Remaniement gouvernemental au Royaume-Uni : Braverman révoquée de son poste de ministre de l’Intérieur, l’ancien Premier ministre Cameron nommé ministre des Affaires étrangères

Une décision audacieuse du Premier ministre Sunak

Après de longues hésitations, le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a décidé de se séparer de son ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, et de nommer l’ancien Premier ministre David Cameron au poste de ministre des Affaires étrangères. Cette décision politique audacieuse n’est pas sans risques.

Les raisons derrière cette décision

Lorsque Rishi Sunak est devenu Premier ministre il y a un an, il avait nommé Suella Braverman ministre de l’Intérieur pour des raisons purement politiques. Braverman, populaire au sein de l’aile droite du parti, l’avait soutenu lors des turbulences qui ont suivi la démission de Liz Truss, mais en échange, elle avait demandé une place à la table du cabinet. Pour Sunak, pragmatique, l’intégration de cette politicienne réputée pour sa rhétorique acerbe était un moyen d’apaiser l’aile droite du parti et de la maintenir dans le giron.

Cependant, lundi dernier, après de nombreux jours d’hésitation, Sunak a finalement compris que Braverman était devenue un fardeau politique pour lui. Dans le cadre d’un remaniement ministériel, il a non seulement écarté la quadragénaire de la tête du ministère de l’Intérieur, mais il lui a également demandé de quitter complètement le gouvernement et de prendre place sur les bancs arrière de la Chambre des communes.

Plusieurs facteurs ont conduit à cette décision. Braverman avait récemment choqué un nombre croissant de députés conservateurs avec sa rhétorique de plus en plus acerbe et agressive. Déjà, lorsqu’elle avait parlé d’une “invasion” de migrants, cela avait provoqué des froncements de sourcils. Sa déclaration selon laquelle les sans-abri choisissaient leur “mode de vie” volontairement avait récemment suscité une vive critique.

La semaine dernière, elle avait qualifié toutes les manifestations pro-palestiniennes de “marches de la haine” et avait accusé la police de traiter de manière moins sévère les groupes de gauche et migrants que les sceptiques du confinement ou les nationalistes de droite. Ainsi, la ministre de l’Intérieur sapait le travail déjà difficile de la police au lieu de soutenir politiquement les forces de l’ordre.

Les conséquences politiques

Avec ces déclarations provocantes, Braverman détournait non seulement l’attention de la politique gouvernementale, mais elle volait également la vedette à Sunak. De plus, elle semblait de plus en plus préparer le terrain politique pour éventuellement prendre la tête du Parti conservateur à la place de Sunak. La semaine dernière, lorsqu’elle a lancé son attaque idéologique contre la police, elle l’a fait sans l’autorisation préalable de Sunak.

Le retour de David Cameron

Cependant, le limogeage de Braverman présente un risque pour Sunak, car l’aile droite du parti pourrait désormais saboter ses efforts depuis les bancs arrière de la Chambre des communes, voire ouvertement se rebeller contre lui. Pour succéder à Braverman, Sunak a nommé l’ancien ministre des Affaires étrangères très respecté, James Cleverly.

Le successeur de Cleverly sera, de manière totalement inattendue, l’ancien Premier ministre David Cameron. Cameron avait plongé le Parti conservateur dans le chaos avec le référendum sur le Brexit en 2016, ce qui avait sérieusement entaché sa réputation jusqu’à aujourd’hui.

Cependant, Cameron apporte également une expérience politique considérable et est considéré comme un représentant de l’aile libérale-conservatrice classique, en opposition à l’approche nationaliste de droite de Braverman. De la même manière qu’il avait négocié avec Bruxelles pour le Protocole sur l’Irlande du Nord en début d’année, Sunak semble déterminé à faire face à l’aile droite du parti.

Conclusion

Le remaniement gouvernemental au Royaume-Uni a créé une onde de choc politique avec le renvoi de Suella Braverman et la nomination de David Cameron. Les motivations derrière cette décision sont complexes, mais Sunak espère ainsi rétablir la stabilité au sein de son parti tout en continuant à faire face aux nombreux défis auxquels le Royaume-Uni est confronté.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *