Pourquoi les femmes vivent-elles si longtemps après la ménopause ?

La ménopause, un mystère évolutif

La ménopause est un phénomène bien connu chez les femmes. Vers l’âge de 50 ans, elles cessent de libérer des ovules et ne peuvent plus avoir d’enfants. Bien que cela soit considéré comme une étape naturelle de la vie, il est intéressant de noter que la plupart des autres espèces animales continuent de se reproduire pendant de nombreuses années.

Alors, quelle est la raison de la ménopause ? Les dernières découvertes suggèrent que cela est lié à nos descendants exigeants et à la nécessité de maintenir en bonne santé et mentalement alerte les parents qui pourraient prendre soin d’eux aussi longtemps que possible.

La théorie de l’évolution classique prédit que les organismes ne devraient vivre que aussi longtemps qu’ils peuvent transmettre leurs gènes. Cela est vrai dans la plupart du règne animal, à l’exception notable des êtres humains, des orques, des globicéphales, des bélugas et des narvals, qui ont tendance à survivre bien au-delà de leurs années de fertilité.

Contraintes biologiques de la ménopause

La raison pour laquelle nous avons la ménopause est peut-être simplement due à des contraintes biologiques quant à la durée pendant laquelle il est possible de maintenir des ovules de haute qualité. L’âge moyen du début de la ménopause chez les humains n’a guère changé, même si l’espérance de vie a considérablement augmenté. Les hommes ne connaissent peut-être pas une fin aussi nette de leur fertilité parce qu’ils peuvent continuer à produire de nouveaux spermatozoïdes en vieillissant, bien que leur quantité et leur qualité diminuent. En revanche, les femmes naissent avec tous leurs ovules, qui subissent des dommages à l’ADN au fil du temps.

En fait, la question à expliquer est plutôt pourquoi les femmes vivent si longtemps après la ménopause. Au cours de la dernière décennie, des preuves ont été accumulées pour expliquer cette caractéristique unique et les avantages qu’elle procure à notre succès évolutif.

L’hypothèse de la grand-mère

Nos meilleures idées sont basées autour de l’hypothèse de la grand-mère, qui suggère que lorsque les femmes ne peuvent plus avoir leurs propres enfants, elles peuvent aider à s’occuper de leurs petits-enfants, qui portent chacun 25 % de leurs gènes. Cela peut être particulièrement pertinent pour les humains, car nous avons des jeunes exceptionnellement dépendants. Les grands-parents peuvent venir à la rescousse en fournissant de la nourriture supplémentaire à leurs petits-enfants ou en s’occupant d’eux pendant que leurs parents cherchent de la nourriture ou s’occupent de jeunes enfants plus petits.

Les bienfaits de la ménopause

Des preuves récentes suggèrent que nous sommes sur la bonne voie. Une étude menée par Michael Gurven et Raziel Davison de l’Université de Californie à Santa Barbara et publiée en 2022 a montré que dans de nombreux groupes de chasseurs-cueilleurs, comme les Hadza de Tanzanie et les Aché du Paraguay, les adultes de plus de 50 ans contribuent à la survie et à la fertilité des générations plus jeunes en partageant des ressources. Cette contribution permet finalement aux grands-parents de transmettre plus de leurs gènes. “Notre modèle suggérait que cela équivaut à avoir jusqu’à trois enfants de plus”, explique Gurven.

Les orques et les globicéphales à nageoires courtes ont également des jeunes très dépendants, ce qui pourrait expliquer pourquoi les femelles ont une longévité post-reproductive similaire. Des études sur les orques sauvages ont montré que les femelles post-reproductrices dirigent des expéditions pour trouver de la nourriture et augmentent la survie de leurs petits-enfants en partageant de la nourriture et en connaissant les endroits où chercher de la nourriture. Les petits mâles subissent également moins de blessures infligées socialement en présence de leur mère post-reproductive.

Ajit Varki de l’Université de Californie à San Diego estime avoir trouvé des preuves génétiques pour renforcer l’hypothèse de la grand-mère. En 2015, son groupe a découvert une variante d’un gène immunitaire appelé CD33 qui protège contre la maladie d’Alzheimer à un âge avancé et se trouve chez 20 % des humains modernes, mais pas chez les chimpanzés ni chez nos plus proches parents éteints, les Néandertaliens et les Denisoviens.

Cette variante aurait pu être sélectionnée au fur et à mesure que notre période d’infantilisme a évolué pour devenir plus longue, selon Varki. En protégeant les gens de la maladie d’Alzheimer, la nouvelle variante CD33 aurait peut-être contribué à les maintenir en bonne santé plus longtemps afin qu’ils puissent aider à fournir de la nourriture et des soins à leurs petits-enfants dépendants.

Depuis lors, Varki et ses collègues ont découvert plus de 10 autres variantes génétiques qui semblent protéger contre le déclin cognitif. Cela suggère que les femmes jouent un rôle si important après la ménopause que nous avons même évolué des gènes pour protéger leur esprit.

Conclusion

En conclusion, la ménopause chez les femmes est un phénomène unique dans le règne animal. Alors que la plupart des espèces continuent de se reproduire jusqu’à la fin de leur vie, les femmes vivent souvent de nombreuses années après la ménopause. Les preuves suggèrent que cela est lié à l’hypothèse de la grand-mère, où les femmes peuvent contribuer à la survie et à la fertilité de leurs petits-enfants. De plus, des preuves génétiques indiquent que nous avons évolué pour protéger la santé mentale des femmes après la ménopause.

Ainsi, bien que la ménopause puisse être accompagnée de symptômes désagréables tels que les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes, elle marque le début d’un chapitre important de la vie qui a probablement contribué à notre succès évolutif.

Check Also

L’impact des campagnes de désinformation sur la politique américaine

La désinformation est une arme puissante dans l’arène politique moderne, capable de façonner les perceptions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *