L’Ukraine en 2024 : Les défis persistants face à la Russie

Une année de guerre difficile en perspective

L’année 2024 s’annonce comme l’une des plus difficiles pour l’Ukraine depuis le début du conflit, avec une Russie déterminée à poursuivre ses opérations militaires malgré d’énormes pertes en vies humaines et en matériel. La situation à Kiev est tendue après une série d’offensives peu concluantes sur de nombreux fronts. Moscou dispose d’un avantage en termes d’effectifs et de munitions, mais bénéficie également de l’indécision occidentale.

Les conditions météorologiques exacerbent les défis

Le quotidien des soldats ukrainiens est déjà difficile, mais les récentes intempéries, avec de fortes chutes de neige, des inondations et des vents violents, ont laissé plus de deux millions de personnes dans le sud de l’Ukraine, y compris dans les zones occupées et le sud de la Russie, sans électricité. Ces conditions climatiques ont temporairement interrompu les combats sur certains fronts. Cependant, cela pourrait n’être qu’un avant-goût des mois d’hiver difficiles à venir.

Les combats en hiver, avec le froid, la glace et la boue, sont notoirement difficiles, et l’impraticabilité des routes en Europe de l’Est à la fin de l’automne ralentit considérablement les offensives militaires. Néanmoins, rien n’indique que les hostilités ne reprendront pas rapidement dès que les conditions météorologiques s’amélioreront.

La situation sur le terrain

Les forces ukrainiennes ont récemment mené une offensive dans la région méridionale de Zaporijjia, mais celle-ci n’a pas atteint ses objectifs principaux. Bien qu’elles aient réussi à avancer légèrement et à infliger des dommages à la flotte russe en mer Noire en utilisant des armes de précision à longue portée, les forces ukrainiennes sont restées bloquées dans une petite zone au sud du Dniepr, près de Kherson. Il est incertain si cette zone pourra servir de tête de pont pour des opérations futures.

En revanche, à l’est, la Russie a pris l’initiative, obligeant Kiev à déplacer des unités du sud vers cette région. Les Ukrainiens tentent depuis des mois de défendre les territoires récupérés à l’automne 2022, notamment à Avidiivka, où ils risquent même d’être encerclés.

Les combats pour le contrôle de cette petite ville près de Donetsk montrent pourquoi les Russes poussent constamment l’Ukraine à adopter une position défensive. Ils n’hésitent pas à poursuivre des objectifs militaires limités sans égard pour leurs propres pertes ni celles de leurs alliés. Selon le général ukrainien, ils auraient perdu au cours de leur offensive entre mi-octobre et novembre 100 chars, 250 véhicules blindés, 50 systèmes d’artillerie et 10 000 hommes. Bien que ces chiffres puissent être exagérés, même les experts indépendants considèrent que ces pertes en si peu de temps sont sans précédent.

Une stratégie russe persistante

Après avoir repoussé les premières offensives mécanisées massives grâce à des tirs d’artillerie et à des drones kamikazes, les Russes ont changé de stratégie. Ils utilisent désormais, comme ils l’ont fait à Bachmut, des attaques par vagues successives d’infanterie pour submerger les positions défensives, accompagnées de tirs d’artillerie, de bombardements aériens et de munitions à dispersion.

Ce qui joue en faveur de la Russie, c’est qu’elle parvient toujours à mobiliser suffisamment de soldats malgré les pertes élevées, sans avoir besoin d’une nouvelle mobilisation partielle. Cependant, des experts ukrainiens, tels que Jewhen Diki, ancien commandant du bataillon nationaliste Aidar, s’inquiètent du manque de défenseurs suffisants sur le front pour faire face aux assauts russes qualifiés de “vague humaine”. Ils estiment que l’Ukraine a besoin de renforts pour tenir efficacement les lignes.

La question des effectifs

Il reste à voir combien de temps la Russie pourra maintenir ses effectifs malgré les lourdes pertes. Actuellement, elle compte environ 420 000 hommes en Ukraine, soit nettement plus que les forces ukrainiennes, officiellement estimées à environ un million de personnes. Cependant, cette estimation inclut toutes les unités en arrière-garde, ainsi que les blessés et les départements administratifs.

Conscients que le conflit ne prendra pas fin rapidement, le ministère ukrainien de la Défense travaille sur la professionnalisation du recrutement. Il cherche à rendre le service militaire plus attrayant en offrant des choix d’unités, des congés et des rotations. Il est question de recruter un quart de million de soldats supplémentaires en 2024, ce qui pourrait nécessiter une nouvelle mobilisation, une mesure politiquement controversée.

Les défis de la modernisation

La capacité de l’Ukraine à remplacer rapidement ses pertes humaines et matérielles tout en modernisant ses forces est douteuse. De nombreux experts estiment que l’armée ukrainienne ne sera pas en mesure de lancer d’importantes opérations offensives l’année prochaine. Cependant, elle a l’opportunité de consolider ses forces en adoptant une posture défensive et en se concentrant sur la formation et la modernisation pour l’année 2025, bien que cela doive se faire principalement à l’étranger, car les centres de formation de l’armée en Ukraine sont des cibles prioritaires pour les attaques de missiles russes.

L’industrie de la défense russe à bout de souffle

Moscou bénéficie non seulement de l’avantage de la distance par rapport au champ de bataille pour la formation, mais aussi pour l’industrie de la défense, qui peut produire à un rythme accru par rapport à l’Ukraine constamment menacée. Grâce à d’énormes investissements publics et à des stratégies visant à contourner les sanctions

, les entreprises de défense russes produisent désormais plus qu’avant le début de la guerre.

Cependant, ces pertes ne pourront être compensées que à moyen terme. Jusqu’à la fin novembre, le site web Oryx avait recensé plus de 2500 chars détruits. Le groupe industriel Rostec prétend en avoir fourni 2100 à l’armée cette année, mais environ 10 % seulement seraient réellement neufs, les autres étant des modèles soviétiques réparés ou issus de stocks.

Une bataille acharnée pour l’artillerie

La bataille ne se limite pas aux chars, car l’artillerie joue un rôle crucial. Selon des responsables occidentaux, la Russie produit chaque année entre 1 et 2 millions de projectiles d’artillerie. Cependant, l’armée d’occupation aurait utilisé plus de 10 millions de ces munitions au cours des 18 premiers mois du conflit, provenant de stocks soviétiques et récemment nord-coréens, selon les informations de Kiev. Les réserves se vident rapidement, même du côté russe.

Cela n’altère en rien le fait que l’Ukraine reste nettement inférieure à la Russie en termes de soutien occidental, car sa propre production, malgré d’importants investissements, peine à se mettre en route. Les Européens ont récemment admis qu’ils ne pourront pas atteindre leur objectif de fournir un million de projectiles à leur allié en difficulté. Les optimistes estiment que la production européenne totale atteindra un chiffre élevé à six chiffres en 2024. Les États-Unis en fourniront 720 000, et la Corée du Sud a livré plusieurs centaines de milliers de projectiles en mai dernier.

Les aides de l’UE et des États-Unis bloquées

La question cruciale réside dans la volonté politique de continuer à soutenir l’Ukraine à un niveau comparable à celui des années précédentes en 2024. Avec les élections présidentielles américaines l’année prochaine et la montée en puissance récente de partis anti-ukrainiens aux Pays-Bas et en Slovaquie, les doutes s’accumulent.

À l’heure actuelle, d’importantes sommes d’argent sont bloquées à la fois à Washington et à Bruxelles : le gouvernement américain n’a pas réussi à faire approuver un budget de 61,4 milliards de dollars par la Chambre des représentants contrôlée par les républicains, et la Hongrie pourrait bloquer les 50 milliards d’euros prévus par l’UE pour les prochaines années.

La question du financement

Sans l’aide de l’étranger, Kiev ne peut pas financer la guerre, car le déficit budgétaire équivaut presque au budget militaire, soit près de 38 milliards de francs suisses, une somme presque entièrement financée par des prêts étrangers.

Cependant, la Russie elle-même subit des pertes financières considérables en raison de la guerre, bien que plus lentement que l’Ukraine. En 2024, près de 106 milliards de francs suisses sont prévus pour la défense, soit près d’un tiers du budget total. Cela comprend d’énormes dépenses sociales liées à la guerre. Les experts économiques estiment que le déficit prévu de près de 16 milliards de francs suisses est irréaliste.

Les espoirs de la Russie

L’idée répandue en Occident selon laquelle la Russie compte sur la fatigue de ses partenaires pour remporter la victoire en Ukraine doit donc être nuancée. Moscou dispose de ressources plus importantes et est prêt à un conflit de longue durée. Cependant, une guerre sans fin avec des objectifs flous n’est pas populaire. Plusieurs sondages récents montrent que le soutien à la poursuite de l’opération spéciale est passé nettement en dessous de 50 %. Néanmoins, les Russes continuent de la soutenir.

L’incertitude persistante

L’expert britannique en stratégie Lawrence Freedman estime que les actions de la Russie sur le champ de bataille ne sont pas compatibles avec l’objectif de “gel” du conflit. L’offensive récente à Avidiivka montre que Moscou est prêt à aller jusqu’au bout. “C’est le comportement d’un gouvernement impatient. Poutine espère une percée rapide”, déclare-t-il.

Même si les Ukrainiens parviennent jusqu’à présent à se défendre avec succès, l’Occident ne doit pas compter sur le fait qu’une avancée russe est impensable. Les armes antichar et les systèmes de défense antiaérienne ont jusqu’à présent empêché la Russie de tirer pleinement parti de sa supériorité au sol et dans les airs, écrit Frederick Kagan, directeur du Critical Threats Project.

Le fait que les Ukrainiens n’excluent pas une escalade du conflit est illustré par les déclarations récentes d’un haut général, qui met en garde contre une expansion du conflit à toutes les régions du pays. Seule la technologie occidentale moderne pourrait compenser en partie l’infériorité quantitative. Les tensions de plus en plus publiques entre le président et la hiérarchie militaire témoignent également de l’inquiétude croissante quant aux perspectives incertaines.

En fin de compte, les Ukrainiens doivent se préparer à ce que l’année 2024 soit encore plus difficile sur le plan militaire. La reconquête de toutes les zones occupées s’éloigne encore davantage, et le soutien à un combat jusqu’à la victoire diminue. Face à l’intransigeance de Poutine, les négociations sont actuellement impensables, et ce sera probablement l’épuisement des deux parties plutôt que la volonté politique qui décidera si la situation perdurera en 2024.

Article complet

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *