Les Débats sur un Éventuel Régime Autoritaire sous Trump Ravivent la Scène Politique Américaine

Les Inquiétudes Autour des Tendances Autoritaires de Trump

Depuis la fin du mandat présidentiel de Donald J. Trump, le débat sur la possibilité d’un régime autoritaire sous sa direction a envahi la scène politique américaine. Loin de rassurer ceux qui s’inquiètent de ses instincts autocratiques, l’ancien président et ses alliés semblent renforcer ces prédictions.

Répression des Critiques

Lorsqu’un historien a récemment publié un essai mettant en garde contre l’élection de Donald J. Trump l’année prochaine et son potentiel pour conduire à une dictature, l’un des alliés de M. Trump a rapidement répondu en appelant à la mise en prison de l’historien. Cette réponse peut sembler être une parodie, mais elle reflète le climat politique actuel où les préoccupations concernant une éventuelle dictature sont traitées par des menaces de poursuites judiciaires.

Menaces de Purge et de Répression

Si M. Trump revenait au pouvoir, son entourage a juré de s’attaquer aux médias, d’ouvrir des enquêtes criminelles contre d’anciens collaborateurs qui se sont opposés à lui et de purger le gouvernement de fonctionnaires considérés comme désloyaux. Lorsque des critiques ont fait le parallèle entre le langage de M. Trump sur l’élimination des “vermines” à Washington et celui d’Adolf Hitler, le porte-parole de l’ancien président a rétorqué que “leur triste et misérable existence serait écrasée” sous une nouvelle administration Trump.

Réflexions de Donald Trump

M. Trump lui-même n’a pas fait grand-chose pour rassurer les Américains lorsqu’il a été interrogé par son ami Sean Hannity sur Fox News la semaine dernière. Au lieu de simplement affirmer qu’il n’avait pas l’intention d’abuser de son pouvoir pour punir ses ennemis, M. Trump a déclaré qu’il ne serait dictateur que “le jour 1” d’un nouveau mandat.

Les Parallèles Internationaux

Ruth Ben-Ghiat, auteure de “Les Hommes Forts : de Mussolini à nos Jours”, affirme que “Trump a clairement montré, à travers ses actions et son discours, qu’il admire les dirigeants qui détiennent un pouvoir autoritaire, de Poutine à Orban en passant par Xi, et qu’il souhaite exercer ce type de pouvoir chez lui.” Elle ajoute que “l’histoire montre que les autocrates nous disent toujours qui ils sont et ce qu’ils vont faire. Nous n’écoutons tout simplement pas jusqu’à ce qu’il soit trop tard.”

Le Débat au Cœur de la Capitale Américaine

Les spéculations sur une possible qualité autoritaire d’un nouveau mandat de Trump ont envahi les discussions politiques dans la capitale américaine ces derniers jours. Une série de rapports du New York Times a décrit divers plans élaborés par les alliés de M. Trump pour exercer un pouvoir immense lors d’un nouveau mandat, détaillant comment il serait moins contraint par les garde-fous constitutionnels.

Le magazine The Atlantic a publié un numéro spécial avec 24 contributeurs prévoyant à quoi ressemblerait un deuxième mandat de Trump, dont beaucoup décrivent un régime autocratique. Liz Cheney, l’ancienne députée républicaine du Wyoming qui était vice-présidente de la commission de la Chambre chargée d’enquêter sur l’attaque du Capitole en janvier 2021, a publié un nouveau livre avertissant que M. Trump est un danger clair et présent pour la démocratie américaine.

Un Moment de Décision dans l’Expérience Américaine

Il est indéniable que les présidents américains ont souvent étendu leur pouvoir et ont été qualifiés de dictateurs depuis les premiers jours de la république. John Adams, Andrew Jackson, Abraham Lincoln, Woodrow Wilson et Franklin D. Roosevelt, entre autres, ont tous été accusés de despotisme. Richard M. Nixon était censé avoir consolidé le pouvoir dans la “présidence impériale”. George W. Bush et Barack Obama ont été comparés à Hitler.

Cependant, il y a quelque chose de différent dans le débat actuel, quelque chose qui va au-delà de la rhétorique enflammée ou des désaccords légitimes sur les limites du pouvoir exécutif. Il suggère un moment fondamental de décision dans l’expérience américaine. Peut-être est-ce une manifestation du désenchantement populaire à l’égard des institutions américaines ; seulement 10 % des Américains estiment que la démocratie fonctionne très bien, selon un sondage réalisé en juin par le Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research.

La Montée de l’Extrémisme

Peut-être est-ce le reflet de l’extrémisme et de la démagogie de plus en plus présents en politique dans de nombreux endroits du monde. Et peut-être cela découle-t-il d’un ancien président cherchant à reprendre son ancien poste et manifestant une affinité déconcertante pour les autocrates.

Les Déclarations Troublantes de Donald Trump

M. Trump n’a jamais caché son mépris envers la presse. Il a utilisé le langage de Staline en qualifiant les journalistes d'”ennemis du peuple”. Il a dit à son chef de cabinet que “Hitler avait fait beaucoup de bonnes choses” et a plus tard exprimé le souhait que les généraux américains soient semblables à ceux de Hitler.

En décembre dernier, peu de temps après le début de sa campagne de retour, M. Trump a appelé à “l’annulation” de la Constitution pour destituer immédiatement M. Biden et se réinstaller à la Maison Blanche sans attendre une autre élection.

Les Défenseurs de Trump Répliquent

Les défenseurs de l’ancien président rejettent les craintes concernant ses instincts autocratiques comme des lamentations de la part de libéraux qui ne l’apprécient pas ou qui sont malhonnêtes en essayant de faire peur aux électeurs. Ils affirment que le président Biden est le véritable dictateur parce que son ministère de la Justice poursuit son challenger le plus probable pour l’année prochaine pour divers crimes présumés, bien qu’il n’y ait aucune preuve que M. Biden soit personnellement impliqué dans ces décisions, et que même certains anciens conseillers de Trump estiment que les inculpations sont légitimes.

Fred Fleitz, qui a brièvement servi à la Maison Blanche de M. Trump, a écrit sur le site web American Greatness que “les discussions sur la dictature de Kagan et de ses collègues écrivains libéraux sont une tentative d’effrayer les Américains, non seulement pour les distraire des échecs et de la faiblesse de l’administration Biden, mais parce qu’ils ont encore plus peur de quelque chose : qu’une deuxième administration Trump réussisse beaucoup plus à mettre en œuvre son programme et à défaire les politiques et les programmes progressistes que la première.”

Le Rôle de Robert Kagan

Robert Kagan, un chercheur largement respecté à l’Institution Brookings et auteur de nombreux livres d’histoire, a depuis longtemps soutenu une politique étrangère musclée qui ne semble guère être une position libérale. Cependant, il a été un critique fort et franc de M. Trump depuis des années. En mai 2016, alors que d’autres républicains se réconciliaient avec la première nomination de M. Trump à la présidence, M. Kagan avait averti que “c’est ainsi que le fascisme arrive en Amérique”.

Son essai du 30 novembre dernier a de nouveau tiré la sonnette d’alarme. M. Trump a peut-être été contrecarré lors de son premier mandat dans la mise en œuvre de certaines de ses idées les plus radicales par des conseillers républicains plus conventionnels et des officiers militaires, mais il ne s’entourera pas de tels personnages à nouveau et rencontrera moins de freins et contrepoids qui l’avaient limité la dernière fois.

Les Preuves Avancées par Robert Kagan

Entre autres, M. Kagan a cité les efforts de M. Trump pour renverser une élection qu’il avait perdue, en ignorant la volonté des électeurs. Il a également noté les discussions ouvertes de M. Trump sur la poursuite de ses opposants et le déploiement de l’armée dans les rues pour réprimer les manifestations. “En seulement quelques années, nous sommes passés d’une relative sécurité dans notre démocratie à quelques étapes courtes et à quelques mois de la possibilité d’une dictature”, a écrit M. Kagan.

La Réponse de J.D. Vance

J.D. Vance, un sénateur débutant qui a courtisé le soutien de M. Trump et a été mentionné par Axios la semaine dernière comme un possible colistier pour l’année prochaine, a pris ombrage au nom de l’ancien président. Il a adressé une lettre au procureur général Merrick B. Garland suggérant que M. Kagan soit poursuivi pour avoir encouragé une “rébellion ouverte”, s’appuyant sur un point de l’essai de M. Kagan notant que les États dirigés par des démocrates pourraient défier un président Trump.

M. Vance a écrit que “selon Robert Kagan, la perspective d’un deuxième mandat de Donald Trump est suffisamment terrible pour justifier une rébellion ouverte contre les États-Unis, ainsi que la violence politique qui s’ensuivrait inévitablement.” L’article de M. Kagan n’a en réalité pas préconisé la rébellion, mais simplement évoqué la possibilité que les gouverneurs démocrates s’opposent à M. Trump “par le biais d’une forme de nullification” de l’autorité fédérale. En effet, il a suggéré que les gouverneurs républicains pourraient faire de même avec M. Biden, ce qu’il n’a pas non plus préconisé.

Le Point de Vue de Robert Kagan

M. Kagan, qui a suivi son essai d’un autre le 7 décembre sur la façon d’empêcher la glissade vers la dictature qu’il voit venir, a déclaré que l’intervention du sénateur validait son propos. “Il est révélateur que leur première réaction lorsqu’ils sont attaqués par un journaliste soit de suggérer qu’ils soient emprisonnés”, a noté M. Kagan lors d’une interview.

Pas de Réponse des Aides de Trump et Vance

Les collaborateurs de M. Trump et de M. Vance n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. David Shipley, rédacteur en chef de la rubrique Opinion du Washington Post, a défendu le travail de M. Kagan. “Nous sommes fiers de publier les essais réfléchis de Robert Kagan et nous encourageons le public à lire à la fois ses articles du 30 novembre et du 7 décembre ensemble – et à tirer ses propres conclusions”, a-t-il déclaré. “Ces essais s’inscrivent dans la longue tradition de Kagan de lancer des conversations importantes.”

Il s’agit d’une conversation qui durera encore des mois avec une fin incertaine. En attendant, personne ne s’attend à ce que M. Garland prenne M. Vance au sérieux, y compris presque certainement M. Vance lui-même. Sa lettre était une déclaration politique. Mais elle en dit long sur l’époque où proposer la poursuite d’un critique serait perçu comme un succès politique.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *