Affaire Trump : E. Jean Carroll confronte l’avocat de l’ancien président au sujet de l’accusation de viol

Le témoignage d’E. Jean Carroll sous le feu des questions

Dans une salle d’audience de Manhattan jeudi, Joseph Tacopina, l’avocat de l’ancien président Donald J. Trump, a demandé à E. Jean Carroll, l’écrivaine qui accuse M. Trump de l’avoir violée il y a près de trois décennies, si elle avait crié à l’aide. « Je ne suis pas une hurleuse », a répondu Mme Carroll, ajoutant qu’elle était en panique pendant la rencontre dans une cabine d’essayage. « Je me battais », a-t-elle déclaré. « Vous ne pouvez pas me reprocher de ne pas avoir crié. »

M. Tacopina a affirmé qu’il ne faisait pas cela, mais Mme Carroll, la voix montante, a déclaré depuis la barre des témoins que les femmes gardent souvent le silence sur une agression parce qu’elles craignent qu’on leur demande ce qu’elles auraient pu faire pour l’empêcher. « On leur demande toujours : “Pourquoi n’avez-vous pas crié ?” », a déclaré Mme Carroll.

Une confrontation tendue entre l’accusatrice et l’avocat de Trump

La confrontation intense a eu lieu alors que Mme Carroll subissait des heures de contre-interrogatoire de la part de M. Tacopina, qui cherchait clairement à saper son témoignage sur ce qu’elle affirme être une attaque vicieuse de M. Trump après leur rencontre fortuite au magasin Bergdorf Goodman sur la Cinquième Avenue au milieu des années 1990.

M. Trump évite le procès – il est en course pour reconquérir la présidence et a fait une apparition de campagne au New Hampshire jeudi après-midi – et le contre-interrogatoire de M. Tacopina pourrait être essentiel à sa défense.

L’avocat a interrogé Mme Carroll à plusieurs reprises sur des faits élémentaires, cherchant des incohérences et posant des questions sur son incapacité à se souvenir précisément de la date de la rencontre en 1995 ou 1996. « J’aimerais pouvoir vous donner une date », a-t-elle répondu.

Le juge intervient face aux questions agressives

Lors du contre-interrogatoire jeudi, les tensions ont varié. Les échanges entre Mme Carroll et M. Tacopina étaient brefs mais courtois, avec des éclats occasionnels d’irritation et de colère.

À plusieurs reprises, l’approche de M. Tacopina a conduit le juge Lewis A. Kaplan du tribunal fédéral de district à le réprimander. « Allons, M. Tacopina », a déclaré le juge à un moment donné, répétant plus tard que les questions de l’avocat étaient « argumentatives ».

Mme Carroll a intenté un procès contre M. Trump en novembre en vertu d’une nouvelle loi de l’État de New York qui accorde aux victimes adultes d’abus sexuels un délai d’un an pour intenter des poursuites contre les personnes qu’elles accusent de les avoir maltraitées. Son procès, déposé devant un tribunal fédéral parce qu’elle et M. Trump vivent dans des États différents, demande à un jury de juger M. Trump responsable de voies de fait et de diffamation, et de lui accorder des dommages et intérêts.

La plainte demande également à M. Trump de rétracter ce qu’elle qualifie de déclarations diffamatoires faites en octobre 2022 sur sa plateforme Truth Social, qualifiant son affaire de « canular complet » et de « mensonge ».

Les motivations politiques remises en question

Jeudi, alors que M. Tacopina interrogeait Mme Carroll, il a tenté de montrer des incohérences entre ses déclarations au tribunal et lors de dépositions, ses déclarations publiques, et un livre et un extrait de magazine qu’elle a publiés en 2019, où elle a fait pour la première fois son accusation publique de viol contre M. Trump.

M. Tacopina a également suggéré que Mme Carroll avait des raisons politiques d’accuser M. Trump. En réponse à ses questions, Mme Carroll a confirmé qu’elle votait en tant que démocrate depuis les années 1990.

Lorsque M. Tacopina a demandé pourquoi elle n’avait pas accusé M. Trump lorsqu’il se présentait à la présidence, Mme Carroll a répondu que sa mère était malade. Elle est décédée un mois avant l’élection, et M. Tacopina a demandé pourquoi Mme Carroll n’avait pas alors accusé M. Trump. « J’étais en deuil profond, incroyable, douloureux », a déclaré Mme Carroll.

M. Tacopina a suggéré que Mme Carroll avait fait l’allégation de viol parce qu’elle voulait vendre son mémoire. « L’histoire est sortie non pas parce que j’écrivais un livre », a témoigné Mme Carroll. Elle a plutôt déclaré qu’elle avait été inspirée à parler publiquement après un reportage du New York Times en 2017, dans lequel plusieurs femmes accusaient le producteur de cinéma Harvey Weinstein d’abus sexuels.

Cela, a-t-elle dit, lui a donné le courage de raconter sa propre histoire. « Rester silencieuse ne fonctionne pas », a-t-elle déclaré.

Le manque de preuves matérielles abordé

M. Tacopina a fait confirmer à Mme Carroll qu’elle n’était pas allée chez un médecin et qu’elle n’avait aucun dossier médical ni photographie documentant des blessures physiques. Elle a également confirmé qu’elle n’était jamais allée à la police.

La journée d’audience a commencé par des questions posées à Mme Carroll par l’un de ses avocats, Michael Ferrara, qui a tenté d’anticiper les axes d’interrogation que l’équipe juridique de M. Trump a finalement suivis.

Mme Carroll a déclaré que le procès visait à « récupérer son nom ». Elle a également reconnu qu’elle aimait attirer l’attention, mais « l’attention pour avoir été violée n’est pas… » Elle a marqué une pause momentanée. « C’est difficile. »

Elle a décrit pour les jurés à quel point sa vie a été difficile depuis qu’elle s’est exprimée publiquement, y compris comment elle s’est sentie lorsque M. Trump a écrit à propos de son allégation sur Truth Social.

Mme Carroll, qui a déclaré par le passé avoir été licenciée par le magazine Elle en 2019 après les insultes répétées de M. Trump à son encontre, a témoigné qu’elle avait commencé à écrire sur Substack, la plateforme de newsletter.

Mais M. Trump l’a de nouveau attaquée sur Truth Social en octobre 2022 avec ses commentaires sur le canular. « J’étais heureuse d’être à nouveau sur pieds, d’avoir attiré quelques lecteurs et de me sentir plutôt bien », a-t-elle raconté aux jurés, « et puis boum, il me fait retomber à nouveau. »

Elle a déclaré que ses déclarations avaient entraîné une avalanche d’attaques sur les réseaux sociaux. Lorsqu’on lui a demandé si elle regrettait d’être venue à la rescousse, Mme Carroll a répondu : « Environ cinq fois par jour. »

Cette semaine encore, M. Trump a critiqué les allégations de Mme Carroll sur les réseaux sociaux, des attaques qui ont incité le juge Kaplan à avertir son avocat que son client risquait de graves sanctions. Il a dit à M. Tacopina qu’il serait sage de discuter de son mécontentement avec l’ancien président.

En faisant campagne au New Hampshire jeudi, M. Trump a évoqué diverses démêlées judiciaires, qui comprennent une inculpation ce mois-ci par un grand jury de New York pour fausses déclarations, une enquête d’un procureur de district de Géorgie sur ses tentatives d’influencer l’élection dans cet État et deux enquêtes pénales menées par un procureur spécial fédéral. Il a évité de mentionner spécifiquement le procès à Manhattan et les accusations de Mme Carroll.

Check Also

Inde : Tragédie ferroviaire historique, plus de 300 victimes dans une collision triple de trains

Catastrophe de la nuit : 300 vies perdues Dans la nuit de vendredi, une terrible …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *