Bitcoin Suisse renonce à sa licence bancaire pour profiter immédiatement du nouvel engouement pour la crypto : le PDG Dirk Klee démissionne

Une décision stratégique pour Bitcoin Suisse

La crypto-monnaie est en plein essor à travers le monde, et la Suisse ne fait pas exception. Le conseil d’administration de Bitcoin Suisse a récemment pris une décision audacieuse en renonçant à l’obtention d’une licence bancaire de la FINMA (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers) dans le cadre d’une “adaptation stratégique”. En outre, le PDG actuel, Dirk Klee, va céder sa place.

Le 1er février, Andrej Majcen, co-fondateur de Bitcoin Suisse, prendra les rênes de l’entreprise en tant que nouveau chef de la direction. Sa mission : accélérer la croissance du gestionnaire d’actifs et promouvoir son expansion internationale.

Le conseil d’administration de l’entreprise a conclu que l’obtention d’une licence bancaire pourrait entraver la croissance et l’innovation de Bitcoin Suisse, compte tenu du nouveau boom de la crypto-monnaie.

Bitcoin Suisse : un pionnier de la crypto en Suisse

Dirk Klee, actuellement PDG, a déclaré : “La licence bancaire est une robe qui ne nous convient qu’en partie”. Bitcoin Suisse a été fondée en 2013 et est devenue un pilier de la scène crypto suisse. Elle est considérée comme une entreprise pionnière ayant joué un rôle clé dans la création du Crypto Valley de Zoug, et elle a attiré l’attention grâce à son fondateur charismatique, Niklas Nikolajsen.

En 2021, l’entreprise avait fait les gros titres en raison de son échec à obtenir une licence bancaire, la FINMA ayant invoqué des “indices de lacunes dans le dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent”. Dirk Klee avait rejoint Bitcoin Suisse en avril 2022 en provenance de la banque britannique Barclays avec pour mission de la rendre conforme aux réglementations et de tenter à nouveau d’obtenir une licence bancaire suisse. Des concurrents suisses comme la Sygnum Bank, spécialisée dans les actifs crypto, ou Amina (anciennement Seba Bank), détenaient déjà une licence FINMA, ce qui leur donnait un avantage auprès de la clientèle institutionnelle en Suisse.

Les défis de l’obtention d’une licence bancaire suisse

Dirk Klee a déclaré : “L’obtention d’une licence bancaire suisse a été plus complexe et longue que prévu”. De plus, le contexte mondial pour les crypto-monnaies n’a pas été favorable ces deux dernières années. La confiance a été ébranlée, et les exigences envers les entreprises ont naturellement augmenté, ce qui n’a pas accéléré les choses.

L’entreprise a également traversé des périodes difficiles, enregistrant des pertes en 2022 et réduisant d’un tiers son effectif. Il est probable que l’année 2023 ait également été déficitaire. Malgré tout, Dirk Klee est fier d’avoir résolu les problèmes réglementaires. Le portefeuille de clients a été nettoyé, et l’entreprise n’a plus de litiges juridiques en cours qui pourraient la pénaliser.

“Le dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent est stable et en bon état”, affirme Klee, qui a également été directeur opérationnel de la gestion de patrimoine chez UBS pendant plusieurs années. Pour lui, la tâche a été accomplie, mais il se voit davantage comme un banquier de grande envergure. S’il y a renonciation à la licence bancaire, il ne sera plus la personne adéquate, et un nouveau départ sera nécessaire. Klee restera actionnaire de Bitcoin Suisse et conseiller du conseil d’administration.

Un marché en pleine transformation

La principale raison du renoncement à la licence bancaire, selon Bitcoin Suisse, est l’évolution du marché. Klee a expliqué que le processus de soumission à la FINMA aurait bloqué l’entreprise en matière de nouveaux produits et d’innovations pendant des années. Dans le contexte actuel du marché haussier, stimulé par l’approbation des ETF Bitcoin aux États-Unis, cette situation n’est plus tenable. De plus, Bitcoin Suisse peut offrir des services essentiels comme le “staking” (une forme de dividendes en crypto-monnaie) sans avoir besoin de la licence bancaire.

Vers une nouvelle forme de licence crypto

Selon Andrej Majcen, le nouveau PDG désigné, il était clair dès le départ que l’obtention d’une licence bancaire serait une tâche complexe. Cependant, le marché crypto s’est redressé plus tôt que prévu, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas se permettre de rester inactifs pendant deux ou trois ans. Sa priorité stratégique est désormais la croissance. La question d’une licence FINMA sera toujours envisagée en parallèle.

“Nous souhaitons collaborer avec les autorités suisses et contribuer à une nouvelle forme éventuelle de licence crypto”, déclare Majcen. De plus, ils envisagent d’étendre leur licence bancaire existante au Liechtenstein, en particulier pour une expansion sur le marché de l’Union européenne, étant donné que le marché suisse atteint une certaine saturation.

Bitcoin Suisse souhaite également étendre son expansion au-delà de l’Europe, notamment au Moyen-Orient, en ciblant principalement les clients fortunés et les family offices. Une telle expansion est coûteuse et nécessite des ressources financières. Heureusement, la situation du marché s’est améliorée par rapport à l’année précédente.

Les actifs sous gestion sont passés de 2,2 à 4,6 milliards de francs suisses depuis septembre, ce qui augmente considérablement la base de revenus de l’entreprise. Cependant, Bitcoin Suisse reste à la recherche de clients institutionnels et est ouvert aux nouveaux investisseurs et partenaires de réseau.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *