Un procès historique s’engage contre Trump et ses alliés en Géorgie

L’ancien président Donald Trump et plusieurs de ses alliés font face à des poursuites sans précédent en Géorgie pour ingérence électorale. Alors que certains se rendent déjà, d’autres tentent de faire transférer l’affaire en cour fédérale ou d’obtenir son classement pur et simple.

Des batailles juridiques s’annoncent compliquées

Plusieurs co-accusés de M. Trump dans cette affaire tentent de faire transférer le dossier devant la justice fédérale ou de le faire classer entièrement.

Jeffrey Clark, un ancien haut responsable du ministère de la Justice, et David Shafer, ex-patron du parti républicain en Géorgie, ont déposé des requêtes mardi pour transférer le dossier devant une cour fédérale, suivant ainsi la démarche initiée la semaine dernière par Mark Meadows, ancien chef de cabinet de la Maison Blanche. Ces requêtes jettent les bases de ce qui sera le premier combat juridique d’importance dans cette affaire, déposée devant la Cour supérieure d’Atlanta la semaine passée.

La plupart des accusés, dont M. Trump, prévoient de se rendre cette semaine, comme l’a exigé la procureure de district Fani Willis, qui dirige l’enquête. Mais M. Clark a déposé mardi une requête d’urgence pour éviter de se rendre à la tristement célèbre prison d’Atlanta où sont écroués les accusés. M. Meadows a déposé une requête similaire plus tard dans la journée.

Un autre allié en vue de M. Trump, John Eastman, s’est rendu mardi et a été incarcéré. M. Eastman, qui a été l’un des architectes principaux des efforts de M. Trump pour renverser sa défaite de 2020, a déclaré dans un communiqué que cette inculpation “représente une traversée du Rubicon pour notre pays, mettant en cause le droit fondamental du premier amendement de pétitionner le gouvernement pour obtenir réparation des griefs”.

Des actions menées “dans le cadre de leurs fonctions”

Les poursuites au niveau des États peuvent être transférées devant la justice fédérale en vertu d’une loi fédérale qui autorise un tel changement de juridiction si l’affaire implique des responsables fédéraux pour des actions menées “dans le cadre” de leurs fonctions. Cette formulation désigne des choses faites à titre officiel ou dans le cadre de fonctions officielles.

Le mois dernier, un juge fédéral a rejeté les efforts de M. Trump pour transférer une autre poursuite pénale devant la justice de l’État de New York. Cette affaire portait sur le rôle de M. Trump dans des paiements pour acheter le silence d’une actrice de films pornographiques. Dans son ordonnance, le juge Alvin K. Hellerstein a écrit : “L’argent versé en secret à une actrice de films pour adultes n’est pas lié aux actes officiels d’un président”.

Si les requêtes pour transférer l’affaire géorgienne aboutissent, les accusés soutiendront probablement ensuite devant la justice fédérale qu’ils ne devraient pas être poursuivis pour des crimes d’État, en s’appuyant sur la clause de suprématie de la Constitution américaine, qui établit la primauté des lois fédérales sur les lois des États.

Des arguments divers pour éviter les poursuites

Trois des 19 accusés par Mme Willis étaient des responsables fédéraux à l’époque de l’élection : M. Trump, M. Clark et M. Meadows. M. Meadows a déposé une requête vendredi demandant le rejet des charges contre lui, en invoquant la clause de suprématie ; mardi, il a demandé à une cour fédérale d’autoriser “immédiatement” le transfert ou de lui permettre d’éviter son arrestation dans le comté de Fulton jusqu’à une audience sur sa demande de transfert au début de la semaine prochaine.

M. Clark a argué dans un document juridique que son client “était un haut responsable du ministère américain de la Justice à toutes les périodes applicables à l’action du comté de Fulton”, et que “les allégations contenues dans celle-ci sont directement liées à son travail au ministère de la Justice ainsi qu’avec l’ancien président des États-Unis”.

Le transfert éventuel à une cour fédérale élargirait le bassin des jurés pour un éventuel procès. Au lieu de n’être tirés que du comté de Fulton, où 26% des électeurs ont voté pour M. Trump en 2020, ils seraient tirés d’une région de 10 comtés incluant des banlieues et des zones plus rurales où M. Trump a obtenu près de 34% des suffrages.

Plusieurs experts juridiques estiment qu’un transfert de l’affaire géorgienne à une cour fédérale ne permettrait pas à M. Trump de s’auto-gracier en cas de condamnation, s’il était réélu. La Constitution accorde au président le pouvoir de gracier pour les “infractions contre les États-Unis”, mais les crimes reprochés en Géorgie, quel que soit le tribunal, sont des infractions contre l’État de Géorgie, rappelle Anthony Michael Kreis, expert en droit constitutionnel à l’université d’État de Géorgie.

L’acte d’accusation décrit huit façons dont les accusés auraient tenté, dans le cadre d’une “entreprise criminelle”, d’inverser les résultats de la présidentielle de 2020 : en mentant à la législature de Géorgie, en mentant aux responsables de l’État, en désignant ou en agissant comme de faux grands électeurs pro-Trump pour contourner le vote populaire, en harcelant des agents électoraux, en sollicitant des responsables du ministère de la Justice, en sollicitant le vice-président Mike Pence, en piratant des machines à voter et en dissimulant ces agissements.

Une affaire aux implications historiques

Les dépôts devant la justice fédérale de MM. Shafer et Clark marquent certains des retours les plus vigoureux à ce jour contre Mme Willis et ses poursuites.

M. Shafer affirme dans son recours que l’affaire “cherche à criminaliser les actions de personnes agissant en vertu de l’autorité fédérale pour réaliser les objectifs du gouvernement national”. Et d’ajouter : “Ni l’État de Géorgie ni aucune de ses municipalités n’a le pouvoir de poursuivre M. Shafer pour ces actions, et cette cour devrait exercer son autorité claire pour corriger cette injustice et mettre un terme dès à présent à cette tentative de poursuite illégale et inconstitutionnelle.”

Le transfert éventuel à une cour fédérale élargirait le bassin des jurés pour un éventuel procès. Au lieu de n’être tirés que du comté de Fulton, où 26% des électeurs ont voté pour M. Trump en 2020, ils seraient tirés d’une région de 10 comtés incluant des banlieues et des zones plus rurales où M. Trump a obtenu près de 34% des suffrages.

Cette affaire, quelle que soit l’issue des recours, marquera l’histoire politique américaine et la fin mouvementée du mandat Trump. Elle pourrait aussi redessiner les contours du droit électoral américain.

Note : Cet article résume et analyse les développements récents de l’affaire légale en cours contre Donald Trump et ses co-défendants en Géorgie. Les opinions exprimées dans l’article sont basées sur les informations disponibles au moment de la rédaction.

Check Also

La Mer Rouge, épicentre de tensions géopolitiques : le drone MQ-9 Reaper et la montée des hostilités

La Mer Rouge, longtemps perçue comme un simple passage maritime reliant l’océan Indien à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *