sur la table de jeu et s’est couvert les mains.

Dans un état d’incrédulité totale, Nepomniachtchi a passé les 17 minutes suivantes à chercher un moyen de compliquer à nouveau la situation. Trois coups plus tard, il a abandonné. Ding, imperturbable tout au long de la partie, n’a laissé échapper un sourire qu’en quittant la salle de jeu.

La Partie:

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *