La Quête d’une Issue à l’Enfer Fiscal au Royaume-Uni

L’Évolution de la Politique Fiscale au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est à la recherche d’une solution à son enfer fiscal. Il y a un an, la politique budgétaire de Liz Truss a provoqué des turbulences sur les marchés financiers. Aujourd’hui, le ministre britannique des Finances, Jeremy Hunt, tente à nouveau de réduire les impôts. Cependant, le fardeau fiscal atteint son niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale, et sans croissance économique, aucune amélioration n’est en vue.

Les Défis de Jeremy Hunt

Lorsque Jeremy Hunt a présenté son premier budget en tant que nouveau Chancelier de l’Échiquier il y a un an, il a annoncé des augmentations d’impôts. L’objectif de Hunt et du Premier ministre Rishi Sunak était de rassurer les marchés grâce à un retour à la responsabilité budgétaire, après que leurs prédécesseurs aient conduit le pays au bord du précipice.

Liz Truss et son ministre des Finances, Kwasi Kwarteng, avaient annoncé d’importantes baisses d’impôts deux mois plus tôt. Comme ils prévoyaient de financer cela principalement par de nouvelles dettes, les investisseurs ont fait grimper les taux d’intérêt sur les obligations d’État britanniques et ont envoyé la livre dans un tourbillon. Les turbulences sur les marchés ont finalement conduit au départ de Kwarteng et peu de temps après de sa chef, Liz Truss.

La Montée de la Charge Fiscale

Mercredi dernier, Jeremy Hunt a présenté un nouvel “Autumn Statement” à la Chambre des communes, mais cette fois-ci avec un objectif bien différent. Des élections législatives sont prévues probablement l’année prochaine. Sunak et Hunt sont sous une pression considérable de la part de l’aile droite du Parti conservateur, qui demande des baisses d’impôts. Cela intervient alors que la charge fiscale au Royaume-Uni a atteint son niveau le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale.

Hunt a essayé de donner l’impression que le gouvernement était en train de doucement revenir sur la voie de la réduction des impôts. La mesure la plus importante a été la réduction de la cotisation nationale, une taxe sur les salaires, de 12 à 10 pour cent. Cela devrait soulager environ 27 millions de travailleurs britanniques à partir de janvier. Selon Hunt, un infirmier ou une infirmière gagnera environ 500 livres (553 francs suisses) de plus par an.

En plus de cela, Hunt a annoncé des allégements fiscaux pour les travailleurs indépendants et les entreprises, qui peuvent désormais déduire certaines dépenses liées à l’achat de nouvelles machines de leurs impôts. Cependant, les commentateurs ont souligné que ces mesures ne compensaient que partiellement les hausses d’impôts sur les salaires et les impôts sur les sociétés décidées au cours des deux dernières années.

Les Prévisions de l’Office for Budget Responsibility (OBR)

L’Office for Budget Responsibility (OBR), qui examine les plans budgétaires du gouvernement, maintient sa prévision selon laquelle le ratio fiscal par rapport au produit intérieur brut passera de 33 pour cent en 2019 à 37 pour cent l’année prochaine. En comparaison, la Suisse prévoit un ratio fiscal de 27 pour cent pour 2024.

Selon l’Institut des Études Fiscales, cette législature sera donc marquée comme celle ayant connu les plus fortes augmentations d’impôts de l’histoire. Le groupe de réflexion souligne que la lourde charge fiscale n’est pas seulement le résultat d’effets spéciaux tels que la pandémie ou la crise énergétique, mais qu’elle découle également du vieillissement de la population et de promesses électorales coûteuses telles que la création de postes de police supplémentaires.

Les Défis Actuels

L’aile droite du Parti conservateur réclame maintenant des baisses d’impôts supplémentaires avant les élections, mais le marge de manœuvre de Sunak et Hunt est limitée. D’une part, des allégements substantiels pourraient raviver l’inflation. Celle-ci est récemment tombée à 4,6 pour cent, mais selon les prévisions de l’OBR, elle devrait rester plus tenace que prévu.

D’autre part, les règles budgétaires exigent que la dette par rapport à la taille de l’économie passe de plus de 90 pour cent actuellement à moins de 80 pour cent dans cinq ans. Le fait que Hunt ait trouvé de l’espace pour des baisses d’impôts malgré cette contrainte est principalement dû à l’augmentation des salaires due à l’inflation. Cela a conduit de nombreux contribuables à passer dans des tranches d’imposition plus élevées et à générer des recettes fiscales plus élevées. En réalité, ce phénomène, connu sous le nom de “fiscal drag”, équivaut à une augmentation d’impôt déguisée.

Les Limites des Mesures d’Austérité

La marge de manœuvre pour les mesures d’austérité est également limitée, car les besoins en investissements dans les infrastructures publiques sont de plus en plus évidents. Les écoles présentent un risque d’effondrement en raison de problèmes structurels. Près de 8 millions de Britanniques sont en liste d’attente pour une intervention chirurgicale à l’hôpital. En raison de la surpopulation carcérale, le gouvernement doit louer des places de détention à l’étranger. Récemment, Sunak a stoppé la construction du train à grande vitesse HS2 entre Londres et Manchester pour des raisons budgétaires.

La Nation de la Stagnation

“Si le Royaume-Uni ne parvient pas à augmenter sa croissance économique, le pays semble condamné à des impôts élevés et à de mauvais services publics”, a écrit le “Financial Times” dans une analyse. L’OBR a réduit ses prévisions de croissance à 0,6 pour cent pour 2023 et 0,7 pour cent pour 2024. Les médias utilisent désormais le terme “Nation de la Stagnation”.

Après l’échec de la stratégie de croissance radicale de Truss, Sunak et Hunt misent maintenant sur une multitude de mesures plus modestes pour stimuler la croissance. Cependant, la baisse des salaires réels, les taux d’intérêt élevés, les obstacles commerciaux liés au Brexit et la fin de la subvention publique aux prix de l’énergie freinent l’activité économique.

Selon les sondages, le Parti travailliste pourrait prendre le pouvoir à l’automne prochain, en remplaçant les conservateurs. Cependant, même le Parti travailliste ne pourrait pas échapper aux réalités budgétaires. Lorsque le Parti travailliste a perdu la majorité parlementaire en 2010, un ministre des Finances a laissé à ses successeurs conservateurs une note disant : “Malheureusement, il n’y a plus d’argent disponible”. En 2024, l’histoire pourrait se répéter, mais avec des rôles inversés.

Check Also

L’impact des campagnes de désinformation sur la politique américaine

La désinformation est une arme puissante dans l’arène politique moderne, capable de façonner les perceptions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *