Le maire de Manchester dénonce les inégalités structurelles au Royaume-Uni

Dans très peu de pays occidentaux, les disparités régionales en matière de prospérité sont aussi marquées qu’au Royaume-Uni. Andy Burnham, homme politique travailliste et maire de Manchester, affirme que seules des réformes radicales permettront de remédier à ces inégalités.

L’impact durable des années Thatcher

Andy Burnham était adolescent lorsque la Première ministre conservatrice Margaret Thatcher dirigeait le Royaume-Uni dans les années 1980. La Dame de fer s’était attaquée aux syndicats, avait fermé des usines et des mines non rentables et avait largement privatisé les transports publics. Les lignes de bus dans la plupart des villes anglaises avaient également été confiées à des entreprises privées. Quarante ans plus tard, Andy Burnham, en tant que maire de Manchester, a inversé la privatisation des lignes de bus – une réalisation politique majeure dont l’homme politique travailliste se targue lors d’une conversation avec des correspondants européens dans son bureau.

“Pendant des décennies, les gens étaient en colère contre le service de bus médiocre et coûteux”, explique M. Burnham. Lorsque le bus n’arrivait pas, personne n’était politiquement responsable. Les transports publics sont également devenus un symbole de l’inégalité entre le nord de l’Angleterre et Londres. Dans la capitale, l’État est resté responsable du métro et des célèbres bus rouges à impériale, un horaire dense garantissant des liaisons à travers la métropole. “Mais dans le reste du pays, on a laissé les transports publics se dégrader”, déclare M. Burnham. “La plupart des politiciens passent trop de temps à Westminster et n’ont que Londres en vue.”

Une mosaïque anglaise complexe

Âgé de 54 ans, Andy Burnham a lui-même été député à Westminster, où il a notamment été ministre junior des Finances et ministre de la Santé entre 2007 et 2010 sous Tony Blair et Gordon Brown. En 2015, il s’est présenté à la présidence du Parti travailliste, mais a perdu nettement face au vétéran de la gauche Jeremy Corbyn. Depuis 2017, il occupe le poste nouvellement créé de maire de la région métropolitaine de Manchester, d’où il s’impose comme un défenseur éloquent et charismatique du nord de l’Angleterre. Ce père de famille est populaire auprès des 2,8 millions d’habitants de la grande région de Manchester, raison pour laquelle il devrait être réélu pour un troisième mandat lors des élections locales du 2 mai.

M. Burnham est le produit des efforts de décentralisation du Royaume-Uni. Au tournant du millénaire, l’État central a délégué des compétences à l’Écosse, au Pays de Galles et à l’Irlande du Nord. Des parlements et des gouvernements propres ont été créés dans ces trois régions, avec des compétences étendues dans des domaines tels que la santé ou l’éducation.

L’Angleterre, en revanche, n’a pas son propre parlement régional et est directement gouvernée par le gouvernement central de Westminster. En dessous du niveau étatique supérieur, la décentralisation a doté l’Angleterre d’une mosaïque complexe et peu claire. Alors que Londres a un maire et un parlement aux compétences définies par la loi depuis 25 ans, des institutions similaires ont vu le jour dans d’autres villes ces dernières années.

Ce n’est qu’en 2023 que le gouvernement de Rishi Sunak a délégué des compétences supplémentaires dans des domaines tels que les transports ou la politique du logement à certains maires, dont M. Burnham. Désormais, les pouvoirs des “maires métropolitains” varient selon les villes. Les administrations régionales fonctionnent comme un ministère de l’État central et sont financées directement par le budget britannique.

De grandes inégalités structurelles

Pour Andy Burnham, ces efforts de décentralisation sont des étapes nécessaires mais pas suffisantes pour remédier aux inégalités entre le nord et le sud de l’Angleterre. En effet, les disparités régionales de prospérité sont beaucoup plus marquées en Angleterre que dans la plupart des pays de l’OCDE. Dans le nord de l’Angleterre, le patrimoine par habitant est d’environ 200 000 livres (225 000 francs), soit la moitié de celui du sud-est de l’Angleterre. L’économie de la grande région de Londres est presque deux fois plus productive que la moyenne du reste du Royaume-Uni.

M. Burnham explique également le Brexit par ces inégalités régionales, le Brexit ayant rencontré un soutien particulièrement important dans les anciens bastions travaillistes du nord de l’Angleterre post-industrielle. Selon lui, le référendum de 2016 était un appel de la périphérie à un changement radical, dirigé contre Bruxelles mais aussi contre Londres.

L’ancien Premier ministre Boris Johnson l’avait compris : il a remporté les élections législatives de 2019 en promettant notamment de réduire les disparités régionales avec le slogan “levelling up”. “Boris a compris la nécessité des réformes, mais il n’avait pas la force de caractère nécessaire pour les mettre en œuvre”, explique M. Burnham. Selon un rapport d’une commission parlementaire, faute d’idées concrètes, le gouvernement n’a jusqu’à présent dépensé que 10 % des fonds alloués à un fonds destiné à éradiquer les inégalités régionales.

Un réseau ferroviaire redimensionné

“La négligence du nord de l’Angleterre fait partie du système politique et de la culture politique”, affirme M. Burnham. Il cite en exemple la pandémie, lorsque le gouvernement central a maintenu Manchester et Liverpool plus longtemps en confinement que Londres, mais a versé des indemnités plus faibles aux entreprises du nord de l’Angleterre. “Le gouvernement ne se serait jamais permis cela vis-à-vis du sud de l’Angleterre.”

M. Burnham évoque ensuite la décision de Rishi Sunak, à l’automne 2023, de réduire radicalement la construction du train à grande vitesse HS2, qui devait mieux relier le nord de l’Angleterre à Londres, et de ne pas faire passer la ligne par Manchester. “Il était incroyablement effronté que M. Sunak annonce cette décision à Manchester sans nous consulter”, déclare M. Burnham.

Enfin, le maire raconte un moment clé de son passage au poste de ministre junior des Finances dans le gouvernement de Gordon Brown. À l’époque, il avait été chargé de mettre sur pied un paquet de financement pour la construction de la Elizabeth Line, ouverte en 2022, qui a réduit de moitié le temps de trajet en métro d’ouest en est de Londres. Il avait essayé de lier le financement à un projet ferroviaire pour le nord de l’Angleterre. Mais aucun projet n’avait passé le test interne de l’administration concernant les avantages économiques globaux, car l’importance du nord de l’Angleterre pour la performance économique nationale était tout simplement trop faible.

Miser sur les travaillistes ?

M. Burnham pense que le Royaume-Uni ne pourra surmonter les inégalités structurelles qu’avec un programme de réformes radicales allant de bas en haut : “Il faut complètement recâbler l’État britannique.” Il demande davantage de décentralisation et la création d’une chambre parlementaire pour les régions à la place de la Chambre des lords. Il plaide pour la suppression de la discipline de groupe à Westminster, ce qui permettrait également des alliances régionales plutôt que partisanes. Et il se prononce en faveur d’une plus grande autonomie financière pour les communes britanniques en difficulté, qui sont actuellement “affamées” par l’État central britannique, comme le formule M. Burnham.

Pense-t-il que le Parti travailliste, dirigé par le très prudent chef de l’opposition Keir Starmer, qui pourrait arriver au pouvoir lors des élections législatives prévues dans le courant de l’année, est capable de mener un programme de réformes aussi radical ? Andy Burnham hésite. “Lorsque Tony Blair a été élu en 1997, les attentes étaient énormes, mais il nous a fallu du temps pour obtenir des résultats”, dit-il finalement. “Aujourd’hui, les attentes sont plus faibles, mais les capacités des travaillistes à mettre rapidement en œuvre des idées politiques sont probablement plus grandes.”

Check Also

Constructeurs Automobiles Européens Accusés d’Utiliser des Pièces Issues du Travail Forcé des Ouïghours

Contexte des Accusations En mai 2024, un rapport du Sénat américain a fait des vagues …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *