La Réédition de la Hanhart 417 ES (39mm) Chronographe de Pilote

Comme vous le savez, je ne suis pas un spécialise de la review de montres, j’aime écrire, j’aime donner mon avis et mon ressenti, mais jusque-là, je le faisais surtout pour des montres que j’avais choisies, que j’avais achetées et dont le lien affectif était déjà fort.

Certains pourraient dire que cela doit manquer d’objectivité, je répondrais à ça, qu’au contraire, ça nous oblige à être critique de façon objective, pour éviter que notre « passion » pour l’objet en question prenne le dessus.

Il m’est aussi arrivé de tester des montres que je n’avais pas choisies, mais ma vision était réellement neutre, je ne m’étais pas forgé d’avis avant d’avoir la montre en main, sûrement dû au fait que quelque part l’esthétique devait me plaire … ce qui n’était pas le cas avec la pièce du jour, clairement, et sans mentir, j’avais un avis plutôt négatif, pas sur le moteur qui anime ce garde-temps, pas réellement sur l’esthétique générale, mais sur ce morceau de cuire étrange se trouvant sous la montre … nous allons en reparler plus en détail après, avant, nous allons nous pencher sur …

SON HISTOIRE

Le premier chronographe de pilote pour les forces armées allemandes, désormais réédité.

Lorsqu’il s’agit de chronographes de pilote, on ne peut pas ignorer les fabricants allemands, en particulier Hanhart, qui s’est spécialisé dans ce domaine depuis plusieurs décennies. Parmi les multiples garde-temps créés par la marque, tels que le TachyTele Pilot’s Chronograph, l’un d’eux occupe une place particulière dans le portefeuille de la marque, pour deux raisons. Premièrement, il s’agissait du premier chronographe de pilote pour les forces armées allemandes. Cette montre est la Hanhart 417 ES, et aujourd’hui, elle est de retour dans une réédition légèrement modernisée, ultra-cool et à un prix abordable.

Bien que la fabrication ait lieu en Allemagne, Hanhart a été initialement fondée à Diessenhofen, en Suisse, par l’horloger Johann A. Hanhart en 1882. L’entreprise a déménagé à Schwenningen, dans le sud de l’Allemagne, en 1902, et en 1924, Hanhart a introduit son premier chronomètre. La marque s’est rapidement spécialisée dans ce domaine, et lorsque l’Europe est entrée en guerre, Hanhart a commencé à fournir des chronographes de poignet spécialement conçus pour les forces militaires. Le premier chronographe Hanhart a été lancé en 1938 et était équipé du calibre 40 à poussoir unique de la société. Le modèle est rapidement devenu populaire auprès des pilotes allemands et des officiers de marine pendant la guerre. Un an plus tard, le chronographe de pilote TachyTele a été lancé avec le nouveau calibre 41, un mouvement à remontage manuel à poussoir double avec retour en vol.

Au milieu des années 1950, Hanhart a construit le premier chronographe de pilote pour les forces armées allemandes, en se basant sur trois critères : la robustesse, la fiabilité et la lisibilité. Le résultat de ces exigences a donné naissance à la montre connue sous le nom de 417, disponible en laiton chromé (417) et en acier inoxydable (417 ES, pour Edelstahl, qui signifie acier inoxydable en allemand). Hanhart a fourni les forces armées allemandes en chronographes de ce type, également appelés Bundeswehrchronograph, pendant près de dix ans, jusqu’à ce que la marque se concentre sur la fabrication de chronomètres à arrêt manuel en 1963.

La Hanhart 417 ES originale, une montre de 39 mm de diamètre, présentait toutes les caractéristiques classiques des chronographes Flieger et des chronomètres Hanhart, avec la lunette cannelée rotative en continu avec un repère rouge. Une évolution notable par rapport aux montres de l’époque de la Seconde Guerre mondiale est que la 417 ES était équipée d’aiguilles en forme de crayon au lieu d’aiguilles cathédrales. Ces aiguilles étaient actionnées par le calibre 42 de la marque, un mouvement de chronographe à colonne à remontage manuel à deux poussoirs avec 17 rubis. On estime qu’environ 1 000 exemplaires ont été fabriqués, dont seulement la moitié étaient des modèles ES.

Je pourrais parler ici sur le fait que la montre a été portée par Steve McQueen, que si elle lui a été fournie par son accessoiriste, il a choisi lui d’en faire sa daily, je pourrais souligné à quel point ça peut donner un certain « poids » historique à cette pièce, mais ce serait à mon sens, minimiser la force qu’à cette montre seule, sans obligatoirement la voir au poignet d’une star, aussi géniale soit-elle.

LA RÉÉDITION DE LA HANHART 417 ES

Avançons rapidement jusqu’à nos jours. Hanhart est toujours en activité et continue de produire des montres qui correspondent parfaitement aux concepts originaux de la marque en matière de fiabilité, de durabilité et d’inspiration pour les montres de pilote. Hanhart propose plusieurs collections, des compteurs de tableau de bord très cool pour les voitures de course et les voitures classiques aux montres d’aviation audacieuses et instrumentales, comme la Primus. Cependant, la collection la plus emblématique reste la Pioneer, des montres qui rendent hommage aux montres de pilote militaire du milieu du XXe siècle, principalement avec des chronographes traditionnels conçus pour les collectionneurs chevronnés.

Et c’est dans l’univers de la Hanhart 417 ES 39mm réédition que nous nous trouvons. L’idée derrière cette montre était de ramener le légendaire chronographe bi-compax des forces armées allemandes dans une version légèrement modernisée, à un prix relativement abordable pour que les amateurs puissent en profiter.

En commençant par le boîtier et le design, la montre a l’air et se sent presque identique à la 417 ES originale, bien sûr sans la patine et les signes du temps. Le boîtier est en acier inoxydable et mesure 39mm comme sur la montre originale. Cependant, la hauteur de la montre reste sous contrôle, avec une épaisseur de 13,3 mm, y compris un verre saphir bombé épais. Ce dernier offre de jolis reflets et une touche rétro à ce chronographe orienté vintage.

En ce qui concerne la finition et la qualité, j’ai été impressionné par la solidité et la précision de l’assemblage du boîtier. Toutes les pièces semblent parfaitement alignées et soigneusement assemblées, avec une agréable sensation de robustesse. Le boîtier est également joliment exécuté, avec des surfaces polies et brossées, y compris une belle lunette chanfreinée sur les côtés des cornes. La transition entre les différentes surfaces est également précise et soigneusement exécutée.

Tout comme l’original, la Hanhart 417 ES 39mm réédition, est un chronographe à deux poussoirs, équipé de la lunette cannelée avec le repère rouge emblématique. La lunette tourne en continu, dans les deux sens, sans clics. Elle est facile à manipuler et suffisamment ferme en même temps, de sorte qu’il n’y a aucun risque de changer accidentellement la position de la lunette en la portant. Le fond de boîtier est en acier inoxydable massif et gravé du logo historique de la marque. La montre est étanche jusqu’à 100 mètres, une notation très confortable pour un chronographe de pilote.

Pour préserver l’apparence la plus proche possible du modèle historique, la 417 ES 39mm réédition est portée sur un bracelet en cuir de veau noir avec une doublure en cuir supplémentaire, un style connu sous le nom de bracelet “Bund”… et c’est le fameux détail que je trouvais inesthétique avant d’avoir la montre en main, et que je pensais sûrement désagréable, mais non ! Ce n’est pas du tout le cas, bien au contraire ! Bien que cela ajoute certainement à l’épaisseur de la montre et à sa présence au poignet, cela contribue vraiment au charme global de cette pièce, et je ne la porterais pas autrement, même si vous pouvez bien sûr retirer la pièce de cuir inférieure et la porter sur un bracelet classique en deux parties. En fait, de façon très étonnante, je peux même ajouter que cela apporte aussi un certain confort de portée dont je ne me doutais pas, ce qui en fait un vrai atout. Le bracelet est revêtu d’Alcantara sur la surface intérieure, le rendant très doux sur la peau. Il est fermé par une boucle ardillon en acier.

En ce qui concerne le cadran, Hanhart a également porté une grande attention aux détails et a essayé de ramener la plupart de l’esprit original dans un emballage modernisé. Tout d’abord, la 417 ES 39mm réédition conserve la disposition classique bi-compax (et sans date) de la montre originale. Ensuite, tous les éléments, y compris le logo, les chiffres arabes, les différentes échelles – que ce soit sur le cadran lui-même ou les sous-compteurs -, ont été reproduits de manière fidèle, donnant à ce modèle sa propre identité dans la collection.

Hanhart a également conservé les aiguilles typiques en forme de crayon ainsi que l’aiguille fléchée du compteur de 30 minutes. Le cadran est traité en noir mat avec une texture finement grainée, évitant les reflets indésirables. Les chiffres arabes de l’heure et les trois aiguilles centrales sont remplis de Super-LumiNova, réellement très efficace. Dans l’ensemble, le cadran est parfait, fidèle, chaleureux, pertinent, plein de charme et très soigneusement exécuté… Mention spéciale pour l’aiguille des minutes, pliée à l’extrémité pour suivre la courbure du cristal.

La principale évolution concerne le mouvement. Bien sûr, le calibre 42 n’est plus produit et nous n’attendons pas son retour. Étant donné la gamme de prix habituelle de Hanhart, cela n’aurait pas de sens. Ainsi, afin de maintenir cette 417 ES Reissue dans une gamme de prix raisonnable, Hanhart s’appuie sur Sellita et son SW 510 (un mouvement basé sur l’architecture Valjoux), ici utilisé dans une version à remontage manuel, à la fois pour la pertinence historique et la finesse. Ce mouvement est réputé pour sa fiabilité et sa précision, et la couronne et les poussoirs fonctionnent en douceur. La réserve de marche de ce mouvement à came à 4 Hz est également confortable, avec un minimum de 58 heures lorsqu’il est complètement remonté.

CONCLUSION

Comme vous l’avez peut-être deviné dans cet article, j’ai été véritablement impressionné et ravi par la Hanhart 417 ES 39mm réédition. Tout d’abord, même si ce n’est pas à 100 % exact, la réédition est très proche de l’originale, et le charme du modèle vintage est indéniablement présent. La montre regorge de jolis détails, tels que les polices de caractères, les chiffres et les logos historiques, et tout est bien dosé, sans exagération comme c’est parfois le cas pour les rééditions de montres vintage.

De plus, la qualité globale est assez impressionnante compte tenu du prix. La montre est solide comme un roc et raffinée en même temps. Avec un prix inférieur à 2000 euros, le prix est plus que justifié pour un chronographe à remontage manuel. Ce n’est peut-être pas très objectif, mais oui, j’ai un coup de cœur pour cette montre…

Check Also

Découverte de la Ba111od Chapter 4.8 GMT Tourbillon Greenwich Limited Edition

Introduction Dans le monde fascinant de l’horlogerie de luxe, chaque montre raconte une histoire unique …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *