L’importance de la bioabondance : au-delà de la biodiversité

La bioabondance : un aspect crucial de la nature

La biodiversité a toujours été au cœur de nos préoccupations environnementales, mais il est temps de porter un regard différent sur la nature. Au lieu de se concentrer uniquement sur le nombre d’espèces dans une région, nous devons également tenir compte de la bioabondance, c’est-à-dire le nombre d’organismes vivants individuels sur Terre. Au cours des 50 dernières années, nous avons assisté à un déclin dramatique de l’abondance des oiseaux sauvages, des poissons, des amphibiens, des reptiles et des insectes. Cette perte est grave, mais elle passe souvent inaperçue.

La richesse de la nature en hiver

L’hiver est une période privilégiée pour les amateurs de nature en Grande-Bretagne. De nombreux oiseaux en provenance d’Europe du Nord passent l’hiver ici, offrant des spectacles exceptionnels pour ceux qui osent braver le froid. Des groupes importants d’oiseaux tels que les grives et, dans les années chanceuses, les jaseurs boréaux se rassemblent pour se nourrir en nombre relativement élevé. Le besoin de nourriture en période difficile pousse les oiseaux à voler ensemble, augmentant ainsi leurs chances de repérer des baies. De plus, le froid incite les petits oiseaux comme les mésanges à longue queue à se regrouper pour se réchauffer. Dans certaines régions côtières, vous pouvez même observer des milliers d’oiseaux limicoles tels que les bécasseaux fouillant chaque centimètre de boue à la recherche de nourriture.

Bien que ces spectacles puissent être considérés comme extraordinaires aujourd’hui, il fut un temps où la vie était simplement plus abondante. Un exemple emblématique en Amérique du Nord est le pigeon migrateur, que les humains ont conduit à l’extinction au cours du XIXe siècle. Avant cela, l’oiseau était si abondant que les troupeaux en migration obscurcissaient le ciel pendant des jours.

L’effrayante diminution de la bioabondance

Les murmurations d’étourneaux tourbillonnant par milliers pendant l’hiver peuvent nous donner un aperçu de ce que cela aurait pu être, mais elles sont également une bonne illustration contemporaine de la diminution de la bioabondance. Les étourneaux étaient courants au Royaume-Uni pendant mon enfance, mais leur nombre a diminué de 53 % entre 1995 et 2020, et ils figurent désormais sur la liste rouge des espèces menacées du Royaume-Uni. Aujourd’hui, on estime que le Royaume-Uni compte 73 millions d’oiseaux de moins qu’en 1970, tandis que l’Amérique du Nord aurait perdu près de 3 milliards d’oiseaux depuis cette période.

Cette crise de la bioabondance touche tous les types de vie sur Terre. Un rapport de 2022 a calculé qu’en moyenne, les populations d’oiseaux sauvages, de poissons, d’amphibiens et de reptiles sur Terre avaient diminué de 69 % entre 1970 et 2018. Les insectes ont également connu une diminution dramatique. Lorsque j’ai lancé un appel sur les réseaux sociaux pour recueillir des souvenirs de bioabondance, le biologiste américain Zen Faulkes a répondu : “Enfant, j’ai fait de nombreux voyages estivaux à travers les prairies canadiennes. S’arrêter pour faire le plein signifiait souvent essuyer les éclaboussures d’insectes sur le pare-brise. L’été dernier, lors de mon voyage à travers les prairies, les éclaboussures d’insectes étaient pratiquement imperceptibles.”

L’oubli de la bioabondance dans la biodiversité

La gravité de cette perte d’abondance est souvent négligée dans les discussions sur la biodiversité. Nous avons tendance à nous focaliser sur le nombre d’espèces différentes plutôt que sur le nombre d’individus au sein de ces espèces. Nous sommes éblouis par les pays qui comptent le plus grand nombre d’espèces endémiques, nous sommes préoccupés par le grand nombre d’espèces menacées d’extinction. Peut-être est-ce parce que la disparition d’une espèce entière est plus facilement reconnue comme une chose mauvaise. Les énormes baisses de bioabondance, cependant, se sont produites à un rythme suffisamment lent pour ne pas être tout à fait perceptibles pour les humains occupés vivant dans un monde de plus en plus urbanisé et intensivement cultivé.

Ce phénomène est connu sous le nom de syndrome de la ligne de base changeante, et il me fait me demander à quoi ressemblait vraiment la vie il y a 100 ou 200 ans, lorsque tout bourdonnait, voltigeait et se faufilait beaucoup plus. Je me souviens avoir pensé à cela au milieu des années 2010 lors d’une promenade magique dans la campagne portugaise. À chaque pas que je faisais, des papillons, des sauterelles et d’innombrables autres insectes bondissaient de sous mes pieds. Leur abondance semblait fantastique, mais elle a dû être la norme à une époque.

L’action internationale pour sauver la bioabondance

En 2022, la Conférence sur la biodiversité des Nations Unies COP15 a convenu d’une série d’objectifs visant à lutter à la fois contre l’extinction des espèces et la perte de bioabondance. Si vous avez suivi jusqu’à présent les efforts internationaux pour stopper à la fois la perte de biodiversité et le changement climatique, vous avez le droit d’être sceptique quant à l’impact réel de ces mesures. Cependant, nous devons au moins espérer tout en continuant à exiger davantage de nos gouvernements.

Je pense aussi que ceux d’entre nous qui aiment la nature pourraient en faire plus pour apprécier la bioabondance. Le début de chaque nouvelle année voit de nombreux ornithologues débuter sérieusement leur liste d’observations en essayant de voir autant d’espèces différentes que possible en 12 mois. Le concept de “big year” est devenu populaire – le défi de voir le plus grand nombre d’oiseaux différents possible en un an. J’espère que, au milieu de cette compétition, nous pourrons toujours apprécier les espèces que nous avons vues d’innombrables fois auparavant, tout en profitant du spectacle de voir de nombreux individus tous en même temps, même s’ils n’ajoutent rien de plus à nos listes.

Bien que j’aie été ravi d’apercevoir rapidement un jaseur boréal il y a quelques semaines, ce n’était pas aussi amusant que de regarder récemment un grand groupe d’étourneaux adolescents en train de chercher bruyamment des insectes sur ma pelouse de jardin.

Conclusion

La bioabondance est un aspect essentiel de la nature que nous devons prendre en compte aux côtés de la biodiversité. La diminution de la bioabondance est un problème grave qui affecte la faune et la flore du monde entier. Il est temps de prendre des mesures pour inverser cette tendance et préserver la richesse de la vie sur Terre. En appréciant la bioabondance, nous pouvons mieux comprendre l’importance de chaque individu dans l’équilibre de la nature.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *