La contre-offensive ukrainienne évolue : retour aux tactiques traditionnelles face à la résistance russe

La lenteur de la contre-offensive

Depuis le lancement de la contre-offensive ukrainienne il y a près de deux mois, les combats ne cessent de faire rage dans les régions de Donetsk à l’est et de Zaporijia au sud. Malgré des milliards de dollars d’aide et la formation de milliers de soldats par les pays de l’OTAN, les progrès réalisés restent limités. Selon les estimations récentes, environ 204 km2 de territoire ont été libérés par les forces ukrainiennes depuis le début des opérations, incluant la reprise de quelques villages occupés par les Russes. Cependant, la lenteur de cette contre-offensive suscite des interrogations.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation. Tout d’abord, les spécialistes soulignent que de telles opérations prennent du temps, car il s’agit d’une « stratégie délibérée visant à épuiser l’ennemi ». En outre, la nature elle-même joue en défaveur des attaquants. La repousse sauvage des broussailles dans le sud du pays, favorisée par la chaleur estivale, ralentit les mouvements des troupes et aide à camoufler les positions russes. De plus, les champs de mines dissimulés dans cette végétation rendent les opérations de nettoyage encore plus difficiles.

Des erreurs tactiques et des attentes déçues

Cependant, la lenteur de la contre-offensive ne s’explique pas uniquement par ces circonstances. Des erreurs tactiques ont également été commises. L’une des plus célèbres a été la perte de 25 véhicules, dont quatre chars Leopard 2 allemands, en seulement quelques minutes au début des opérations. Cela a déçu les attentes de l’Occident, qui a investi massivement pour renforcer les forces de Kiev. Malgré l’équipement moderne fourni par les pays occidentaux et la formation dispensée à plus de 36 000 soldats ukrainiens par l’OTAN, les résultats n’ont pas été à la hauteur.

Les troupes formées et armées par l’Occident ont eu du mal à s’imposer sur le terrain. Les tactiques de combat américaines, présentées comme l’avant-garde d’un assaut majeur, se sont révélées inefficaces contre la résistance russe. Face à ces constats, l’Ukraine a décidé de revoir sa stratégie militaire.

Un retour aux fondamentaux

Face à la situation délicate sur le terrain, les commandants militaires ukrainiens ont décidé de changer de tactique. Plutôt que de lancer de vastes attaques mécanisées sous le feu de l’ennemi, ils vont désormais se concentrer sur l’usure des forces russes en utilisant l’artillerie et les missiles à longue portée. L’armée ukrainienne va donc revenir à ses tactiques traditionnelles, qu’elle connaît bien et maîtrise.

Une deuxième vague de forces entraînées par l’Occident est prévue dans le Sud, mais ces soldats mèneront des attaques à plus petite échelle pour tenter de percer les lignes russes. Cette nouvelle approche inquiète les responsables américains, qui craignent que le recours massif à l’artillerie épuise rapidement les précieuses réserves de munitions ukrainiennes, contrairement à la Russie qui dispose d’immenses stocks de matériel.

Les enseignements à tirer

La décision de l’Ukraine de revenir à ses tactiques traditionnelles peut être interprétée comme un aveu d’échec indirect pour l’OTAN. Les espoirs de l’alliance de voir les forces ukrainiennes, dotées de nouvelles armes et d’un nouvel entraînement, réaliser des avancées significatives, n’ont pas été concrétisés jusqu’à présent. Il est vrai que les soldats ukrainiens formés par les pays de l’OTAN n’ont bénéficié que de quatre à six semaines d’entraînement aux nouvelles tactiques. Il est difficile d’appliquer efficacement des stratégies nouvellement apprises lors des premières opérations, surtout face à un adversaire bien retranché.

Les prochaines semaines seront décisives pour déterminer si le retour aux fondamentaux militaires ukrainiens portera ses fruits et permettra de progresser sur le terrain. Il reste à voir si les tactiques traditionnelles de l’Ukraine sauront surmonter la résistance acharnée des forces russes.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *