Trump Épinglé à 5 000 $ d’amende pour avoir violé l’interdiction de parler en postant des commentaires abusifs en ligne

L’ancien président sanctionné pour avoir attaqué un employé de tribunal sur les médias sociaux

Le juge Arthur F. Engoron, chargé du procès pour fraude civile de Donald J. Trump, a infligé une amende de 5 000 $ à l’ancien président vendredi pour une “violation flagrante” d’une ordonnance de silence imposée ce mois-ci.

Bien qu’il n’ait pas retenu le président Trump pour outrage, le juge Engoron a averti que l’ancien président pourrait toujours faire face à des sanctions plus sévères, voire à une peine de prison, s’il contrevenait à nouveau à l’ordonnance.

Au cours des premiers jours du procès, le juge Engoron avait interdit à M. Trump d’attaquer le personnel de son tribunal après que l’ancien président eut publié une photo sur les médias sociaux montrant Allison Greenfield, la greffière du juge, aux côtés du sénateur Chuck Schumer, le chef de la majorité. M. Trump avait qualifié Mme Greenfield de “petite amie de Schumer” et avait affirmé qu’elle “dirigeait cette affaire contre moi”.

Une porte-parole de M. Schumer avait qualifié le post sur les médias sociaux de “ridicule, absurde et faux” ce mois-ci, ajoutant que le sénateur ne connaissait pas Mme Greenfield.

Le post de M. Trump a été supprimé de sa plateforme de médias sociaux, Truth Social, le 3 octobre, le jour où le juge Engoron a imposé l’ordonnance de silence, mais une copie du post est restée visible sur son site de campagne.

Le post a finalement été retiré du site vers 22 heures le jeudi, après que le juge Engoron en a été informé et a contacté l’équipe juridique de M. Trump. Un avocat de M. Trump, Christopher M. Kise, a déclaré en cour vendredi que le défaut de suppression du post plus tôt était “involontaire”. Il s’est excusé au nom de M. Trump.

Dans une nouvelle ordonnance vendredi, le juge Engoron a déclaré qu’il n’avait imposé qu’une amende “symbolique” de 5 000 $ parce que c’était la première violation de M. Trump et une erreur involontaire, mais il a averti que d’autres infractions mériteraient des sanctions plus sévères.

“Il ne faut pas se tromper : les violations futures, qu’elles soient intentionnelles ou non, exposeront le contrevenant à des sanctions beaucoup plus sévères”, a écrit le juge Engoron. Il a ajouté que les sanctions possibles comprenaient des amendes plus élevées, la retenue de M. Trump pour outrage au tribunal et “éventuellement son emprisonnement”.

Le juge a ajouté que, “dans le climat actuel de surexcitation, des mensonges incendiaires peuvent, et dans certains cas ont déjà conduit, à de graves préjudices physiques, voire pire”.

Limitations sur la parole de M. Trump

M. Trump, qui a fréquemment attaqué des juges, des procureurs et des témoins dans les affaires civiles et criminelles le concernant, est soumis à des limitations sur sa parole non seulement dans l’affaire de fraude de Manhattan, mais aussi dans une affaire fédérale où il est accusé d’avoir tenté de renverser les résultats de l’élection de 2020.

Les juges chargés de ces affaires doivent trouver un équilibre entre le respect des droits du Premier Amendement d’un homme cherchant à revenir à la Maison Blanche et le maintien de la dignité et de l’ordre de leurs tribunaux.

Ils doivent également considérer ce qui constituerait une punition efficace – et dissuasive – pour un homme dont la valeur nette est estimée à plusieurs milliards de dollars.

Dans l’ordonnance de silence, le juge Engoron avait déclaré que les attaques personnelles contre son personnel étaient “inacceptables” et qu’il ne les “tolérerait en aucune circonstance”.

Il avait interdit tout commentaire, courriel ou déclaration publique sur les membres de son personnel, ajoutant que des sanctions sévères suivraient en cas de désobéissance.

Les ordonnances de silence du juge Engoron et de la juge Tanya S. Chutkan, la juge fédérale à Washington chargée de l’affaire électorale, laissent à M. Trump une grande marge de manœuvre pour ses commentaires.

L’ordonnance écrite du juge Chutkan, suspendue vendredi pour d’autres arguments, interdit à M. Trump de faire des commentaires publics visant son personnel, le conseiller spécial Jack Smith et ses employés, ainsi que “tout témoin raisonnablement prévisible”.

Mais M. Trump reste libre de critiquer ses adversaires politiques, les juges eux-mêmes et un système judiciaire américain qu’il a décrit comme étant biaisé contre lui.

M. Trump s’en est également pris à Letitia James, la procureure générale de New York, qui a intenté l’action en fraude civile contre lui, ses fils adultes et leur entreprise familiale.

Mme James les a accusés d’avoir artificiellement gonflé la valeur nette de M. Trump pour obtenir des prêts avantageux auprès des banques. Le procès se poursuivra la semaine prochaine avec le témoignage de Michael D. Cohen, l’ancien homme de main de M. Trump devenu son adversaire.

M. Trump lui-même était absent de l’audience vendredi, mais il avait assisté au procès plus tôt dans la semaine, utilisant le couloir équipé de caméras à l’extérieur de la salle d’audience pour faire des déclarations périodiques sur ses affaires judiciaires et politiques.

En personne, il n’a pas été proche de violer l’ordonnance du juge Engoron.

La nécessité de l’ordre et de la décence dans les tribunaux

L’affaire de Donald J. Trump met en évidence la délicate équation à laquelle sont confrontés les juges lorsqu’ils sont confrontés à des personnalités publiques qui utilisent leur plateforme pour attaquer des acteurs du système judiciaire.

D’un côté, il est impér

atif de protéger la dignité et l’intégrité des tribunaux, et cela inclut la protection du personnel qui y travaille. D’un autre côté, les droits du Premier Amendement garantissent la liberté d’expression, même pour les anciens présidents.

Les juges doivent jongler avec ces deux impératifs, cherchant à éviter les abus tout en maintenant la liberté d’expression. Cependant, la ligne entre la critique légitime et les attaques personnelles peut parfois être mince.

L’affaire Trump illustre également le pouvoir des médias sociaux dans le débat public. Les commentaires et les déclarations de personnalités publiques sur les médias sociaux peuvent avoir un impact significatif, et les tribunaux cherchent à maintenir un équilibre entre la protection de la réputation et la préservation des droits constitutionnels.

Conclusion

L’amende de 5 000 $ infligée à Donald J. Trump pour avoir violé une ordonnance de silence en attaquant un employé du tribunal sur les médias sociaux met en lumière les défis auxquels sont confrontés les juges lorsqu’ils doivent équilibrer la protection de la dignité de la cour et la préservation des droits du Premier Amendement. Alors que l’ancien président fait face à plusieurs affaires civiles et criminelles, les tribunaux continueront de surveiller de près ses commentaires et de prendre des mesures en cas de violation des ordonnances de silence.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *