Grève à Hollywood : L’Industrie du Divertissement à l’Arrêt

es Stars et les Scénaristes unis dans la Lutte

Le 13 juillet dernier, une atmosphère glamour mêlée à une pointe de contestation a envahi un cinéma londonien. La première d’‘Oppenheimer’, le dernier joyau d’Universal Pictures, était sur le point de commencer. La foule était prête à acclamer des icônes telles que Cillian Murphy, Emily Blunt et Matt Damon, mais ce qui s’est déroulé était loin de toute attente. Le réalisateur de renom, Christopher Nolan, s’est adressé à la foule, annonçant que les acteurs ne feraient pas leur entrée. “Ils sont partis écrire leurs pancartes pour rejoindre les piquets de grève”, a-t-il déclaré.

Un Front Commun : Acteurs et Scénaristes en Grève

L’éclatement de cette grève, précédée par le déclenchement de celle de la Writers Guild of America (le syndicat des scénaristes) en mai, a déclenché une onde de choc au sein de l’industrie du divertissement américaine. Les retombées s’étendront bien au-delà des frontières américaines. L’année précédente, neuf des dix plus grands succès mondiaux au box-office étaient américains, et les géants du streaming US étaient désormais des invités permanents dans les salons du monde entier. Alors que les stars s’opposent aux studios, la machine géante de la production de divertissement s’est subitement immobilisée.

La Révolution de la Rémunération

Cette grève marque un tournant significatif dans la façon dont les acteurs et les scénaristes envisagent leur rémunération. L’intelligence artificielle (IA) est au cœur de leurs inquiétudes, craignant son utilisation pour la production automatisée de scénarios ou même la duplication virtuelle d’artistes. Cependant, le point le plus controversé concerne le streaming. Les “guerres du streaming” ont entraîné une augmentation considérable des dépenses pour la création de contenu, avec les géants traditionnels luttant pour conserver leur part de marché face à de nouveaux rivaux richement dotés comme Apple et Amazon. À l’échelle mondiale, les dépenses consacrées aux programmes télévisés et cinématographiques ont dépassé les 230 milliards de dollars l’année précédente, presque le double de ce qu’elles étaient dix ans auparavant, selon Ampere Analysis. Les emplois dans l’industrie du divertissement augmentent à un rythme près de deux fois plus rapide que la moyenne générale.

Rémunération Évolutive : Nouvelle Donne

Pourtant, malgré cette force apparente, les acteurs et les scénaristes sont confrontés à une réalité changeante. Les plateformes de streaming offrent des compensations initiales généreuses, mais les pourcentages sur les revenus futurs de leurs projets sont bien moindres. Ainsi, si une participation dans un film peu performant est beaucoup plus lucrative qu’il y a dix ans, une implication dans un succès majeur ne garantit plus une rémunération à vie. Les productions des plateformes de streaming peuvent être créativement gratifiantes, offrant davantage de possibilités de reconnaissance que la télévision traditionnelle, mais leurs saisons plus courtes précarisent les artistes. Les acteurs et les scénaristes revendiquent des salaires minimaux plus élevés et une part des bénéfices une fois que les émissions sont diffusées.

L’Impact du Streaming sur le Rapport de Force

À première vue, les acteurs et les scénaristes semblent avoir un levier important. Sans scénarios, la créativité est tarie. En l’absence d’acteurs, certains projets en cours, telle que la suite de ‘Gladiator’ dirigée par Ridley Scott, sont mis en suspens. Même les films achevés auront du mal à attirer l’attention sans les stars pour les promouvoir. C’est ainsi que Disney s’est vu contraint de dépêcher des interprètes costumés de Mickey et Minnie pour la première du ‘Manoir hanté’ le 15 juillet. Le Festival du Film de Venise prévu fin août risque de pâtir de cette situation. Les Emmy Awards en septembre sont également menacés. Certains envisagent même une grève prolongée jusqu’aux Oscars de mars 2024. Les célébrités en grève se révèlent également habiles à exprimer leurs préoccupations, bien plus que les employés des studios. Fran Drescher, actuellement à la tête du syndicat des acteurs, a tiré parti de ses années passées en tant qu’héroïne de la série ‘Une nounou d’enfer’ pour dénoncer les rémunérations “révoltantes” accordées aux patrons de studio. En réponse, Bob Iger, le PDG de Disney, s’est entretenu pendant des vacances à Sun Valley, surnommé “le camp d’été des milliardaires”. Pendant ce temps, des informations ont fait surface concernant la commande d’un nouveau yacht par le même Iger.

L’Ère de la Diffusion à la Demande

Cependant, les acteurs et les scénaristes auront probablement plus de difficultés à maintenir leur position qu’à l’époque de Ronald Reagan. Les grèves perturbent moins les programmes télévisés aujourd’hui, car la diffusion à la demande permet aux téléspectateurs de choisir parmi une multitude d’options instantanément. Cette nouvelle manière de consommer du contenu rend les interruptions de plus en plus discrètes. De plus, le streaming a réduit la dépendance d’Hollywood à l’égard des États-Unis, tant en termes d’audience que de production. Netflix est l’exemple parfait de cette tendance, avec plus de deux tiers de ses 238 millions d’abonnés résidant hors des États-Unis. Près de deux tiers des émissions commandées par Netflix au cours des douze derniers mois ont également été produites à l’étranger, selon Ampere Analysis. Il est même envisageable que la plateforme souhaite rediriger l’attention de ses spectateurs des coûteuses productions américaines vers des contenus moins onéreux.

Vers un Nouveau Paysage de l’Industrie du Divertissement

Dans un univers dominé par les franchises, les acteurs ont moins de poids économique qu’auparavant. Le mois dernier, Warner Bros a changé d’interprète pour Superman ; Sony a lancé plusieurs versions de Spider-Man (dont la plus récente est animée). Anthony Mackie, l’interprète de Captain America, l’a clairement exprimé : “l’évolution du super-héros signe la fin de l’ère de la star de cinéma”. Avec l’usure progressive de l’engouement pour les super-héros, les studios se tournent vers de nouvelles franchises. La production ayant généré le plus de recettes cette année est le reboot animé de ‘Super Mario Bros’, réalisé par Universal.

Cependant, la crise actuelle de l’industrie du divertissement limite la marge de manœuvre des studios pour augmenter leurs investissements. Les blockbusters tels qu’‘Indiana Jones’ continuent de stagner au box-office, dont les revenus devraient rester inférieurs d’un quart à leur niveau pré-pandémie cette année. Les chaînes hertziennes et les diffuseurs par câble sont en déclin terminal. Bob Iger a fait preuve de transparence quant à leur avenir lors de son entretien à Sun Valley : “le modèle économique à la base de ces activités, qui a généré d’énormes profits au fil des années, est irrémédiablement brisé”, a-t-il annoncé. Wall Street exige désormais des plateformes de streaming non seulement de la croissance, mais aussi des bénéfices, entraînant une course effrénée à la réduction des coûts. Même avant le déclenchement de la grève, des projets étaient annulés. L’année précédente, Warner Bros a abandonné la production du film ‘Batgirl’. La mobilisation syndicale fournit une opportunité pour opérer de nouvelles coupes budgétaires, car “de nombreux actionnaires et dirigeants sont prêts à assainir leur bilan”, confirme un ancien cadre du secteur du streaming. Les acteurs s’illustrent sur les lignes de piquet de grève, mais cette fois-ci, ils se confrontent à un auditoire de plus en plus exigeant.

Check Also

La Mer Rouge, épicentre de tensions géopolitiques : le drone MQ-9 Reaper et la montée des hostilités

La Mer Rouge, longtemps perçue comme un simple passage maritime reliant l’océan Indien à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *