Patek Philippe Calatrava Pilot Travel Time Chronograph Ref. 5924G : L’alliance de l’aviation et de l’horlogerie de luxe

Une revue complète de la Patek Philippe Calatrava Pilot Travel Time Chronograph Ref. 5924G. Avec une analyse détaillée et le paysage concurrentiel.

Lorsque l’on pense aux montres de pilote, on a tendance à imaginer des noms bien connus comme IWC, Zenith ou Breitling, et à juste titre. Mais saviez-vous que Patek Philippe – célèbres pour avoir créé la montre habillée la plus célèbre au monde et certaines des montres les plus compliquées – s’est aventuré, autrefois et continue de s’investir, dans les montres d’aviation ? L’héritage des montres de pilote de la marque est incarné par deux montres-bracelets à sidéromètre datant d’avant la Seconde Guerre mondiale, en 1936. Ce n’est qu’en 2015 que le genre de montre de pilote a été relancé chez Patek Philippe, avec l’introduction de la Ref. 5524. La première montre de pilote de la marque présente une fonction de fuseau horaire et est – curieusement – placée sous la collection Calatrava. Depuis, chaque montre de pilote de Patek Philippe a été associée à la collection Calatrava.

Revue : Patek Philippe Calatrava Pilot Travel Time Chronograph Ref. 5924G

Le prix de vente de la Patek Philippe Calatrava Pilot Travel Time Chronograph Ref. 5924G est de 101 800 SGD, toutes taxes comprises.

Huit ans et de nombreuses nouvelles références plus tard, la ligne de montres de pilote de la marque reçoit enfin son premier modèle chronographe. Cette nouveauté apporte non seulement une nouvelle complication à la collection, mais introduit également un changement de design notable qui pourrait s’appliquer aux montres de pilote à l’avenir. Nous vous présentons ici les détails et nos impressions honnêtes sur la Calatrava Pilot Travel Time Chronograph Ref. 5924 en or blanc.

Le Boîtier, le Cadran et les Aiguilles

La Ref. 5924G est en or blanc, un matériau qui n’est généralement pas utilisé pour les montres utilitaires. Bien sûr, la Ref. 5924G est une montre de luxe et plus susceptible de se retrouver au poignet d’une star de cinéma que d’un pilote de chasse, donc le choix du matériau est parfaitement approprié. Le boîtier présente des proportions modernes de 42,00 mm x 13,05 mm, ce qui se situe à mi-chemin entre la taille d’une Calatrava traditionnelle et celle d’une montre d’aviateur historique. En termes d’esthétique, le boîtier est clairement conçu avec finesse à l’esprit. La majeure partie du boîtier est polie et, pour la première fois, les poussoirs pour la complication du fuseau horaire sont encastrés. D’un côté, l’encaissement des poussoirs du fuseau horaire empêche la configuration à quatre poussoirs tant critiquée de la Ref. 5520.

La Ref. 5520 a divisé les opinions avec son design symétrique à quatre poussoirs.

D’un autre côté, cela rend le réglage du fuseau horaire – normalement effectué en cours de route – très compliqué. Il faudra transporter un objet pointu comme un stylo ou un cure-dent pour actionner les poussoirs, ce qui n’est pas une solution des plus élégantes. De l’autre côté, on trouve la couronne standard pour le remontage et le réglage de l’heure, ainsi que les doubles poussoirs pour démarrer, arrêter et réinitialiser le chronographe.

La montre est équipée de poussoirs de chronographe de taille considérable, qui semblent ne pas avoir leur place dans la collection Calatrava, mais qui ont tout leur sens dans le contexte des montres de pilote.

Le cadran est disponible en bleu-gris soleillé (comme le montrent nos photographies) ou en vert kaki laqué. Les couleurs du cadran peuvent être modernes, mais tout le reste évoque soit une montre de pilote (aiguilles épaisses et index horaires) soit une montre habillée (décoration guillochée concentrique, petite date radiale). Dans la Ref. 5924, ces éléments coexistent pour nous offrir une pièce quelque peu atypique.

Trois aiguilles centrales en forme d’épée sont utilisées pour indiquer l’heure : deux aiguilles enduites de lumière pour les minutes et les heures locales, et une aiguille squelettée pour les heures locales. L’aiguille centrale restante est pour les secondes du chronographe. Il y a deux sous-cadrans à 12 heures et 6 heures affichant la date et les minutes du chronographe, respectivement. Tout comme les aiguilles des heures et des minutes, les index horaires en chiffres arabes appliqués sont enduits de lumière pour une visibilité en faible luminosité. Deux ouvertures à 9 heures et 15 heures (juste en dessous de l’axe horizontal) indiquent les cycles jour/nuit des fuseaux horaires locaux et domestiques, respectivement.

Le Mouvement

La Ref. 5924 est animée par le familier calibre CH 28‑520 C FUS de 34 rubis et 370 composants. Il s’agit du même calibre utilisé dans la très convoitée Nautilus Ref. 5990, désormais réaffecté à la Ref. 5924. Vous disposez déjà d’un mouvement de chronographe avec fuseau horaire parfaitement fonctionnel, alors pourquoi réinventer la roue ? Eh bien, pour la Ref. 5924, cela entraîne la nécessité d’utiliser des outils pour ajuster le fuseau horaire, car les concepteurs de la marque ont judicieusement opté contre la redoutée configuration à quatre poussoirs. Ce n’était pas un problème pour la Ref. 5990, car les poussoirs étaient astucieusement dissimulés dans le boîtier emblématique de la Nautilus. Un fabricant avec l’expérience et les ressources de Patek Philippe aurait pu facilement concevoir un tout nouveau calibre pour convenir à la Ref. 5924, par exemple, un calibre où le fuseau horaire pourrait être ajusté via la couronne pour éviter le besoin de poussoirs supplémentaires. Mais peut-être que des calculs ont été effectués et que la conclusion était qu’il serait plus rentable de simplement réaffecter un ancien calibre éprouvé. Le terme “ancien” est utilisé ici de manière large, car ce mouvement bat à une fréquence moderne de 4 Hz et dispose d’un spiral en silicium (Spiromax). Il a également une respectable réserve de marche de 55 heures, ce qui est plus que décent pour un mouvement automatique. De manière importante, la partie chronographe du calibre CH 28-520 C FUS dispose d’une fonction de retour en vol qui permet à la complication de se réinitialiser et de redémarrer d’une simple pression sur un bouton.

Le Calibre CH 28-520 C FUS vu à travers le fond de boîtier en cristal de saphir.

Le finissage est conforme à ce que l’on peut attendre d’un mouvement Patek Philippe de base : exécuté selon des normes strictes, soigné, agréable à regarder, avec un équilibre sain entre la finition manuelle et assistée par machine. La décoration de surface choisie ici pour les ponts est la Côtes de Genève circulaire, qui s’aligne parfaitement avec celle du rotor en or. De nombreux composants du chronographe sont dotés d’une finition brossée à grains droits, ce qui contraste agréablement avec les nombreuses vis polies qui fixent le mouvement. Malgré ses dix ans d’existence, le calibre CH 28‑520 C FUS a toujours fière allure.

Le Paysage Concurrentiel

Soyons honnêtes : Patek Philippe n’est pas la première marque qui vient à l’esprit lorsqu’il s’agit de montres de pilote. Malgré les liens légitimes avec l’histoire de l’aviation, la marque n’a aucune illusion sur le fait qu’elle n’est pas un acteur majeur de ce segment du marché. Pour Patek Philippe, l’objectif est simple : montrer que la marque n’est pas unidimensionnelle et attirer une clientèle plus jeune. Cela est certain, avec la dernière introduction de la Calatrava Ref. 5924 et son design de montre de pilote ainsi que ses couleurs de cadran exotiques. La montre, qui n’est pas une édition limitée, est proposée au prix de 64 000 CHF.

En tant que Calatrava, la Ref. 5924 paraît grande, mais en tant que montre de pilote, elle est de taille raisonnable.

Patek Philippe n’est pas la seule grande maison de haute horlogerie à proposer des montres d’aviateur ; Breguet était fortement impliqué dans l’industrie aéronautique, fournissant des instruments dans les années 1930 sous l’égide de la famille Brown. Cela a finalement conduit à la naissance de la célèbre montre-bracelet Type XX (après la Seconde Guerre mondiale), développée initialement pour l’Armée de l’Air française. L’année dernière, la marque avait présenté sa dernière Type 20, un hommage à la Type XX historique. La montre est un chronographe simple avec affichage de la date (absente de l’original). Elle n’est pas aussi bien finie que les montres de pilote de Patek Philippe ou la plupart des autres montres-bracelets de Breguet, mais à 18 000 USD, compte tenu de sa fabrication, de son héritage et de ses complications, la montre offre un rapport qualité-prix exceptionnel.

La Breguet Type 20 Chronographe

Une marque véritablement synonyme de montres de pilote est IWC. Tout a commencé en 1936 lorsque IWC a développé la “Montre de Pilote Spéciale” qui bénéficiait d’un mouvement antimagnétique avec verre frontal incassable. Dans les années 1940, la célèbre Big Pilot’s Watch avec un boîtier de 55 mm est apparue. Peut-être la montre de pilote la plus célèbre de la marque, la Mark 11, a été créée à la demande de la Royal Air Force britannique en 1948. Depuis lors, les montres de pilote occupent une place importante dans le portefeuille d’IWC. L’une des dernières montres de pilote de la marque est la Pilot’s Watch Chronograph 41 Edition “Mercedes-AMG PETRONAS Formula One™ Team”. Il s’agit d’un chronographe de pilote classique d’IWC avec affichage jour-date, mais avec les couleurs de PETRONAS appliquées à l’impression, à la luminescence et aux coutures du bracelet. Bien sûr, il s’agit de la montre de pilote la moins exclusive de toutes, mais à 7 850 USD, il n’y a vraiment pas grand-chose à redire. Les montres de pilote d’IWC seront toujours les plus reconnaissables de l’industrie, et ce n’est pas un hasard.

La IWC Pilot’s Watch Chronograph 41 Edition “Mercedes-AMG PETRONAS Formula One™ Team”

Pensées Finales

Les montres de pilote de Patek Philippe restent un sujet controversé. Pour certains, elles semblent déplacées dans le catalogue de la marque, et encore plus dans la collection habituellement habillée Calatrava. Pour d’autres, elles représentent la capacité éprouvée et importante de Patek Philippe à s’adapter et à se diversifier. La Ref. 5924 est un ajout sensé à la gamme existante en tant que collection de montres de pilote sans référence chronographe aurait semblé incomplète. La marque aurait pu développer un mouvement plus adapté au boîtier au lieu de réaffecter un ancien mouvement, mais les chiffres n’ont probablement pas concordé d’un point de vue commercial. Ce qui concorde en revanche, c’est que Patek Philippe saisit l’occasion de combler le créneau intéressant qu’est celui des montres de pilote de haute horlogerie.

Check Also

La Splendeur Sombre de la Montre Minase Horizon GEN DLC

L’univers de l’horlogerie est un domaine où l’innovation rencontre l’art, et où chaque création raconte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *