Neuralink Obtient l’Autorisation pour les Essais Humains de ses Implants Cérébraux

La première étape vers un futur d’interface homme-machine

La Californienne Neuralink, l’un des projets innovants d’Elon Musk, a révélé le jeudi 25 mai via Twitter qu’elle a désormais l’autorisation des autorités sanitaires américaines pour conduire des essais de ses implants cérébraux sur des êtres humains. « C’est une avancée majeure qui nous permettra d’apporter notre technologie à un grand nombre d’individus », a affirmé l’entreprise sur son compte Twitter, en ajoutant que « la sélection pour les essais cliniques n’est pas encore en cours. »

Un nouveau pas vers l’intercommunication cerveau-machine

Neuralink développe des dispositifs connectés destinés à être implantés dans le cerveau, qui permettent une communication directe avec les machines grâce à la pensée. Initialement, ces implants sont prévus pour soutenir les personnes atteintes de paralysie ou de maladies neurologiques. L’ambition de l’entreprise est de rendre ces implants assez sûrs et fiables pour qu’ils soient considérés comme des interventions chirurgicales électives. Ainsi, les individus pourraient dépenser plusieurs milliers de dollars pour augmenter les capacités de leur cerveau grâce à la puissance informatique.

Une “symbiose avec l’IA” : la vision futuriste d’Elon Musk

Selon Elon Musk, ces puces ont pour but de permettre une « symbiose avec l’IA », une idée qu’il a partagée lors de la conférence annuelle de Neuralink en 2020. « Nous sommes désormais convaincus que le dispositif de Neuralink est prêt pour une utilisation humaine, donc le timing dépend désormais du processus d’approbation de la FDA (l’organisme responsable de la santé publique aux États-Unis) », avait-il déclaré fin novembre sur Twitter, un mois après l’acquisition du réseau social.

Des prédictions audacieuses et des prototypes en développement

Elon Musk est connu pour ses prédictions audacieuses, y compris en ce qui concerne l’autonomie des voitures électriques de Tesla. En juillet 2019, il avait prédit que Neuralink pourrait commencer ses premiers essais sur des humains en 2020. Jusqu’à présent, des prototypes de la taille d’une pièce de monnaie ont été implantés dans le crâne d’animaux. Plusieurs singes peuvent désormais « jouer » à des jeux vidéo ou « écrire » des mots sur un écran en suivant simplement le mouvement du curseur avec leurs yeux.

Des avancées vers des implants dans la moelle épinière et les yeux

Fin novembre, Neuralink a également fait le point sur ses progrès dans le développement d’un robot chirurgical et d’autres types d’implants destinés à être placés dans la moelle épinière ou les yeux, dans le but de restaurer la mobilité ou la vision. En 2022, Elon Musk a encouragé les employés de Neuralink à accélérer leur rythme de travail. « Nous serons tous morts avant que quelque chose d’utile n’arrive », avait-il déclaré lors d’une réunion l’année précédente, selon l’agence de presse Bloomberg.

Une course vers le contrôle des machines par la pensée

D’autres entreprises travaillent également sur le contrôle des machines par la pensée, comme Synchron, qui a annoncé en juillet 2022 avoir implanté la première interface cerveau-machine aux États-Unis. « Nous développons une technologie capable de transmettre directement les pensées des personnes qui ont perdu la capacité de bouger ou de parler à cause d’une maladie ou d’une blessure », déclare Thomas Oxley, le fondateur et PDG de cette start-up, dans une vidéo sur son site web. Plusieurs patients testent l’implant, qui a été inséré dans des vaisseaux sanguins, leur permettant de rédiger des e-mails ou de naviguer sur internet grâce à leurs yeux et à leur cerveau.

Check Also

Inde : Tragédie ferroviaire historique, plus de 300 victimes dans une collision triple de trains

Catastrophe de la nuit : 300 vies perdues Dans la nuit de vendredi, une terrible …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *