Le Procès de Donald Trump pour Fraude : Les Plaidoiries Concluent une Affaire Chaotique

Plaidoiries Finales et Défense Surprenante

Le procès pour fraude civile de l’ancien président Donald J. Trump a pris fin jeudi de la même manière qu’il s’était déroulé au cours des trois derniers mois : dans le chaos, avec l’ancien président insultant le juge en face de lui, s’en prenant à la procureure générale de l’État de New York qui a intenté l’affaire et se proclamant “un homme innocent”.

À l’intérieur d’une salle d’audience bondée de Manhattan où chaque partie a présenté ses plaidoiries finales, M. Trump a prononcé des remarques surprises pour sa propre défense, avec le juge le fixant d’un air impassible depuis le banc et la procureure générale, Letitia James, assise à quelques pas de lui alors que l’accusé l’accusait de poursuivre une vendetta politique.

L’exposition par M. Trump de ses griefs reflétait un mépris viscéral pour Mme James – une démocrate et l’une de ses principales antagonistes – mais elle amplifiait également une stratégie plus large visant à se présenter comme la victime d’un complot grandiose. Alors que M. Trump entame une nouvelle campagne pour la Maison Blanche tout en faisant face au procès civil et à quatre inculpations criminelles, il a cherché à retourner les affaires en accusant ses accusateurs de la même conduite qui l’a mis en danger judiciaire.

M. Trump a affirmé que l’affaire de fraude était en réalité “une fraude contre moi”. Il a également affirmé de manière effrontée que Mme James, qui réclame une pénalité de 370 millions de dollars, “devrait me payer” pour ce qu’il a traversé.

L’Objectif de Letitia James

Letitia James, procureure générale de l’État de New York, a prononcé une déclaration jeudi, réitérant la légitimité de l’affaire de fraude contre l’ancien président Donald J. Trump. Elle a souligné que cette affaire n’a “jamais été une question de politique, de vendetta personnelle ou de diffamation.”

“Ce dossier concerne les faits et la loi, et M. Trump a violé la loi”, a-t-elle déclaré.

Le juge Arthur F. Engoron, qui décidera seul du verdict – il n’y a pas de jury – a déjà été convaincu par les arguments de Mme James par le passé. Même avant le procès, il avait statué en sa faveur, concluant que M. Trump avait commis une fraude en surestimant la valeur de ses biens pour obtenir des prêts favorables et d’autres avantages financiers. La majeure partie du procès portait sur la question de savoir si le comportement de M. Trump avait enfreint d’autres lois de l’État de New York, ainsi que sur les sanctions potentielles.

Les avocats de M. Trump avaient informé le juge Engoron la semaine dernière que M. Trump prévoyait de prendre la parole lors des plaidoiries finales, mais le juge avait cherché à limiter ses remarques, empêchant l’ancien président de faire “un discours de campagne” ou de s’en prendre à lui, à son personnel ou à Mme James. L’équipe juridique de M. Trump s’était opposée aux restrictions, et il semblait qu’il ne parlerait pas jusqu’à ce qu’un de ses avocats renouvelle la demande à la fin des plaidoiries de la défense jeudi et que le juge la permette.

Malgré les restrictions du juge Engoron, l’ancien président a exprimé ses pensées exactement comme il l’avait prévu.

L’Affaire qui Secoue l’Empire Trump

L’épisode a marqué une conclusion spectaculaire à un procès qui a duré des mois et qui a ulcéré l’ancien président tout en menaçant son entreprise familiale. Mme James souhaite non seulement obtenir la pénalité financière, mais aussi évincer M. Trump de sa propre entreprise et du monde plus vaste de l’immobilier à New York.

Le procès a mis en lumière la valeur nette de M. Trump, Mme James accusant l’ancien président d’avoir violé la loi de l’État en surestimant la valeur de ses biens pour obtenir des prêts favorables et d’autres avantages financiers. Son dossier a porté atteinte à l’image de M. Trump en tant que magnat de l’immobilier, dépeignant l’ancien président comme un fabuliste plutôt qu’un visionnaire.

L’équipe de Mme James a mis en avant des documents internes et le témoignage d’anciens employés de Trump, affirmant que les déclarations financières de l’ancien président étaient fausses chaque année de 2011 à 2021, surévaluées jusqu’à 2,2 milliards de dollars.

Un Combat Juridique Acharné

Kevin Wallace, avocat de l’État, a affirmé que l’État de New York n’autorise pas de telles exagérations. “C’est la loi”, a-t-il dit.

M. Wallace a soutenu que la fraude était nécessaire pour les activités de la Trump Organization, et qu’elle avait profité de prêts généreux même en période de difficultés financières, permettant ainsi à la famille Trump d’éviter les choix difficiles.

Après la levée de l’audience, Mme James a défendu son dossier, affirmant que cela n’avait “jamais été une question de politique, de vendetta personnelle ou de diffamation.” “Ce dossier concerne les faits et la loi, et M. Trump a violé la loi”, a-t-elle réitéré.

L’affaire Trump a été marquée par des moments tendus, notamment lorsque M. Trump s’en est pris au juge Engoron, affirmant : “Vous avez votre propre agenda, je comprends parfaitement.” Le juge Engoron l’a sommé de “contrôler votre client”, mais M. Trump a continué jusqu’à la pause déjeuner, moment où il a arrêté aussi brusquement qu’il avait commencé et a quitté le palais de justice pour une conférence de presse dans son bâtiment de la 40 Wall Street.

Les Arguments de la Défense de Trump

Lors des plaidoiries finales, les avocats de M. Trump ont également attaqué Mme James, la présentant comme une fonctionnaire indisciplinée qui ne disposait d’aucune preuve réelle, seulement de discours partisans.

“Il s’agit toujours de communiqués de presse et de posture, mais il n’y a aucune preuve”, a déclaré Christopher M. Kise, l’un des avocats de M. Trump.

M. Kise a également soutenu que les documents au cœur de l’affaire – les déclarations financières annuelles de M. Trump contenant les valeurs de ses biens – étaient essentiellement sans rapport avec les prêts que l’ancien président avait reçus. Selon lui, les banques de M. Trump n’étaient guère victimes, elles en avaient profité et avaient encensé l’ancien président en tant qu’emprunteur fiable.

Les Arguments de la Défense

“Ce n’est pas contesté !” s’est exclamé à plusieurs reprises M. Kise en évoquant le témoignage favorable à l’ancien président, ajoutant que les banquiers avaient “déroulé le tapis rouge” pour M. Trump.

M. Wallace a rejeté de tels arguments comme étant répétitifs et simplistes. “Donald Trump est riche”, a-t-il déclaré en résumant de manière moqueuse. “Les banques aiment les riches.”

Alina Habba, avocate représentant M. Trump ainsi que deux de ses anciens hauts employés, a noté qu’il y avait peu de preuves papier reliant M. Trump à l’affaire et que ses déclarations financières avaient été établies par un important cabinet d’expertise comptable. Dans sa présentation théâtrale, Mme Habba a critiqué la procureure générale pour avoir bu un café Starbucks dans la salle d’audience et, prétendument, pour avoir enlevé ses chaussures pendant les plaidoiries finales.

Un Procès Hors du Commun

“Ils ne vivent pas dans le monde réel”, a déclaré Mme Habba. “Ils vivent dans ce monde fou”, a-t-elle dit, ce qui a amené le juge Engoron à remettre en question la pertinence de la situation des chaussures de la procureure générale.

À certains moments, les plaidoiries finales, tout comme le procès lui-même, se sont transformées en un échange tendu entre l’équipe juridique de M. Trump et le juge Engoron. Leurs conflits portaient souvent sur des questions sur lesquelles le juge avait déjà exprimé son opinion, mais contrairement à de nombreux avocats, M. Kise n’a pas semblé tenter de façon évidente d’adapter ses arguments à ces opinions. Au lieu de cela, les arguments de M. Kise semblaient ciblés sur une cour d’appel, le public et son client.

Le procès s’est déroulé dans un contexte de rhétorique enflammée de la part de M. Trump concernant la multitude d’affaires engagées contre lui – et une vague de menaces contre les procureurs qui le poursuivent et les juges qui supervisent les affaires.

Tôt jeudi matin, les autorités du comté de Nassau ont répondu à un faux signalement d’une bombe à la maison du juge Engoron. Ce signalement est survenu au lendemain des attaques répétées de M. Trump contre le juge Engoron sur Truth Social, son site de médias sociaux, affirmant que le juge et Mme James cherchaient à “me berner”.

Les Accusations contre les Fils Trump et la Trump Organization

M. Trump n’est pas le seul accusé dans l’affaire de Mme James. Ses fils adultes, Eric Trump et Donald Trump Jr., sont également jugés, tout comme la Trump Organization elle-même. Les fils Trump ont également été appelés à témoigner par Mme James et se sont distancés de la rédaction des déclarations financières, un argument auquel le juge Engoron semblait sensible jeudi.

En revanche, le juge n’a pas offert un tel espoir à leur père. Lorsqu’il a été appelé à la barre des témoins par le bureau de Mme James lors du procès, M. Trump a reconnu avoir aidé à assembler les déclarations.

“Je les regardais, je les voyais, et je donnais peut-être occasionnellement quelques suggestions”, a-t-il dit.

Bien que M. Trump ait prétendu qu’il n’avait pas participé à la fraude, l’équipe de Mme James a remis en question sa crédibilité. Andrew Amer, l’un des avocats de Mme James, a posé une question au juge jeudi.

“Demandez-vous : tout cela aurait-il persisté pendant 11 ans si cela n’avait pas été dirigé par le sommet par M. Trump ?” a demandé M. Amer, ajoutant : “Nous prétendons que c’est évident.”

En fin de compte, le procès pour fraude de Donald Trump est entré dans son épilogue tumultueux, avec des plaidoiries passionnées et des tensions palpables entre les parties. L’issue du procès repose désormais entre les mains du juge Engoron, qui devra rendre un verdict crucial dans cette affaire très médiatisée.

Check Also

Les Biopsies Liquides : Révolutionner la Détection Précoce du Cancer

Introduction Les avancées récentes dans le domaine de la détection du cancer ont permis le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *