La Cour d’Appel Semble Sceptique face à la Revendication d’Immunité de Trump

Un Panel de Trois Juges Dubitatif sur l’Immunité de Trump

Un panel de trois juges a semblé peu enclin à accorder la demande de l’ancien président Donald J. Trump de rejeter les accusations criminelles fédérales selon lesquelles il aurait comploté pour renverser les élections de 2020. La Cour d’appel fédérale a exprimé mardi de profonds doutes quant à la revendication de Donald J. Trump selon laquelle il est immunisé contre des accusations visant à subvertir les élections de 2020, suggérant qu’elle est peu susceptible de statuer en sa faveur sur un élément central de sa défense.

Alors que M. Trump observait, un panel de trois juges de la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit du District de Columbia a bombardé son avocat, D. John Sauer, de questions difficiles concernant sa déclaration selon laquelle son client ne pouvait pas être poursuivi pour des actions qu’il avait entreprises alors qu’il était à la Maison Blanche. Les juges semblaient incrédules lorsque M. Sauer a affirmé qu’un président pourrait utiliser l’armée pour assassiner un rival politique et être protégé de toute poursuite à moins que le Sénat ne le condamne d’abord lors d’une procédure de destitution.

À un autre moment, la juge Karen L. Henderson, la seule nommée par les républicains au sein du panel, semblait rejeter une partie centrale de l’argument de M. Trump : que ses efforts pour annuler sa défaite face à Joseph R. Biden Jr. ne peuvent pas faire l’objet de poursuites parce que les présidents ont le devoir constitutionnel de veiller à ce que les lois électorales soient respectées. “Je trouve paradoxal de dire que son devoir constitutionnel de veiller à ce que les lois soient fidèlement exécutées lui permet de violer la loi pénale”, a déclaré la juge Henderson.

Pourtant, le panel semblait parfois divisé sur la portée de sa décision potentielle, la juge Henderson suggérant qu’une décision globale de refuser l’immunité aux anciens présidents pourrait entraîner une vague de poursuites partisanes. Elle a également évoqué la possibilité de renvoyer la question au juge de première instance, Tanya S. Chutkan, pour un examen supplémentaire sur des questions telles que la qualification des actions de M. Trump comme étant officielles ou privées. Une telle démarche jouerait en faveur du désir de l’ancien président de retarder un procès sur les accusations liées aux élections.

Quelle que soit la décision finale du panel, la question de l’immunité devrait être portée devant la Cour suprême, qui examine déjà une autre question cruciale concernant la possibilité de retirer M. Trump des bulletins de vote de l’État.

La rapidité et l’issue de la question de l’immunité joueront un rôle majeur dans la décision de savoir quand, ou même si, M. Trump sera jugé dans l’affaire d’ingérence électorale. Elles pourraient également influencer la chronologie des trois autres procès criminels auxquels M. Trump devra faire face dans les mois à venir.

M. Trump a assisté à l’audience en personne alors qu’il n’était pas tenu de le faire. Vêtu d’un costume bleu foncé et d’une cravate rouge, il était assis à l’extrême droite de la table de ses avocats, chuchotant parfois à un autre avocat, Will Scharf. Il était en grande partie impassible, mais lorsque les deux juges nommés par les démocrates, le juge J. Michelle Childs et la juge Florence Y. Pan, interrogeaient M. Sauer, M. Trump se penchait en avant sur sa chaise et les fixait intensément.

À plusieurs reprises, alors que James I. Pearce, qui représentait le gouvernement, parlait, M. Trump et ses avocats échangeaient des notes sur un bloc-notes juridique jaune.

La question de l’immunité a déjà circulé dans diverses cours fédérales pendant plus de trois mois. Le juge Chutkan a suspendu l’affaire sous-jacente, dans laquelle M. Trump fait face à quatre chefs d’accusation criminels liés à ses efforts pour rester en fonction après sa défaite électorale, en attendant que la question soit résolue.

Cependant, la victoire en appel sur l’immunité n’a toujours été qu’un des objectifs de M. Trump. Il espère également que la litige prolongé peut retarder suffisamment le procès électoral, actuellement prévu pour début mars, jusqu’après le jour de l’élection. S’il retrouve la Maison Blanche, il pourrait alors tenter de faire abandonner les accusations portées contre lui ou de se gracier lui-même.

Le Précédent Juridique et la Crainte d’un Précédent

Lors de l’audience de mardi, le juge Henderson a réfuté l’argument de M. Sauer selon lequel, pendant plus de 200 ans, les tribunaux américains n’avaient jamais jugé les actions qu’un président avait prises pendant son mandat. Elle a souligné que ce n’est que lorsque M. Trump a été inculpé que les tribunaux ont dû envisager la responsabilité pénale des anciens présidents pour des actes commis alors qu’ils étaient à la Maison Blanche.

Cependant, le juge Henderson, reprenant l’un des arguments de M. Sauer, a exprimé des inquiétudes quant à l’ouverture du “déluge” de futures poursuites contre d’anciens présidents pour des actes commis en fonction. M. Pearce, parlant au nom de l’accusation, a désapprouvé, affirmant que M. Trump était une aberration et que le fait de le poursuivre ne se traduirait pas par une avalanche d’inculpations partisanes. Il a soutenu qu’il était clair depuis longtemps – au moins depuis que Richard M. Nixon a accepté une grâce après sa démission lors du scandale du Watergate – que les présidents pouvaient être inculpés pour des crimes commis en fonction.

Le juge Pan et le juge Childs semblaient unis dans leurs doutes quant aux revendications d’immunité de M. Trump. À un moment donné, le juge Pan a présenté à M. Sauer une situation hypothétique, demandant si un président pourrait être accusé criminellement d’avoir ordonné à l’unité de commando militaire SEAL Team 6 d’assassiner un rival politique. M. Sauer a déclaré qu’une poursuite ne serait possible dans cette situation que si le président avait d’abord été reconnu coupable lors d’une procédure de destitution.

Lorsque M. Pearce s’est adressé au tribunal, il a saisi cet exemple. Il a mis en garde contre un avenir “extraordinairement effrayant” si un président pouvait ordonner à l’armée de tuer un rival et échapper à toute responsabilité pénale en démissionnant simplement avant d’être destitué ou en évitant toute condamnation au Sénat.

La juge Pan a également noté que M. Sauer avait admis que, parfois, les présidents n’étaient pas immunisés contre des poursuites pour des actes officiels, sauf après avoir été condamnés lors d’une procédure de destitution. Elle a déclaré que les revendications plus larges de M. Trump en matière d’immunité dépendraient donc de savoir si c’était la seule circonstance dans laquelle les tribunaux pouvaient juger des actions pénales d’un président en fonction.

Compétence Juridique et Arguments Contradictoires

Au début de l’audience, la juge Childs a rejoint le juge Henderson pour presser M. Sauer sur une question distincte : est-ce que la cour d’appel avait même la compétence pour décider de la question de l’immunité ? Un mémoire d’amicus curiae déposé dans l’affaire affirmait que l’appel était prématuré et ne devrait être entendu que si M. Trump était condamné lors du procès.

Dans un cas rare d’accord, les avocats des deux parties ont exhorté la cour à examiner les mérites juridiques de la question plutôt que d’attendre.

Dans un courriel de collecte de fonds lundi soir, M. Trump avait affirmé à tort qu’il était contraint de quitter la campagne électorale pour assister à l’audience. Cette démarche souligne ses efforts pour attiser le ressentiment lié à ses affaires criminelles à moins d’une semaine du début du vote primaire républicain avec les caucus de l’Iowa. Il a passé la nuit de lundi dans son club de golf à Sterling, en Virginie, selon une personne familière avec la planification, et un cortège l’a conduit dans le garage de la cour.

Lorsque l’audience s’est terminée, M. Trump s’est levé avec le reste de la salle comble tandis que les trois juges quittaient la salle, puis il s’est tourné vers le public et est sorti lentement de la pièce par une porte latérale, suivi de son équipe juridique.

Après cela, son cortège l’a conduit à l’hôtel Waldorf Astoria, situé à quelques pâtés de maisons, qu’il possédait et exploitait en tant que Trump International Hotel lorsqu’il était en fonction, pour dénoncer sa poursuite. “Je trouve très injuste qu’un adversaire politique soit poursuivi”, a-t-il déclaré.

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *