Congrès approuve le projet de loi de financement temporaire pour Biden, écartant la menace de fermeture du gouvernement

Une course contre la montre pour éviter la paralysie gouvernementale

Alors que le Sénat venait d’adopter la mesure, la Chambre des représentants a suivi le mouvement, avec les démocrates fournissant la majorité des votes, un jour seulement avant que le financement de certaines agences gouvernementales ne soit sur le point de s’épuiser.

Un effort bipartisan pour maintenir le gouvernement en activité

Le Congrès a envoyé jeudi une législation visant à éviter une paralysie partielle du gouvernement au Président Biden, s’efforçant de financer les agences fédérales jusqu’au début du mois de mars, un jour avant que l’argent ne vienne à manquer.

Malgré l’opposition farouche des républicains d’extrême droite, la Chambre des représentants a voté en faveur du financement temporaire à 314 voix contre 108, quelques heures seulement après que le Sénat ait apporté un soutien bipartisan écrasant à la mesure avec un vote de 77 contre 18, permettant ainsi aux législateurs de battre de justesse la date limite du vendredi.

“Il n’y aura pas de fermeture vendredi”, a déclaré le sénateur Chuck Schumer, démocrate de New York et leader de la majorité. “Parce que les deux parties ont travaillé ensemble, le gouvernement restera ouvert. Les services ne seront pas perturbés. Nous éviterons un désastre inutile.”

Le passage du projet de loi offre aux législateurs six semaines supplémentaires pour négocier et adopter douze projets de loi de dépenses totalisant 1,66 billion de dollars pour financer le gouvernement jusqu’à l’automne, le niveau auquel démocrates et républicains se sont accordés plus tôt ce mois-ci. Ce plan maintiendrait la plupart des dépenses fédérales stables tout en renforçant les dépenses militaires.

Les enjeux pour le Congrès

L’action du Congrès a ainsi ouvert la voie à la signature du projet de loi par M. Biden, prévue avant minuit vendredi. Il s’agit de la troisième fois depuis le début de l’année fiscale le 1er octobre que le Congrès prolonge les dépenses de manière temporaire.

Les législateurs des deux partis espèrent que ce sera la dernière fois et que le Congrès pourra achever ses travaux de financement pour l’année d’ici le début de mars. Les dirigeants du Congrès ont souligné que la menace constante de fermeture du gouvernement provoque le chaos au sein des agences fédérales, même si la crise est évitée à la dernière minute.

Les défis de la Chambre des représentants

Le vote à la Chambre a représenté le dernier défi pour le président de la Chambre, Mike Johnson, qui a négocié personnellement le paquet de dépenses global avec M. Schumer et a été vivement critiqué par la faction d’extrême droite de la Chambre pour cela. Les républicains de droite avaient poussé en faveur de coupes beaucoup plus importantes dans les dépenses et soutenaient que la Chambre devait bloquer les dépenses gouvernementales jusqu’à ce que le président Biden accepte de durcir la politique migratoire à la frontière avec le Mexique.

Le Freedom Caucus de la Chambre a exhorté les républicains à rejeter le projet de loi, affirmant que la législation représentait une poursuite des politiques mises en place par M. Biden et le Congrès contrôlé par les démocrates en 2022, que presque tous les républicains de la Chambre avaient alors opposées.

“Le président de la Chambre, Mike Johnson, devrait se retirer de son accord avec le leader de la majorité au Sénat, Schumer, et adopter un ensemble de crédits qui réduise réellement les dépenses d’une année sur l’autre et sécurise notre frontière sud”, a déclaré le Freedom Caucus dans un communiqué. “Voilà ce que c’est que de gagner.”

Le représentant Bob Good, républicain de Virginie qui dirige le caucus, a qualifié le projet de loi de “perdant pour le peuple américain”.

“Nous avons la majorité dans une moitié du pouvoir législatif”, a-t-il déclaré. “Quand cela commencera-t-il à compter quelque chose ?”

En fin de compte, M. Johnson n’a pu rassembler qu’une maigre majorité de républicains en faveur du projet de loi, avec 107 voix pour et 106 voix contre. Les démocrates ont fourni la majorité du soutien.

M. Johnson a dit à ses collègues qu’il croyait qu’une fermeture pourrait provoquer une réaction négative des électeurs en année électorale contre les républicains, et que, une fois commencée, elle serait difficile à mettre fin.

Un recul pour le président de la Chambre

Même le simple fait de considérer le projet de loi représentait un revirement pour le président de la Chambre, qui avait promis l’année dernière de ne jamais adopter un autre projet de loi de dépenses à court terme. Mais le temps a manqué pour adopter les 12 projets de loi individuels de financement du gouvernement, le forçant ainsi à agir.

Pour surmonter les objections procédurales à une avancée rapide au Sénat, M. Schumer a permis aux républicains de voter sur trois modifications proposées qui auraient effectivement fait dérailler la mesure. Mais toutes ont échoué, ouvrant la voie à son approbation et à un vote rapide à la Chambre. Avec une tempête de neige prévue à Washington vendredi, l’action a été accélérée car les législateurs craignaient des annulations de vols qui pourraient les laisser bloqués à Washington tout le week-end.

Les détails de la législation

Selon la législation, le financement de l’agriculture, des programmes pour les anciens combattants, des transports, du logement et d’autres opérations fédérales serait maintenu jusqu’au 1er mars, tandis que le financement du reste du gouvernement, y compris le Pentagone, expirerait le 8 mars.

Avec le temps supplémentaire, les membres des comités des crédits de la Chambre et du Sénat espèrent faire avancer les douze projets de loi de financement du gouvernement conformément au niveau de dépenses convenu entre M. Johnson et M. Schumer. Cependant, cela ne sera pas facile.

Outre les objections liées aux dépenses elles-mêmes, les conservateurs d’extrême droite à la Chambre demandent que les mesures incluent des restrictions sur l’avortement et d’autres limites à l’autorité gouvernementale que les démocrates disent ne pas accepter, ce qui prépare une confrontation sur ces dispositions politiques.

Les conséquences en cas d’échec

Si les législateurs ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la législation, ils courent le risque de subir une réduction automatique des dépenses de 1 % dans tous les programmes fédéraux, qu’ils soient domestiques ou militaires.

L’adoption de ce projet de loi témoigne de la nécessité de maintenir le fonctionnement du gouvernement en dépit des désaccords partisans et des pressions de certains élus. Espérons que les prochaines semaines permettront aux membres du Congrès de parvenir à un consensus sur le financement du gouvernement pour l’année en cours.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *