L’Amérique du Sud en tant que fournisseur pétrolier clé – de nouvelles découvertes au large du Brésil et de la Guyane stimulent la production

Introduction

L’Amérique du Sud est en train de devenir un acteur majeur de l’industrie pétrolière mondiale. De nouvelles découvertes de gisements pétroliers au large des côtes du Brésil et de la Guyane ont entraîné une augmentation significative de la production pétrolière dans la région. Alors que des pays comme le Venezuela ont été confrontés à des problèmes de gestion étatique qui ont entravé leur production pétrolière, de nouveaux producteurs tels que la Guyane et le Brésil sont en passe de devenir d’importants exportateurs de pétrole. Dans cet article, nous examinerons de plus près cette évolution et ses implications pour l’avenir de l’industrie pétrolière en Amérique du Sud.

Les réserves pétrolières de l’Amérique du Sud

L’Amérique du Sud détient, après le Moyen-Orient, les deuxièmes plus grandes réserves de pétrole et de gaz au monde, représentant environ 15 % des réserves mondiales prouvées. Cependant, jusqu’à récemment, la majeure partie des huit millions de barils de pétrole produits chaque jour dans la région était consommée localement.

Selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la production de pétrole en Amérique du Sud devrait augmenter pour atteindre entre 10 et 11 millions de barils par jour d’ici 2030, en fonction de la rigueur avec laquelle les pays respectent leurs engagements en matière d’émissions de gaz à effet de serre conformément à l’Accord de Paris. Cela signifie qu’à la fin de la décennie, environ un quart de la croissance de la production pétrolière mondiale pourrait provenir d’Amérique du Sud.

Changement dans la hiérarchie des producteurs

La répartition des producteurs au sein de la région connaît également des changements importants. Actuellement, le Brésil est le principal producteur de pétrole en Amérique du Sud, avec environ 35 % de la production totale, suivi du Mexique avec 25 %. La contribution de la Colombie, du Venezuela et de l’Argentine à la production régionale est inférieure à 10 % chacune.

Cependant, des pays traditionnels de production pétrolière tels que le Mexique, la Colombie et l’Équateur prévoient de réduire leur production pétrolière. Les gouvernements de ces pays ont décidé, pour des raisons liées à la politique environnementale, de ne pas délivrer de nouvelles licences d’exploitation pétrolière. Par exemple, en Colombie, le président Gustavo Petro a annoncé son intention de réduire la production de pétrole, de gaz et de charbon. En Équateur, les électeurs ont récemment voté massivement en faveur de l’arrêt total de l’exploitation pétrolière en Amazonie.

Ces pays ont déjà connu une diminution de leur production pétrolière en raison de problèmes de gestion, de corruption et de sous-investissement. Leur production avait atteint son apogée en 2014.

Le déclin de la production pétrolière au Mexique

Au Mexique, le déclin de la production pétrolière est un phénomène qui dure depuis de nombreuses années. Le pic de production a été atteint il y a près de vingt ans, et depuis lors, la production a été réduite de moitié. Le Mexique est aujourd’hui un importateur net de carburants.

Le déclin de la production pétrolière au Mexique peut également être attribué à des problèmes de gestion. Bien que le président Andrés Manuel López Obrador ait adopté une approche axée sur la production et la transformation du pétrole plutôt que sur les énergies renouvelables depuis 2018, la société d’État Pemex est la société pétrolière la plus endettée au monde. Elle manque de la technologie et des ressources financières nécessaires pour exploiter les gisements en eaux profondes des Caraïbes.

Le défi de la reprise pour le Venezuela

Cependant, le Venezuela, membre fondateur de l’OPEP, a connu le déclin le plus marqué. Bien que le pays possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, la gestion corrompue de la compagnie pétrolière nationale et le manque d’investissements ont empêché le pays de retrouver son ancienne position de leader en Amérique du Sud. Lorsque le président Hugo Chávez est arrivé au pouvoir en 1999 et a commencé à utiliser la compagnie pétrolière à des fins politiques, la PDVSA (Petróleos de Venezuela, S.A.) produisait trois millions de barils par jour. La production n’a jamais récupéré depuis. Actuellement, le Venezuela produit seulement environ 700 000 barils par jour.

Bien que les États-Unis aient assoupli les sanctions contre l’industrie pétrolière du Venezuela, le processus de réouverture n’est pas garanti. Le gouvernement du dictateur Nicolás Maduro doit organiser des élections libres et équitables l’année prochaine, mais cela semble peu probable pour le moment. De plus, il faudra une certaine sécurité juridique pour que les sociétés étrangères investissent les sommes nécessaires pour réactiver la production à moyen terme.

Les espoirs reposent sur le Brésil, la Guyane et l’Argentine

À l’heure actuelle, les espoirs de l’industrie pétrolière reposent principalement sur trois pays d’Amérique du Sud : le Brésil, la Guyane et l’Argentine.

Le potentiel pétrolier du Brésil

Au Brésil, l’industrie pétrolière s’est concentrée sur l’exploitation des gisements de pétrole en eaux profondes au large des côtes de Rio de Janeiro depuis leur découverte en 2007. De 600 000 barils par jour, la production des gisements ultra-profonds, appelés Pré-Sal, a été portée à 2,2 millions de barils par jour par la société d’État Petrobras et les compagnies pétrolières privées. Aujourd’hui, le Brésil se classe au huitième rang mondial des producteurs de pétrole. Selon les estimations de l’AIE, le Brésil pourrait porter sa production à 4,4 millions de barils par jour d’ici 2030.

Cependant, la question qui se pose maintenant est de savoir ce qui se passera ensuite. Les gisements Pré-Sal devraient atteindre leur pic de production vers 2030. De plus, au nord du Brésil, près de l’embouchure de l’Amazone, d’autres gisements importants sont suspectés. Actuellement, un débat politique fait rage au Brésil entre les défenseurs de l’environnement et l’industrie pétrolière quant à l’exploitation de ces gisements potentiels. Le Brésil, tout comme 16 autres pays d’Amérique du Sud, s’est engagé à atteindre des objectifs climatiques, visant à réduire les émissions nettes à zéro d’ici 2050.

L’industrie pétrolière est convaincue qu’il existe un important champ pétrolier au large de la côte brésilienne au nord de l’équateur, car il a déjà été exploité dans les pays voisins.

Les découvertes en Guyane

Non loin de la frontière brésilienne, en Guyane, la compagnie pétrolière ExxonMobil a découvert en 2015 les plus importants nouveaux gisements pétroliers au monde. Depuis lors, la production au large de la Guyane s’est rapidement développée. Selon les estimations de l’AIE, d’ici 2030, la production au large de la côte guyanaise, actuellement d’environ 300 000 barils par jour, pourrait atteindre 1,2 million de barils par jour.

La Guyane peut exporter toute sa production, car elle compte moins d’un million d’habitants et ne dispose ni de raffineries ni de demande intérieure pour de telles quantités de pétrole. D’ici 2025, la Guyane pourrait déjà exporter plus que les quatre principaux producteurs traditionnels de pétrole en Amérique du Sud.

Les réserves de schiste en Argentine

L’Argentine pourrait être le troisième pays d’Amérique du Sud à augmenter sa production pétrolière d’ici 2030. Bien que les réserves de pétrole conventionnelles s’épuisent en Argentine, le pays possède d’importantes réserves de pétrole de schiste que des entreprises privées envisagent de développer.

Alors que le Brésil et la Guyane pourraient augmenter leur production de pétrole respectivement d’un million de barils par jour d’ici 2030, le potentiel en Argentine est environ deux fois moins élevé, avec une augmentation attendue d’environ 500 000 barils par jour.

Les défis et incertitudes

En fin de compte, les prévisions concernant la production future de pétrole en Amérique du Sud sont sujettes à de nombreuses incertitudes. L’environnement politique est imprévisible, et aucun pays n’a encore réussi à accumuler et à gérer les recettes pétrolières dans un fonds souverain pour assurer une prospérité à long terme, comme l’ont fait la Norvège et les États du Moyen-Orient. Le risque est plutôt que les gouvernements détournent les recettes pétrolières à des fins politiques ou personnelles.

De plus, la gestion des ressources pétrolières est sujette à des fluctuations importantes. À un moment donné, la PDVSA vénézuélienne pouvait rivaliser avec les grandes compagnies pétrolières comme Shell ou Mobil. Dix ans plus tard, sous le gouvernement de gauche de Chavez, la PDVSA se retrouvait à fabriquer des vélos et des chaussures, à gérer des boucheries et à construire des logements sociaux. Des estimations basées sur les prix du pétrole et les quantités produites suggèrent que les gouvernements de gauche à partir des années 2000 auraient détourné jusqu’à un billion de dollars.

Le même schéma s’est répété au Brésil, où la compagnie pétrolière d’État Petrobras a été utilisée à des fins politiques. L’ancienne présidente Dilma Rousseff (2011-2016) avait fait de Petrobras la locomotive d’une politique industrielle irréaliste et avait tenté de maintenir l’inflation en subventionnant les carburants aux dépens de la société. Tout comme la PDVSA vénézuélienne, Petrobras était au centre d’un vaste scandale de corruption en 2015, devenant la société pétrolière la plus endettée au monde.

Après une réorganisation fondamentale de l’entreprise, le président actuel, Luiz Inácio Lula da Silva, semble vouloir relancer l’instrumentalisation politique de la compagnie cette année.

Conclusion

En conclusion, l’Amérique du Sud est en train de devenir un acteur majeur de l’industrie pétrolière mondiale, avec des pays tels que le Brésil, la Guyane et l’Argentine qui devraient augmenter leur production dans les années à venir. Cependant, les défis politiques et économiques persistent, et il reste à voir comment ces pays géreront leurs ressources pétrolières pour assurer une prospérité à long terme. La région continue de jouer un rôle clé sur la scène mondiale de l’énergie, et son évolution sera suivie de près par les acteurs du secteur pétrolier à l’échelle internationale.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *