La Nouvelle Chopard L.U.C Full Strike Blue Sapphire

Une Révolution de la Haute Horlogerie

La Chopard L.U.C Full Strike est sans aucun doute l’une des montres mécaniques les plus étonnantes jamais conçues par Chopard. Lorsqu’elle a été introduite il y a sept ans en 2016, c’était la toute première montre à répétition minutes de la marque. Les premières fois sont souvent accompagnées de défis, mais visiblement pas chez Chopard. En effet, l’année suivante, la L.U.C Full Strike remportait à juste titre l’Aiguille d’Or, le prix le plus prestigieux de l’horlogerie, lors du Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2017. Depuis lors, plusieurs variantes ont vu le jour, dont une en or blanc et, plus récemment, une avec un boîtier en cristal de saphir incolore.

Chopard L.U.C Full Strike Blue Sapphire

Cette année, Chopard va encore plus loin en présentant une variante en cristal de saphir coloré, une première du genre pour la marque. Une telle entreprise est généralement associée aux fabricants de montres contemporaines et de matériaux de pointe, mais cela n’arrête pas Chopard. Dans cet article, nous vous présenterons les détails et notre opinion honnête sur la dernière création de Chopard, la L.U.C Full Strike, cette fois en saphir bleu.

Le Boîtier, le Cadran et les Aiguilles

Le boîtier est l’élément qui distingue la nouvelle L.U.C Full Strike Blue Sapphire des autres versions du modèle. Ses dimensions modernes de 42,5 x 11,55 mm restent inchangées, mais cette fois, le boîtier est en saphir bleu. Cela inclut la lunette, la couronne, la carrure du boîtier, le fond du boîtier et le verre arrière. Travailler le saphir transparent est déjà un défi en soi, mais ajouter de la couleur complique encore davantage la tâche. Obtenir la couleur bleue intense que l’on voit dans le saphir nécessite l’ajout de chrome et d’éléments des terres rares à la composition habituelle du corindon, en dosages chimiques subtils. Un soin extrême est nécessaire pour garantir non seulement une couleur homogène, mais aussi une structure uniforme, exempte de bulles et d’opacité.

Pour compléter le boîtier, un cadran en cristal de saphir a été créé de manière distincte pour accueillir les éléments en mouvement ou à lire. La minuterie de style chemin de fer est gravée dans le cristal et peinte. Elle contraste bien avec les appliques rhodiées plus classiques qui servent de marqueurs horaires. L’indicateur de réserve de marche, situé à 2 heures, est également affiché sur le cristal de saphir. Il dispose de deux aiguilles, l’une indiquant l’énergie restante dans le ressort qui alimente la répétition minutes, l’autre pour le ressort qui alimente le reste du mouvement. Les autres aiguilles sur le cadran transparent sont destinées à l’affichage de l’heure : deux aiguilles centrales pour les heures et les minutes, et une petite seconde à 6 heures.

Le Mouvement

La L.U.C Full Strike est animée par le calibre L.U.C 08.01-L, composé de 63 rubis et de 533 pièces, le même mouvement qui équipait les versions précédentes du modèle. Il intègre toujours la structure en saphir résonant brevetée par Chopard, ce qui signifie que les gongs de la répétition minutes et le cristal avant sont fabriqués à partir du même bloc monobloc de cristal, ce dernier servant de résonateur. Comme l’indique l’indicateur de réserve de marche à deux aiguilles, l’énergie nécessaire au mécanisme de répétition provient d’un barillet séparé et dédié actionné par la couronne. Si le barillet n’a pas suffisamment de force pour alimenter la complication, un mécanisme de sécurité se déclenche pour désengager le système. Un autre mécanisme de sécurité désactive également le poussoir dès que la répétition est activée, évitant ainsi une réactivation accidentelle et les dommages potentiels à la répétition. Le reste du mouvement offre une autonomie de 60 heures tout en fonctionnant à une fréquence moderne de 4 Hz. Le calibre L.U.C 08.01-L est certifié chronomètre par le COSC.

Assemblé à Genève selon des normes rigoureuses, le calibre est également détenteur du prestigieux Poinçon de Genève. On peut donc s’attendre à ce que le mouvement soit exceptionnellement conçu et fini. La platine principale et les ponts sont en argent non traité, ces derniers étant ornés de vagues de Genève. Les bords de ces ponts, ainsi que la majorité des autres composants, sont chanfreinés et polis. Les marteaux de la répétition minutes sont spectaculairement polis en noir et ornés de chanfreins polis et d’angles vifs. En résumé, il s’agit d’un mouvement dont vous seriez fier de voir et de montrer à travers le cadran en cristal de saphir.

Le Paysage Concurrentiel

Les montres à répétition minutes sont déjà rares en soi, mais une montre aussi avant-gardiste et bien conçue que la L.U.C Full Strike Blue Sapphire est un véritable joyau. Elle réunit le meilleur des mondes anciens et modernes. Il s’agit d’une montre dotée d’un mouvement fini de manière classique, offrant une complication traditionnelle sous la forme d’une répétition minutes logée et amplifiée par un cristal de saphir contemporain. Tout comme le modèle en saphir incolore qui l’a précédée, la L.U.C Full Strike Blue Sapphire est une édition limitée à seulement 5 exemplaires. Les prix ne sont disponibles que sur demande, mais on peut s’attendre à ce qu’ils dépassent largement le demi-million de dollars singapouriens.

Avant la L.U.C Full Strike, il y avait la Jaeger-LeCoultre Master Minute Repeater. Il y a près de 20 ans, la marque du Sentier a fixé les gongs de sa nouvelle montre à répétition minutes sur le cristal de saphir frontal, donnant naissance au premier “gong en cristal” de l’horlogerie. Tout comme pour la Full Strike, le cristal de saphir frontal servirait de résonateur. Cela a fait de la Master Minute Repeater et de ses descendants (photographiés ci-dessous) quelques-unes des répétitions minutes les plus bruyantes du marché, même aujourd’hui. Les gongs n’étaient pas en cristal comme chez Chopard, mais cela remonte à 2005, lorsque rien d’autre que les cristaux avant et arrière n’était en saphir.

Ensuite, il y a des montres comme l’Audemars Piguet Code 11.59 Minute Repeater Supersonnerie, ou toute montre Supersonnerie en général. Tout a commencé avec la Royal Oak Concept Supersonnerie, où au lieu d’avoir des gongs de répétition attachés à la platine principale comme le veut la tradition, ils sont fixés à un fond de boîte intérieur servant de caisse de résonance (tout comme le cristal de saphir frontal pour Chopard et Jaeger-LeCoultre). Cela amplifie les tintements, et les ondes sonores sont autorisées à sortir par les ouvertures du fond de boîte extérieur. Le résultat est un son de cloche fort d’une clarté exceptionnelle. Le concept Supersonnerie a depuis été appliqué à différentes collections Audemars Piguet et même à des complications sonores autres que la répétition minutes, comme la grande et petite sonnerie.

Dernières Réflexions

La nouvelle L.U.C Full Strike Blue Sapphire suscitera certainement des réactions avec son esthétique audacieuse, mais en même temps, elle est une démonstration de la puissance de Chopard. Avec une seule montre, la marque a montré qu’elle est capable de tout, de la haute horlogerie complexe à l’ingénierie des matériaux. Il sera passionnant de voir ce que Chopard tentera ensuite. Le saut évident à faire serait de transposer leur mécanisme de résonance en cristal breveté sur d’autres complications sonores. Une montre L.U.C sonnerie est-elle en préparation ? Ou peut-être une montre à sonnerie plus simple ? Seul le temps nous le dira.

Check Also

Roger Dubuis et Lamborghini Squadra Corse : Une Alliance de Performance et de Précision

Introduction à la Collaboration Roger Dubuis et Lamborghini Depuis 2017, la prestigieuse maison horlogère Roger …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *