L’Impact de l’Avortement sur les Élections : Analyse des Résultats des Élections de Mardi

Les élections de mardi dernier ont une fois de plus démontré l’importance de la question de l’avortement dans la politique américaine. Alors que la popularité du président Biden est en baisse, les démocrates ont réussi à étendre leur série de victoires, mettant en avant la question de l’avortement comme un puissant catalyseur de mobilisation électorale. Dans cet article, nous examinerons en détail l’impact de l’avortement sur les élections, en mettant en lumière les leçons clés tirées des résultats de mardi.

L’avortement : un atout pour les démocrates

Depuis des mois, les responsables démocrates affirment que la défense des droits à l’avortement est devenue la question qui motive le mieux les électeurs démocrates à voter. Mardi, ils ont trouvé de nouvelles preuves pour étayer leur argument grâce aux victoires de personnalités telles que le gouverneur Andy Beshear du Kentucky, qui a critiqué la défense par son adversaire de l’interdiction presque totale de l’avortement dans l’État. En Virginie, des candidats législatifs qui s’opposaient à l’interdiction de l’avortement après 15 semaines proposée par le gouverneur républicain, Glenn Youngkin, ont également remporté la victoire. Le référendum en Ohio établissant le droit à l’accès à l’avortement a marqué un tournant majeur. Même en Pennsylvanie, un candidat à la Cour suprême qui a fait campagne en faveur des droits à l’avortement, Daniel McCaffery, a remporté la victoire, donnant ainsi aux démocrates une majorité de 5-2.

L’avortement est désormais si puissant en tant que question démocrate que l’organisation de contrôle des armes Everytown, fondée et financée par Michael Bloomberg, a utilisé ses publicités télévisées en Virginie pour promouvoir les droits à l’avortement avant de parler de la violence armée.

La défaite de l’anti-avortement au Mississippi

Un signe révélateur de l’importance de la question de l’avortement est apparu lors de la course au poste de gouverneur du Mississippi, où le démocrate anti-avortement Brandon Presley a sous-performé par rapport aux attentes, perdant par deux fois la marge de son parti en 2019.

Cela montre que, quelle que soit la faiblesse de la popularité du président Biden, l’environnement politique et le terrain des questions restent favorables aux démocrates qui se mobilisent en faveur de l’accès à l’avortement et s’opposent aux républicains qui défendent des interdictions.

Un coup dur pour le gouverneur de Virginie

Le gouverneur Youngkin espérait que la forte performance de son parti lors de ces élections rehausserait considérablement sa stature en tant que républicain qui a ramené un État de plus en plus démocrate vers le camp républicain. Cela l’aurait au moins inclus dans la conversation pour la nomination présidentielle républicaine en 2028, voire en 2024.

Cependant, la promesse du gouverneur Youngkin d’adopter ce qu’il appelait une loi modérée sur l’avortement – une interdiction de l’avortement après 15 semaines avec des exceptions pour le viol, l’inceste et pour sauver la vie d’une mère en danger – a donné aux démocrates un argument efficace alors qu’il cherchait à obtenir le contrôle total du gouvernement de l’État.

L’argument démocrate a remporté la victoire, du moins en partie. Le parti a pris la majorité à la Chambre des délégués, conservé le contrôle du Sénat de l’État et a certainement gâché la soirée du gouverneur Youngkin. Les résultats ont offert aux démocrates nationaux nerveux encore plus de preuves du pouvoir de mobilisation des droits à l’avortement pour leurs électeurs, tout en bouleversant les plans du gouverneur Youngkin, qui est limité à deux ans de mandat, et peut-être au-delà.

Un démocrate peut gagner dans le Kentucky

Être le gouverneur le plus populaire du pays s’avère être un atout si l’on veut être réélu. M. Beshear a concentré sa première mandature et sa campagne de réélection sur des questions locales telles que les salaires des enseignants, de nouveaux projets routiers, la gestion de l’État face à la pandémie et aux catastrophes naturelles, et, depuis la décision de la Cour suprême l’été dernier d’annuler Roe v. Wade, sur son opposition à l’interdiction totale de l’avortement dans son État.

Cela l’a rendu politiquement intouchable lorsque son challenger républicain, le procureur général Daniel Cameron, soutenu par l’ancien président Donald J. Trump, a cherché à nationaliser la campagne et à stimuler la participation des républicains en associant M. Beshear à M. Biden et en l’attaquant sur des questions telles que la criminalité et les droits des personnes L.G.B.T.Q. (M. Beshear a opposé son veto à de nouvelles restrictions visant les jeunes transgenres, bien que les législateurs républicains aient voté pour les annuler.)

Ce n’est pas comme si les électeurs républicains étaient restés chez eux ; tous les autres républicains candidats aux postes à l’échelle de l’État ont remporté au moins 57 % des voix. M. Beshear a simplement réussi à convaincre suffisamment d’entre eux de le soutenir pour le poste de gouverneur. Un démocrate capable de gagner les électeurs républicains sans faire de compromis sur des questions importantes pour les électeurs libéraux est quelqu’un que le reste du parti voudra imiter dans les États et districts rouges du pays.

L’échec des attaques contre les droits des personnes transgenres

Alors que l’accès à l’avortement est devenu la principale question qui motive les démocrates, et que le mariage entre personnes de même sexe est largement accepté en Amérique, les républicains, à la recherche d’un sujet pour mobiliser les conservateurs sociaux, se sont penchés sur la restriction des droits des personnes transgenres. Mardi, cela n’a pas fonctionné.

Au Kentucky, M. Cameron et ses alliés républicains ont dépensé plus de 5 millions de dollars en publicités télévisées attaquant les droits L.G.B.T.Q. et M. Beshear pour sa défense de ces droits, selon AdImpact, une société qui suit la publicité politique. Le gouverneur Tate Reeves du Mississippi a dépensé 1,2 million de dollars en publicités anti-L.G.B.T.Q., tandis que les républicains candidats aux sièges législatifs en Virginie ont dépensé 527 000 dollars en temps d’antenne sur la question.

En Virginie, Danica Roem, membre de la Chambre des délégués, deviendra le premier sénateur d’État transgenre du Sud après avoir battu un ancien détective de la police du comté de Fairfax qui soutenait l’interdiction des athlètes transgenres de participer aux sports scolaires.

Ohio : un soutien à l’avortement et à la marijuana

Les habitants de l’Ohio ont une fois de plus montré la popularité des droits à l’avortement, même dans les États traditionnellement républicains, en approuvant facilement un amendement constitutionnel établissant le droit à l’avortement. Le vote en Ohio pourrait être un présage pour la prochaine saison électorale présidentielle, où les partisans et les opposants aux droits à l’avortement cherchent à soumettre la question aux électeurs dans les États cruciaux du champ de bataille, tels que la Floride, le Nevada, l’Arizona et la Pennsylvanie.

Les groupes de défense des droits à l’avortement ont entamé la journée de mardi avec une série de succès en ce qui concerne ces mesures référendaires depuis que la Cour suprême a annulé Roe v. Wade l’année dernière. Et finalement, les électeurs de l’Ohio ont fait comme les électeurs avant eux – en élisant de préserver le droit à l’avortement dans leur État. De plus, avec une marge presque identique au vote sur l’avortement, les habitants de l’Ohio ont également légalisé l’usage récréatif de la marijuana. L’Ohio deviendra ainsi le 24e État à le faire.

L’exception du Mississippi

La course au poste de gouverneur du Mississippi a été l’exception à la règle de cette élection de mi-mandat concernant l’avortement : l’incumbent, M. Reeves, et son challenger démocrate, M. Presley, se sont présentés comme de farouches opposants aux droits à l’avortement.

Et dans cette course, le démocrate a perdu. M. Presley espérait rendre la course au Mississippi serrée en associant l’incumbent à un scandale de corruption publique qui a vu le détournement de 94 millions de dollars de fonds fédéraux destinés aux pauvres du Mississippi pour des projets tels qu’une installation de volley-ball universitaire soutenue par le quart-arrière de légende Brett Favre. Il a également plaidé en faveur de l’expansion de Medicaid en vertu de la Loi sur les soins abordables pour sauver les hôpitaux ruraux du Mississippi en difficulté.

Mais au Mississippi, M. Reeves avait trois avantages qui se sont avérés infranchissables : l’incumbency, le “R” à côté de son nom sur le bulletin de vote, et l’approbation de M. Trump, qui avait remporté l’État en 2020 avec près de 17 points de pourcentage.

Rhode Island envoie un collaborateur de Biden à la Chambre des représentants

Rhode Island est loin d’être un État pivot, mais néanmoins, l’élection de Gabe Amo à l’un des deux sièges de la Chambre des représentants de cet État fortement démocrate a probablement fait sourire le président Biden. M. Amo était directeur adjoint du bureau des affaires intergouvernementales de la Maison Blanche et, à ce titre, il devient le premier collaborateur de la Maison Blanche de Biden à accéder au Congrès.

Fils d’immigrants africains, M. Amo sera également le premier représentant noir de l’État de l’Océan. Les responsables de la Maison Blanche ont déclaré que le président a félicité son ancien collaborateur pour sa victoire. L’élection spéciale comble le siège laissé vacant par David Cicilline, un démocrate qui a quitté son poste pour diriger une organisation à but non lucratif.

Conclusion

En conclusion, les élections de mardi ont clairement montré que la question de l’avortement continue d’exercer une influence considérable sur le paysage politique américain. Les démocrates ont réussi à capitaliser sur cette question pour remporter des victoires importantes, démontrant ainsi son pouvoir en tant que moteur de la mobilisation électorale. Il reste à voir comment cette dynamique se poursuivra à l’approche des élections présidentielles de 2024, mais il est indéniable que l’avortement reste un sujet politique majeur aux États-Unis.

Check Also

Sommet de l’OTAN 2024 : Enjeux Cruciaux et Préparations Intenses

Introduction En juillet 2024, les dirigeants des pays membres de l’OTAN se réuniront à Washington …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *