Trump nie avoir déclassifié des documents de la Maison Blanche, selon Pence

L’ancien vice-président américain Mike Pence a déclaré dimanche qu’il n’avait connaissance d’aucune déclassification à grande échelle de documents par le président Donald J. Trump lorsqu’ils étaient ensemble à la Maison Blanche, réfutant ainsi l’un des principaux arguments de l’ancien président contre les accusations de mise en danger de la sécurité nationale.

M. Trump, qui a été inculpé de 40 chefs d’accusation criminels et accusé d’avoir emporté des plans de guerre et d’autres documents secrets avec lui en quittant ses fonctions et d’avoir refusé de restituer beaucoup d’entre eux, a longtemps insisté sur le fait qu’il avait émis un “ordre permanent” de déclassifier des documents et que tous ceux qu’il avait ramenés chez lui étaient automatiquement déclassifiés.

Mais son vice-président est devenu le dernier ancien responsable de l’administration Trump à dire qu’il n’avait jamais entendu parler d’un tel édit. “On ne m’a jamais informé d’un effort généralisé de déclassification de documents”, a déclaré M. Pence dans une interview à l’émission “This Week” d’ABC dimanche.

Un processus rigoureux pour la déclassification

“Il existe un processus que la Maison Blanche suit pour déclassifier des documents”, a ajouté M. Pence. “Je sais que cela s’est produit dans plusieurs cas au cours de nos quatre années en poste. Mais je n’ai connaissance d’aucune directive générale du président. Mais cela ne signifie pas que cela ne s’est pas produit; c’est juste quelque chose dont je n’ai jamais entendu parler.”

Les souvenirs de M. Pence concordent avec ceux d’autres anciens responsables de la Maison Blanche. Mark Meadows, qui fut le dernier chef de cabinet de M. Trump à la Maison Blanche, a déclaré aux enquêteurs travaillant pour le procureur spécial Jack Smith qu’il ne se souvenait pas que l’ancien président ait jamais émis un tel ordre ou même en ait discuté, selon ce qu’a rapporté dimanche ABC News, citant des sources anonymes.

Dix-huit anciens responsables de l’administration, dont au moins deux des prédécesseurs de M. Meadows au poste de chef de cabinet, John F. Kelly et Mick Mulvaney, avaient déjà déclaré à CNN qu’ils ne connaissaient pas non plus un tel ordre. Les avocats de M. Trump n’ont pas inclus la revendication d’un tel ordre de déclassification dans les documents judiciaires, où ils seraient passibles de fausses déclarations.

Des affirmations uniquement dans les apparitions publiques

Au lieu de cela, M. Trump n’a avancé cette revendication que dans des apparitions publiques, où il n’y a pas de sanction légale pour ne pas dire la vérité. Peu après une perquisition du FBI dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, en août dernier, qui avait mis au jour une multitude de documents classifiés qu’il avait emportés et omis de restituer après avoir été assigné à comparaître, M. Trump a posté sur les réseaux sociaux que “tout avait été déclassifié”.

Ce soir-là, il a publié une déclaration lue sur Fox News disant qu’il “avait un ordre permanent selon lequel les documents retirés du Bureau ovale et emmenés dans la résidence étaient réputés déclassifiés”.

Lors d’une interview ultérieure accordée à Sean Hannity sur Fox, M. Trump a déclaré qu’il n’avait pas besoin de suivre un quelconque processus pour déclassifier des documents. “Vous êtes le président des États-Unis – vous pouvez déclassifier simplement en le déclarant, même juste en y pensant”, avait-il alors déclaré.

Des preuves suggérant que Trump savait que les documents n’étaient pas déclassifiés

Se référant aux documents trouvés à Mar-a-Lago, il avait ajouté : “En d’autres termes, quand j’ai quitté la Maison Blanche, ils étaient déclassifiés.”

M. Trump a maintenu cette affirmation pendant des mois. Lors d’un town hall de CNN en mai, il a déclaré : “Ils deviennent automatiquement déclassifiés quand je les ai pris.”

Mais l’acte d’accusation déposé par M. Smith devant le tribunal fédéral de district en Floride comprend des preuves que M. Trump était au courant que les documents n’étaient pas déclassifiés. Lors d’une réunion enregistrée en juillet 2021 avec deux personnes qui l’interviewaient au nom de M. Meadows pour les mémoires de l’ancien collaborateur, M. Trump a fait référence à des plans d’attaque contre l’Iran et sur la bande il semble les brandir pour leur montrer.

“Voyez, en tant que président, j’aurais pu les déclassifier”, leur a-t-il dit. “Maintenant je ne peux pas, vous savez, mais c’est encore top secret.”

Des responsables clés n’étaient pas au courant d’un ordre de déclassification

ABC News a rapporté avoir examiné une première version du mémoire résultant de M. Meadows, qui décrivait M. Trump avec un plan de guerre classifié “sur le canapé” de son bureau à Bedminster, dans le New Jersey, mais que la référence avait été supprimée par M. Meadows parce qu’elle serait “problématique”.

George Terwilliger, l’avocat de M. Meadows, a refusé de commenter le compte rendu d’ABC.

M. Pence, qui est à la traîne dans sa campagne contre M. Trump pour l’investiture républicaine à la présidentielle de l’année prochaine, a été prudent dans ses critiques envers son ancien colistier, qui a été inculpé dans quatre affaires distinctes aux niveaux fédéral et des États.

Mais avec le premier débat républicain qui se profile cette semaine, M. Pence s’est montré ces derniers temps plus disposé à décrier le recours de M. Trump à des “avocats illuminés” pour tenter d’annuler l’élection de 2020 et sa demande à son vice-président de “le placer au-dessus de la Constitution” en invalidant les votes du collège électoral pour Joseph R. Biden Jr.

Interrogé sur ABC dimanche sur le fait de savoir si le chef de cabinet du président aurait été au courant de tout ordre de déclassification généralisée s’il avait existé, M. Pence a déclaré : “Je m’y attendrais”.

Mais il a ajouté : “Mais, voyez-vous, le président Trump a droit à la présomption d’innocence. Il a droit à son jour devant les tribunaux. Et je ne vais tout simplement pas commenter la dernière fuite ou le dernier reportage issu de ce processus.”

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *