Le Nouveau Paysage de la Philanthropie Horlogère : Le Schisme Probable

Après le report inattendu de l’édition 2023 de la célèbre vente caritative Only Watch, le monde de l’horlogerie est sur le point de vivre une transformation majeure. Une lettre énigmatique datée du 24 novembre 2023, rédigée par François-Henri Pinault, le PDG du groupe français Kering, vient de faire surface. Cette lettre, adressée à des dirigeants de maisons horlogères, les invite à participer à une vente exceptionnelle organisée par Christie’s, prévue en novembre 2024 à Genève, au profit de l’association ELA, qui lutte contre les leucodystrophies, des maladies génétiques rares et dévastatrices qui affectent le cerveau des enfants en quelques mois.

Cette initiative, bien que motivée par une noble cause, pourrait bien marquer le début d’un schisme dans le monde de l’horlogerie, remettant en question l’avenir d’Only Watch et la façon dont les grandes maisons horlogères soutiennent la philanthropie.

Une Cause Noble

L’initiative de François-Henri Pinault mérite d’être saluée. L’association ELA, en lutte contre les leucodystrophies, représente une cause profondément noble. Toutefois, cette lettre suscite des interrogations et des spéculations au sein de l’industrie horlogère.

Une Division en Vue

L’une des conséquences les plus immédiates de cette lettre est la division apparente au sein de l’industrie. Les doutes sur la régularité des comptes de la fondation organisatrice d’Only Watch ont semé la confusion, et un audit mené par KPMG à Monaco devrait éclaircir la situation, mais les résultats ne sont pas attendus avant le printemps prochain.

Quelles que soient les conclusions de cet audit, il est évident qu’Only Watch ne retrouvera pas son statut d’événement unique et fédérateur. Une autre vente caritative se profile, avec un format très similaire à celui d’Only Watch : même lieu (Genève), même mois (novembre), même cause (maladies rares touchant les enfants) et le même commissaire-priseur (Christie’s).

Le Défi de l’Unicité

La grande différence entre les deux événements réside dans la question de l’unicité. Only Watch avait réussi à réunir tous les grands noms de l’industrie horlogère, qu’ils appartiennent à des groupes ou qu’ils soient des marques indépendantes. Swatch Group, LVMH, Rolex (via Tudor), Audemars Piguet, Patek Philippe et de nombreuses autres maisons avaient répondu à l’appel. C’était une réalisation que ni les salons horlogers ni le Grand Prix d’horlogerie de Genève n’avaient jamais pu égaler.

Cette division, qui est en train de s’installer dans l’industrie, est au cœur des discussions. “Il est important d’avoir posé des questions, et des décisions devront être prises”, déclare Edouard Meylan, PDG de H. Moser & Cie, exprimant ainsi les préoccupations de nombreux acteurs du secteur.

Dans sa lettre, François-Henri Pinault mentionne que plusieurs manufactures ont déjà donné leur accord de principe pour participer à la vente caritative, notamment Richard Mille, le groupe Richemont, Swatch Group et Sowind (anciennement détenu par Kering, regroupant les marques Girard-Perregaux et Ulysse Nardin). Cependant, certaines marques contactées, qui ont participé à Only Watch par le passé, préfèrent adopter une position d’attente, notamment Maximilian Büsser, le créateur de MB&F à Genève, et Bertrand Savary, le PDG d’Arnold & Son et Angelus. Les raisons de cette réserve sont multiples, notamment le temps et les ressources investis dans la création de pièces uniques.

Patek Philippe : Une Absence Marquante

L’une des absences les plus notables dans cette nouvelle initiative est celle de Patek Philippe, l’une des marques les plus emblématiques de l’industrie horlogère. Patek Philippe avait été un pilier d’Only Watch et avait joué un rôle central dans les ventes aux enchères, caritatives ou non. Cependant, la direction de Patek Philippe a confirmé qu’aucune participation à la vente caritative organisée par Kering n’était prévue.

Cette décision soulève des questions sur la direction que prendra Patek Philippe en matière de philanthropie horlogère à l’avenir et sur l’impact que cela pourrait avoir sur la notoriété de l’événement soutenu par François-Henri Pinault.

Conclusion

L’horlogerie traverse actuellement une période de transition et de remise en question de ses engagements philanthropiques. La lettre de François-Henri Pinault, bien qu’inspirée par une noble cause, a semé la division au sein de l’industrie. Seul le temps nous dira quel événement caritatif prévaudra à l’avenir et comment les grandes maisons horlogères choisiront de soutenir la philanthropie. Une chose est certaine : le paysage de la philanthropie horlogère est en train de changer, et il sera intéressant de suivre son évolution dans les années à venir.

Check Also

Jaeger-LeCoultre Duomètre Quantième Lunaire : Une Nouvelle Ère pour une Légende de l’Horlogerie

Introduction En 2007, Jaeger-LeCoultre a lancé une montre révolutionnaire, le Duomètre, pour résoudre l’éternel dilemme …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *