L’Ukraine dans la Spirale de la Dette : l’Europe face à d’énormes charges

La pression financière sur l’Ukraine

La semaine prochaine, les dirigeants des pays membres de l’Union européenne se réuniront une fois de plus pour discuter de l’aide financière à apporter à l’Ukraine. Sur le plan économique, le pays se débrouille étonnamment bien compte tenu de ses difficultés, mais le trou financier du pays ne cesse de se creuser, plaçant l’Europe sous pression.

Pour l’Ukraine, en proie à la guerre, la survie financière est une question cruciale. Les chefs de gouvernement des États membres de l’UE se réuniront le 1er février pour décider s’ils soutiendront le pays avec un paquet financier de 50 milliards d’euros sur quatre ans.

Initialement, cette aide aurait dû être approuvée en décembre de l’année dernière. Cependant, à l’époque, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a opposé son veto, provoquant la désapprobation de la plupart des autres dirigeants.

Plus tard, on a annoncé qu’Orban soutiendrait le paquet à condition qu’un vote ait lieu chaque année sur une tranche de 12,5 milliards d’euros. Le politicien détiendrait ainsi un moyen de faire régulièrement pression sur l’UE pour obtenir des concessions, ce qui constituerait un cauchemar pour l’organisation. Il reste à voir quels seront les mouvements de ce fauteur de troubles notoire lors du prochain sommet de l’UE.

Ce qui est de plus en plus évident, c’est que l’UE est le bouée de sauvetage financier de l’Ukraine. L’année dernière, aucun pays ni aucune organisation n’a accordé autant d’aide budgétaire au pays que l’Union européenne, soit 19,5 milliards de dollars. Les États-Unis ont fourni 10,9 milliards de dollars. L’importance de l’Europe est encore plus grande si l’on tient compte des aides bilatérales de certains États du continent.

La nécessité de l’UE a récemment augmenté car l’aide américaine à l’Ukraine est en suspens au Congrès américain. Il est prévu que l’Ukraine ait besoin d’environ 36 milliards de dollars d’aide budgétaire internationale d’ici 2024 pour équilibrer son budget.

Une lutte réussie contre l’inflation

La situation financière de l’État est donc désespérée. Cependant, ce qui est étonnant, c’est à quel point l’Ukraine a réussi économiquement à survivre à la guerre jusqu’à présent, compte tenu bien sûr des circonstances dramatiques. Mais les réalisations sont fragiles.

En 2022, la croissance économique (PIB) a chuté d’environ 30 % au cours de la première année de la guerre, mais depuis, elle s’est légèrement redressée. La Banque nationale ukrainienne (NBU) peut également être fière de son taux d’inflation relativement bas. En janvier 2023, l’inflation annuelle était de 26 %, elle est actuellement de 5,1 %. “Le gouvernement et la banque centrale ont mené une bonne politique économique et monétaire”, déclare Robert Kirchner du German Economic Team, qui conseille le gouvernement ukrainien pour le compte du ministère allemand de l’Économie.

On aurait pu craindre le pire sur le plan économique lorsque le président russe Vladimir Poutine a lancé une attaque majeure contre le pays voisin il y a 23 mois. Les pays en guerre sont toujours confrontés au même problème : premièrement, les recettes fiscales diminuent, deuxièmement, les dépenses augmentent, en particulier pour la défense. Ces dépenses représentent désormais la moitié des dépenses publiques ukrainiennes.

Qui comble ce déficit ? Au début de la guerre, la NBU a en grande partie pris en charge cette tâche en achetant des obligations d’État. Cette forme de financement public est cependant très risquée. En raison de l’expansion de la masse monétaire, il y avait un risque d’inflation et de dépréciation de la monnaie nationale, la hryvnia – les représentants de la NBU ont presque supplié à l’époque que cela ne se produise pas. L’Ukraine risquait de connaître le même sort que les pays européens après la Première Guerre mondiale, lorsque l’inflation galopante a fait s’effondrer le système monétaire.

Heureusement pour l’Ukraine, en fin d’année 2022 et surtout en 2023, l’aide financière internationale est arrivée. Depuis lors, la NBU n’a plus eu besoin de financement monétaire de l’État. Si elle devait y être contrainte à nouveau, tous les efforts déployés jusqu’à présent pour maîtriser l’inflation seraient vains.

Les inquiétudes face à une possible victoire de Trump

L’aide financière internationale de l’État est toutefois toujours en suspens, y compris maintenant. “Nous devrions pouvoir nous en sortir financièrement en 2024”, déclare un gestionnaire ukrainien ayant des liens étroits avec le gouvernement. “Cependant, nous sommes préoccupés par 2025, si Donald Trump devait être élu nouveau président des États-Unis.”

L’Ukraine devra cependant compter davantage sur l’UE en tant que fournisseur de fonds, quelle que soit l’issue de l’élection américaine. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a récemment préparé son pays à une guerre prolongée. L’armée aimerait avoir 500 000 soldats supplémentaires, ce qui rendrait la guerre encore plus coûteuse et augmenterait les besoins financiers de l’État. Cela aggraverait également la pénurie de main-d’œuvre pour l’économie. “Trouver de la main-d’œuvre est un énorme problème”, déclare Alex Lisizja, directeur de l’entreprise agricole IMC.

Cependant, l’économie ukrainienne doit fonctionner à un certain niveau car le pays a besoin de devises pour financer la guerre. À cet égard, il y a des faits étonnants : en décembre, les entreprises agricoles du pays ont exporté autant de céréales par la mer Noire que jamais depuis le début de la guerre. Cependant, l’Ukraine présente un déficit dit “jumeau” : non seulement le budget de l’État est structurellement déficitaire, mais aussi la balance commerciale. Les deux doivent être financés.

Sans une aide continue de l’Occident, l’Ukraine est condamnée à l’échec. Le Fonds monétaire international (FMI) estime que le pays aura besoin de 85 milliards de dollars d’aide budgétaire au cours des quatre prochaines années. L’UE y contribue pour 41 milliards, car la totalité de la somme de 50 milliards d’euros ne va pas directement dans le budget financier. Le FMI apporte 11 milliards de dollars. Ainsi, à l’heure actuelle, il reste un déficit de 33 milliards de dollars à combler, qui devra probablement être pris en charge principalement par les États-Unis et le Japon, ou par l’UE si le grand allié ne tient pas ses promesses.

L’UE a besoin de plus d’argent

Les institutions de l’UE sont déterminées à continuer d’aider l’Ukraine. Les diplomates et les parlementaires menacent même de travailler pour retirer le droit de vote à la Hongrie si Orban continue d’agir comme un trouble-fête. De plus, ils sont mécontents de la manière dont le gouvernement hongrois se comporte, pas seulement à cause de cette question. En outre, Orban bloque également la Facilité de paix européenne pour l’Ukraine, d’un montant de 20 milliards d’euros, ce qui crée des tensions supplémentaires.

Les besoins financiers élevés et la question de leur financement vont peser lourdement sur l’UE au cours des prochaines années. L’Union devra faire face à des dépenses supplémentaires importantes, notamment pour renforcer sa capacité de défense ou réformer son agriculture. Cela entraînera inévitablement des conflits, d’autant plus que la situation budgétaire des États membres est tendue. “L’UE a besoin de nouvelles sources de financement”, a déclaré récemment le Premier ministre belge, Alexander De Croo, dont le pays assume actuellement la présidence du Conseil de l’UE. La proposition a déjà suscité de vives critiques.

Pendant ce temps, la situation financière de l’Ukraine s’aggrave. Une partie de l’aide reçue par le pays se présente sous forme de prêts ; ils doivent être remboursés avec intérêts à l’avenir. L’endettement de l’État, en pourcentage du PIB, augmente rapidement : de 50 % avant la guerre à actuellement 90 %. “Tant que la guerre durera, le problème de l’endettement persistera”, déclare Kirchner du German Economic Team.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *