À la conquête de l’espace : Trois start-ups allemandes se lancent dans la course aux satellites

Les défis des pionniers allemands de l’industrie spatiale

La course vers les étoiles

L’industrie spatiale est une affaire complexe. Pour quiconque souhaite atteindre les étoiles, il faut d’abord commencer par le bas. C’est précisément ce que font trois entreprises allemandes : Isar Aerospace de Munich, Rocket Factory Augsburg (RFA) et HyImpulse près de Heilbronn. Toutes trois se préparent à effectuer leur premier vol avec des micro lanceurs de 30 mètres de haut. Leur mission ? Assurer un accès fiable à l’espace pour l’Europe et saisir les opportunités lucratives du transport de satellites. Dans cet article, nous nous plongerons dans le monde de Rocket Factory Augsburg pour comprendre les défis et les enjeux de ces pionniers de l’industrie spatiale allemande.

La clé du succès : la technologie des moteurs de fusée

La fabrication de fusées est avant tout la fabrication de moteurs de fusée, et cette dernière est une discipline qui repousse constamment les limites de la physique. C’est ce qui rend le défi si immense pour les jeunes constructeurs de fusées.

Rocket Factory Augsburg est située à l’est d’Augsbourg, dans une zone industrielle. De l’extérieur, rien ne laisse présager qu’il s’agit d’un centre de recherche et développement spatial. À l’intérieur, l’atmosphère est tout aussi sobre. Dans un grand hall, les coques en acier inoxydable des premières et deuxièmes étages de la fusée sont entreposées, tandis qu’un ingénieur travaille sur les moteurs Helix dans une salle adjacente. RFA construit actuellement les propulseurs pour son premier vol.

Les moteurs de fusée sont à peine plus gros qu’un moteur de voiture, mais ils renferment une puissance colossale, atteignant environ 500 000 chevaux. Pendant le décollage et le vol, d’énormes quantités de carburant sont transformées en poussée à des températures et des pressions extrêmes dans la chambre de combustion, tout en évitant que le moteur ne se désintègre. C’est là tout l’art de la construction de fusées, car chaque fusée doit résister à des accélérations, des forces et des vitesses extrêmes pour surmonter la gravité terrestre.

L’essor des petits satellites

Ces dernières années, le nombre de petits satellites, certains ne mesurant guère plus qu’une boîte à chaussures, a considérablement augmenté. Ils sont utilisés pour des applications telles que l’observation de la Terre, la surveillance du climat et de la météo, les télécommunications, la navigation et d’autres applications privées.

Cependant, il existe une pénurie de moyens de transport pour ces satellites, en particulier en Europe, car l’Union européenne ne dispose actuellement d’aucune fusée porteuse. Si le programme Ariane 5 a été abandonné, l’Ariane 6 n’est pas encore opérationnelle. La société SpaceX d’Elon Musk est le principal acteur qui lance des satellites dans différentes orbites. Cependant, Rocket Factory Augsburg (RFA) aspire à changer cette donne.

Le projet RFA One

« Nous voulons offrir un service de transport abordable et flexible vers l’espace pour les entreprises ayant des modèles économiques basés sur la génération de données », déclare Jörn Spurmann, co-fondateur de RFA. Pour ce faire, RFA développe le lanceur RFA One, une fusée porteuse à trois étages de 2 mètres de diamètre et 30 mètres de hauteur. « Le RFA One est essentiellement un taxi, conçu pour transporter principalement de petits satellites pour certains clients sélectionnés, de manière précise et flexible vers différentes orbites. En revanche, les fusées Falcon d’Elon Musk sont plus comme des bus qui distribuent plusieurs satellites dans les orbites selon un horaire strict. »

Le défi de la concurrence

Alors que les micro-lanceurs peuvent généralement transporter des charges utiles de 400 à 1500 kilogrammes, les fusées du milliardaire américain peuvent transporter jusqu’à dix à vingt fois plus de poids, en fonction de l’orbite et de la réutilisation du premier étage de la fusée. Une orbite est l’orbite elliptique d’un satellite autour d’un corps céleste.

RFA prévoit de réaliser son premier vol à l’été 2024 depuis un site de lancement en Écosse du Nord, suivi d’une deuxième mission à la fin de l’année. Les deux vols ont été réservés par le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR). Cependant, il convient de noter que dans l’industrie spatiale, les retards de lancement ne sont pas rares, et la réalisation du calendrier demeure incertaine.

L’essor des start-ups spatiales en Allemagne

Comment en est-on arrivé à un tel engouement pour les start-ups spatiales en Allemagne ? « Je pense que c’est le résultat de plusieurs facteurs », explique Jörn Spurmann. Le succès incroyable de SpaceX a montré à la communauté spatiale ce que les entreprises privées pouvaient accomplir. Cela a suscité l’ambition de nombreuses entreprises du secteur spatial en Allemagne et en Europe.

De plus, Elon Musk et SpaceX ont attiré l’attention des investisseurs en capital-risque sur le secteur, contribuant ainsi à l’engouement actuel. Les avancées technologiques, telles que l’impression 3D, ont également facilité la fabrication de fusées en accélérant la production de composants de moteurs de fusée.

L’Allemagne se dote de son propre port spatial

La politique allemande a également répondu à cet engouement naissant en soutenant la création d’un petit port spatial. Les fusées partiront d’un navire, bien que l’on ait envisagé au préalable des sites de lancement directement sur la côte allemande de la mer du Nord ou de la mer Baltique. La plateforme de lancement mobile est exploitée par la German Offshore Spaceport Alliance (Gosa). En avril prochain, une mission de démonstration sera lancée depuis la mer du Nord, mais ce ne sera pas l’une des trois entreprises allemandes, mais plutôt

la société néerlandaise T-Minus.

Isar Aerospace : la plus grande attention médiatique

Parmi les entreprises allemandes qui développent des micro-lanceurs, Isar Aerospace a jusqu’à présent attiré le plus l’attention médiatique, en grande partie grâce à sa capacité à lever des fonds. Fondée en 2018 en tant que spin-off de l’Université technique de Munich, la société compte désormais plus de 300 employés et a levé environ 300 millions d’euros en capital-risque, dont environ 155 millions en mars dernier.

Même les concurrents reconnaissent que la visite de l’usine de Munich a été impressionnante. La grande usine moderne est davantage axée sur la production en série par rapport à ses concurrents. Isar Aerospace mise sur l’intégration verticale, réalisant elle-même la conception, la fabrication et les tests. Les tests finaux de la fusée ont lieu actuellement sur le site de lancement norvégien, et le premier vol orbital est prévu peu de temps après le changement d’année.

HyImpulse vise l’Australie

En revanche, Rocket Factory Augsburg (RFA) est loin du glamour, et la société en est fière. Elle mise sur l’économie et l’efficacité. Cette approche se traduit notamment par l’achat de produits finis provenant d’autres secteurs, tels que des vannes de l’industrie automobile, des tuyaux d’échappement, des connecteurs d’airbags ou des suspensions de cardan de voitures de course, qu’elle modifie pour ses besoins.

RFA se présente comme une start-up indépendante avec le groupe spatial et technologique OHB de Brême en tant qu’investisseur majoritaire. Jusqu’à présent, l’entreprise a reçu 80 millions d’euros, dont 30 millions récemment de la part de KKR, un fonds d’investissement américain, qui est également devenu un actionnaire minoritaire chez OHB.

Quant à HyImpulse, la troisième et la plus petite entreprise, elle est une spin-off du Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR). Elle prévoit de lancer une fusée de recherche en haute altitude en mars 2024 depuis l’Australie. Cette fusée est conçue pour des expériences suborbitales en apesanteur et pour la recherche atmosphérique.

Les ambitions futures de RFA

Jörn Spurmann et son co-fondateur Stefan Brieschenk ont de grands projets pour l’avenir. « Si les micro-lanceurs fonctionnent, nous pourrons les développer à plus grande échelle », déclare Spurmann. C’était déjà leur vision lors de la fondation de RFA, et c’est leur grand souhait pour l’avenir. « À moyen terme, nous souhaitons construire une fusée capable de transporter beaucoup plus de charges utiles dans l’espace. » Cependant, RFA a encore beaucoup de travail devant elle. L’année prochaine, la priorité sera de réussir le premier vol.

Check Also

L’impact des campagnes de désinformation sur la politique américaine

La désinformation est une arme puissante dans l’arène politique moderne, capable de façonner les perceptions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *