La crise immobilière chinoise ne fait que commencer – et le gouvernement regarde ailleurs

La crise qui secoue actuellement le secteur immobilier chinois n’en est qu’à ses débuts. Malgré l’aggravation rapide de la situation, le gouvernement à Pékin reste fidèle à sa stratégie et se contente pour l’instant de mesures ciblées pour soutenir une économie chancelante.

Un plan de sauvetage à grande échelle pour les nombreux promoteurs immobiliers lourdement endettés ne semble pas à l’ordre du jour. Aux yeux du président Xi Jinping, le marché immobilier, dopé depuis des années par la spéculation et l’endettement excessif, subit actuellement un assainissement devenu indispensable.

Des actions timides pour soutenir les marchés boursiers

La China Securities Regulatory Commission (CSRC) vient d’annoncer qu’elle cherchera dans un premier temps à soutenir les marchés boursiers. Ainsi, le gendarme boursier envisage d’étendre les heures de négociation sur les places boursières de Shanghai et Shenzhen. La CSRC souhaite également réduire les frais de transaction payés par les courtiers et encourager les rachats d’actions par les entreprises.

Selon la CSRC, ces mesures visent à “restaurer la confiance des investisseurs sur les marchés financiers”. L’indice de référence des Bourses de Shanghai et Shenzhen a perdu 2% depuis le début de l’année, tandis que le S&P 500 a gagné 14% sur la même période.

Parallèlement, la banque centrale chinoise renforce ses efforts pour stabiliser le yuan. La monnaie chinoise s’est fortement dépréciée ces dernières semaines face au dollar. Désormais, les banques commerciales chinoises seront autorisées à puiser dans leurs réserves de devises étrangères. La banque centrale réduit également la fourchette à l’intérieur de laquelle le yuan est autorisé à fluctuer.

L’efficacité de ces tentatives de soutien est toutefois douteuse. La banque centrale a déjà abaissé à deux reprises cette année un taux d’intérêt clé. Lundi, elle a franchi une nouvelle étape en réduisant de 3,55% à 3,45% son taux préférentiel à 1 an, creusant encore l’écart avec les États-Unis.

De nouveaux promoteurs immobiliers menacés

La principale cause du ralentissement économique est la crise immobilière qui ne cesse de s’aggraver. Après les difficultés d’Evergrande, géant surendetté à hauteur de 300 milliards de dollars, des entreprises jusque-là considérées comme saines sont désormais sous pression.

Il y a deux semaines, le promoteur Country Garden a annoncé être dans l’incapacité d’honorer les coupons de deux obligations internationales. Le groupe Evergrande, qui négocie un rééchelonnement de sa dette avec ses créanciers étrangers, a déposé jeudi dernier une demande de mise sous protection judiciaire à New York.

Mais ce n’est probablement pas fini. Les experts s’attendent à ce que d’autres conglomérats immobiliers vacillent, car de nombreux bilans sont plus que critiques. Chez 86 promoteurs privés, les engagements à court terme excèdent les liquidités. Chez 48% des sociétés immobilières cotées, les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (Ebitda) ne couvraient pas les charges d’intérêts l’an dernier, selon les analystes de Gavekal Dragonomics à Pékin. Autrement dit, ces entreprises sont techniquement en faillite.

L’accumulation de dettes colossales par les promoteurs immobiliers chinois est le résultat d’années de croissance effrénée basée sur l’endettement. Le modèle économique chinois reposant en grande partie sur la construction et la vente de logements, les autorités locales ont longtemps poussé les promoteurs à construire coûte que coûte pour soutenir la croissance. Cette spirale de l’endettement a fini par exploser.

Augmentation des faillites

La situation pourrait même être encore plus précaire aujourd’hui. De nombreuses sociétés immobilières peinent désormais à générer des revenus, les ventes de logements s’inscrivant en repli continu. Les prix, notamment dans les villes secondaires, sont orientés à la baisse. Au premier semestre, les ventes immobilières en Chine ont reculé de 14% en yuan. Et rien n’indique un renversement de tendance.

Depuis de nombreuses années, le secteur immobilier chinois est dopé par la spéculation. Mais comme la confiance s’est évaporée, les Chinois se montrent extrêmement prudents dans leurs achats de biens. Les promoteurs sont pris dans une spirale négative et la faillite se rapproche pour beaucoup.

Cela pourrait avoir des conséquences d’ampleur pour d’autres pans de l’économie chinoise. Des promoteurs insolvables menacent d’entraîner dans leur chute des entreprises de construction et des dizaines de milliers de fournisseurs des secteurs de l’acier, du ciment ou du verre. Le chômage bondirait et les risques d’agitation sociale augmenteraient.

Le ralentissement du secteur immobilier plombe déjà la demande pour de nombreux autres secteurs, notamment la construction et les matériaux. L’immobilier représente environ 25% du PIB chinois. Sa contraction rapide menace des milliers d’emplois et la stabilité sociale.

Face à la crise immobilière, les analystes révisent déjà leurs prévisions de croissance à la baisse. Ainsi, les experts de Morgan Stanley tablent désormais sur une hausse de 4,7% du PIB cette année, tandis que Nomura anticipe une croissance de 4,6%. En mars, Pékin visait encore officiellement une croissance “d’environ 5%” en 2022.

Les conséquences pour l’économie mondiale

Si le ralentissement de l’économie chinoise devait se confirmer, cela ne resterait pas sans effet sur le reste du monde. Malgré les efforts de déglobalisation, les économies d’Asie, d’Europe et des États-Unis restent étroitement imbriquées avec la Chine, dont la demande soutenait jusqu’à récemment la croissance mondiale. Ainsi, le Fonds monétaire international estimait en mai que la Chine contribuerait cette année à près de 35% de la croissance planétaire.

Les tentatives de Pékin pour relancer son économie chancelante via des baisses de taux d’intérêt ont jusqu’à présent produit peu de résultats. Ces dernières semaines, l’octroi de crédits a nettement ralenti, signe clair que la confiance des entreprises et des ménages est sérieusement ébranlée.

Selon les experts, un vaste plan de sauvetage du secteur immobilier sera nécessaire pour inverser la tendance. Mais Xi Jinping risque de bloquer une telle initiative, déterminé qu’il est à mettre fin aux excès sur les marchés immobilier et financier. “Les logements sont faits pour être habités, pas pour spéculer”, telle est la doctrine du président chinois. L’homme fort de Pékin suit une voie risquée.

Une récession prolongée en Chine aurait des répercussions importantes sur le commerce international et la croissance mondiale. La Chine est le premier importateur mondial de matières premières et un marché crucial pour de nombreux secteurs comme l’automobile ou les produits de luxe. Un ralentissement durable pénaliserait les exportateurs dans le monde entier.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *