Réverser le diabète de type 2 : plus difficile qu’on ne le pense

Les avantages des essais cliniques pour inverser le diabète de type 2

Le diabète de type 2 est une maladie qui affecte des millions de personnes dans le monde. Les traitements conventionnels incluent souvent des injections d’insuline pour maintenir des niveaux de sucre dans le sang sains. Cependant, il existe une lueur d’espoir pour ceux qui sont en surpoids ou obèses : la possibilité d’inverser leur condition en perdant du poids.

Les essais cliniques ont révélé que les personnes atteintes de diabète de type 2 qui perdent du poids pendant leur participation à ces études sont beaucoup plus susceptibles d’inverser leur condition que celles qui perdent du poids en dehors de ces cadres. Cette différence significative peut être attribuée au soutien professionnel en matière de perte de poids, au suivi régulier et au soutien moral dont bénéficient les participants aux essais cliniques, éléments qui sont souvent absents en dehors de ces études.

Le défi de l’inversion du diabète de type 2

En réalité, moins de 10 % des personnes atteintes de diabète de type 2 qui perdent du poids en dehors des essais cliniques parviennent à inverser leur condition, même lorsqu’elles sont suivies pendant plusieurs années. En revanche, dans le cadre des essais cliniques, ce chiffre peut atteindre près de 90 %.

Cette disparité de résultats peut s’expliquer par le soutien et les différentes interventions qui accompagnent souvent la participation à des essais cliniques, ainsi que par les différentes définitions de ce que signifie inverser le diabète de type 2, explique le Dr. Hongjiang Wu de l’Université chinoise de Hong Kong.

L’étude à grande échelle : Comprendre le processus d’inversion

Pour mieux comprendre cette question, le Dr. Wu et ses collègues ont étudié plus de 37 000 personnes à Hong Kong, dont environ la moitié étaient des femmes, âgées de 18 à 75 ans, ayant reçu un diagnostic de diabète de type 2 entre 2000 et 2017.

Chaque participant a été suivi en moyenne pendant un peu moins de huit ans, les chercheurs se penchant sur l’évolution de leur poids au cours de la première année suivant leur diagnostic, ainsi que sur la réversibilité de leur état à tout moment au cours de la période d’étude.

Les chercheurs ont mesuré les niveaux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) des participants, qui reflètent leur état de glucose sanguin sur plusieurs mois. L’inversion du diabète de type 2, également connue sous le nom de rémission, est généralement définie par un taux d’HbA1c inférieur à 6,5 % lorsqu’elle est mesurée au moins trois mois après l’arrêt des traitements. Les chercheurs recherchaient ces niveaux lors de deux tests consécutifs espacés de six mois.

L’équipe n’a mesuré le poids des participants qu’un an après leur diagnostic, moment où 2 % d’entre eux étaient en rémission et où la moitié avait pris du poids, selon le Dr. Wu.

Les résultats de l’étude

À la fin de l’étude, 6 % des participants étaient en rémission à un moment donné, mais environ les deux tiers d’entre eux ont nécessité des médicaments contre le diabète pour contrôler à nouveau leur état dans les trois années suivantes.

Cependant, en ne notant le poids des participants qu’un an après leur diagnostic, les chercheurs ne savent pas s’ils ont repris du poids ou si d’autres facteurs ont conduit certains d’entre eux à sortir de la rémission, comme la prise de poids spécifiquement autour de leur taille ou l’accumulation de graisse dans certains organes internes.

En contraste, une petite étude clinique a révélé que jusqu’à 86 % des personnes atteintes de diabète de type 2 qui ont perdu au moins 15 kilogrammes sont entrées en rémission en un an. Les participants à de telles études bénéficient souvent d’une gestion diététique professionnelle, de programmes d’exercice physique, de soutien moral, de suivi régulier, de commentaires, de rappels et d’encouragements, explique le Dr. Wu.

Mais même les personnes qui participent au groupe témoin de certains essais cliniques, qui ne sont peut-être pas soumises à des programmes intensifs de perte de poids, présentent de meilleurs taux de rémission que ceux observés dans l’étude de l’équipe du Dr. Wu.

Cela peut s’expliquer par le fait qu’en dehors des essais cliniques, les médecins sont souvent plus réticents à recommander l’arrêt des traitements aux personnes atteintes de diabète de type 2, explique-t-il. Cela est probablement lié aux différences dans la définition de la rémission, car les essais cliniques requièrent souvent une seule mesure d’HbA1c saine, précise le Dr. Wu.

Les facteurs de succès pour inverser le diabète de type 2

L’étude menée par le Dr. Wu et son équipe met en lumière l’importance du soutien et de l’encadrement dans le processus d’inversion du diabète de type 2. Les participants aux essais cliniques bénéficient souvent d’une gamme d’interventions qui favorisent leur réussite, ce qui peut inclure :

1. Gestion diététique professionnelle :

  • Les conseils d’un professionnel de la nutrition pour élaborer un plan alimentaire adapté.

2. Programmes d’exercice physique :

  • Des programmes d’exercices adaptés à la condition de chaque individu pour favoriser la perte de poids.

3. Soutien moral :

  • Un soutien psychologique et émotionnel pour maintenir la motivation.

4. Suivi régulier :

  • Un suivi médical régulier pour ajuster le traitement en fonction de l’évolution de la condition.

5. Feedback, rappels et encouragement :

  • Recevoir des commentaires positifs, des rappels pour rester sur la bonne voie et des encouragements pour maintenir un mode de vie sain.

Les défis en dehors des essais cliniques

En dehors des essais cliniques, les personnes atteintes de diabète de type 2 peuvent faire face à plusieurs obstacles pour inverser leur condition. Les médecins sont souvent plus hésitants à recommander l’arrêt des traitements, craignant une rechute. De plus, le manque de soutien professionnel et de suivi régulier peut rendre difficile la mise en place de changements durables dans le mode de vie.

La nécessité de redéfinir la rémission

Une autre question clé soulevée par cette étude est la définition de la rémission du diabète de type 2. Les essais cliniques se basent souvent sur une seule mesure d’HbA1c saine pour déterminer la rémission, tandis que les études en dehors de ce cadre peuvent avoir des critères plus stricts. Il est essentiel de parvenir à un consensus sur la définition de la rémission pour garantir des résultats cohérents et significatifs.

Conclusion

Inverser le diabète de type 2 est un défi majeur, mais il est possible avec le bon soutien et les bonnes interventions. Les essais cliniques continuent de jouer un rôle crucial dans la recherche de solutions pour cette maladie complexe. Cependant, il est essentiel d’étendre ces avantages au-delà des essais cliniques en fournissant un soutien professionnel, un suivi régulier et un encouragement constant aux personnes atteintes de diabète de type 2 dans leur lutte pour inverser leur condition.

En fin de compte, une meilleure compréhension de ce processus et une définition claire de la rémission contribueront à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de diabète de type 2. Alors que la recherche progresse, il est important que les patients et les professionnels de la santé travaillent ensemble pour relever ce défi et améliorer la santé de ceux qui en ont le plus besoin.

Check Also

La France en Grève : Les Mobilisations Contre la Réforme des Retraites en 2024

En 2024, la France est secouée par une vague de grèves et de manifestations sans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *