Russie se retire de l’accord sur les céréales en mer Noire

Un accord crucial pour la stabilité des prix alimentaires mondiaux est remis en cause

Le Kremlin a annoncé ce lundi sa décision de suspendre sa participation à un accord permettant à l’Ukraine d’exporter ses céréales par voie maritime malgré un blocus en temps de guerre. Cette décision remet en question un accord considéré comme essentiel pour maintenir la stabilité des prix alimentaires mondiaux.

Cette annonce semble porter le coup le plus sérieux à un accord vieux d’un an, qui avait été un exemple rare de négociations fructueuses entre les nations en guerre, et qui avait contribué à atténuer une partie des conséquences mondiales de l’invasion à grande échelle de la Russie. L’Ukraine est un important producteur de céréales et d’autres denrées alimentaires, et les Nations Unies avaient averti que certains pays du Moyen-Orient et de l’Afrique pourraient faire face à la famine si Kiev ne pouvait pas exporter ses produits via la mer Noire.

Un porte-parole du Kremlin, Dmitri S. Peskov, a déclaré ce lundi aux journalistes que l’accord était “suspendu”, mais a ajouté que la décision n’était pas liée à l’attaque qui avait eu lieu quelques heures plus tôt sur le pont du détroit de Kertch reliant la Russie à la Crimée occupée. Les responsables russes ont accusé l’Ukraine d’être à l’origine de l’attaque sur le pont, mais Kiev n’a pas revendiqué la responsabilité.

S’exprimant sur l’accord sur les céréales, M. Peskov a déclaré : “Dès que la partie russe aura rempli sa part du contrat, elle reviendra immédiatement à la mise en œuvre de cet accord.”

L’accord, connu sous le nom d’Initiative sur les céréales en mer Noire et négocié par les Nations Unies et la Turquie, devait expirer ce lundi. Un responsable des Nations Unies, qui a parlé sous couvert d’anonymat en raison de la sensibilité de la question, a déclaré que l’organisation avait reçu notification de la décision de la Russie.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré qu’il parlerait au président russe Vladimir V. Poutine de l’accord et a exprimé l’espoir qu’il accepterait d’y revenir.

“Malgré la déclaration d’aujourd’hui, je pense que le président de la Fédération de Russie, mon ami Poutine, souhaite la poursuite de ce pont humanitaire”, a déclaré M. Erdogan aux journalistes à Istanbul.

La semaine dernière, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a envoyé une lettre contenant des propositions à M. Poutine dans le but de répondre aux conditions de la Russie pour prolonger l’accord.

Les négociateurs des Nations Unies et de la Turquie ont passé le week-end à attendre une réponse de Moscou alors que le temps s’épuisait. Les exportations de céréales à partir des ports ukrainiens avaient presque diminué à zéro dans les jours précédant l’expiration de l’accord.

La Russie s’est plainte à plusieurs reprises de l’accord, qu’elle considère comme déséquilibré en faveur de l’Ukraine. L’accord a permis de remédier avec succès aux pénuries qui ont résulté des blocus au cours des premiers mois de la guerre, entraînant une hausse des prix du blé à l’échelle mondiale. Il a permis à l’Ukraine de relancer l’exportation de millions de tonnes de céréales qui étaient restées en souffrance pendant des mois, et il a été renouvelé plusieurs fois, notamment en mai.

Mais Moscou soutient que, tandis que l’accord a bénéficié à l’Ukraine, les sanctions occidentales ont restreint la vente des produits agricoles russes. Dans le but de répondre aux demandes de la Russie, M. Guterres a envoyé à M. Poutine des propositions qui, selon lui, “élimineraient les obstacles aux transactions financières” via la banque agricole russe tout en permettant la poursuite des expéditions de céréales ukrainiennes.

En plus de son espoir de transactions financières plus fluides, la Russie cherche des garanties qui faciliteraient les exportations de ses propres céréales et engrais, ainsi que la réouverture d’un pipeline d’ammoniac traversant l’Ukraine.

Selon les données des Nations Unies, l’Ukraine a exporté 32,8 millions de tonnes de céréales et d’autres denrées alimentaires depuis le début de l’initiative. En vertu de l’accord, les navires sont autorisés à passer devant les navires de guerre russes qui bloquent effectivement les ports ukrainiens depuis le début de l’invasion à grande échelle de la Russie en février 2022. Les navires sont inspectés au large de la côte d’Istanbul, en partie pour s’assurer qu’ils ne transportent pas d’armes.

L’année dernière, la Russie a suspendu sa participation aux inspections prévues par l’accord, pour y revenir quelques jours plus tard.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *