Attaque de Hamas sur Israël : Un récit terrifiant de la tragédie

Une journée sanglante qui a secoué Israël et la bande de Gaza

Lorsque l’aube s’est levée sur Israël ce samedi matin, personne n’aurait pu prévoir l’horreur qui allait se dérouler. Des milliers de jeunes Israéliens avaient passé la nuit à danser lors d’une rave en plein air, vêtus de T-shirts tie-dye et de crop-tops. Mais leur nuit de fête s’est terminée en un véritable massacre.

À l’aube, des centaines de militants palestiniens ont forcé leur chemin à travers les barricades séparant Gaza et Israël, pénétrant dans de nombreuses villes israéliennes le long de la frontière, y compris celle où se déroulait la rave. Les militants ont ouvert le feu sur plus de 100 fêtards et en ont kidnappé d’autres, provoquant une scène chaotique de terreur. Certains ont réussi à échapper à cette tragédie en se cachant dans les buissons environnants, tandis que les balles sifflaient au-dessus d’eux.

Un récit de survie terrifiant

Andrey Peairie, 35 ans, l’un des survivants, décrit la scène : “Fumée, flammes et tirs de feu. J’ai une expérience militaire, mais je n’ai jamais vécu une situation comme celle-ci.” C’était le début d’un week-end sanglant dans l’histoire d’Israël et de la Palestine, les détails complets de l’attaque la plus complexe et audacieuse depuis la guerre israélo-arabe de 1973 commençant à émerger le dimanche.

Selon une évaluation préliminaire partagée par un responsable militaire israélien de haut rang, environ 700 Israéliens ont été tués et au moins 150 pris en otage par des militants palestiniens. Des vidéos ont circulé montrant des enfants et des grands-parents enlevés dans leurs maisons en Israël et des cadavres jonchant les routes. Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale a déclaré plus tard le dimanche que “plusieurs” citoyens américains avaient été tués dans les combats.

Cette attaque d’une telle ampleur a déclenché une contre-attaque féroce d’Israël, tuant au moins 413 Gazaouis lors de frappes de missiles et de combats armés, selon les responsables de la santé de Gaza. Tout a commencé avec des tirs de roquettes en provenance de Gaza, comme c’est souvent le cas à l’aube.

Les horreurs de l’infiltration

Amir Tibon et ses voisins dans le kibboutz Nahal Oz, un village situé à quelques centaines de mètres de Gaza, avaient l’habitude des tirs de roquettes fréquents des militants. Des abris anti-bombes sont installés dans chaque maison du kibboutz, et les habitants sont habitués à s’y précipiter toutes les quelques semaines. Cependant, ce samedi-là, quelque chose de bien plus sinistre se produisit.

Le bruit des tirs de roquettes fut suivi par une réalisation macabre : “Il y avait des terroristes dans le kibboutz, dans notre quartier, et à un moment donné, à l’extérieur de notre fenêtre”, se souvient M. Tibon, un journaliste pour Haaretz, l’un des médias les plus importants du pays.

Les messages sur le groupe WhatsApp du village étaient empreints de panique. “Les gens disaient : ‘Ils sont dans ma maison, ils essaient de pénétrer dans la salle de sécurité !'”, raconte M. Tibon. Les messages de ses collègues journalistes révélaient des nouvelles encore plus terrifiantes : le Hamas, le groupe militant qui contrôle Gaza, avait infiltré de nombreuses villes frontalières israéliennes, et il faudrait du temps à l’armée israélienne pour atteindre le village.

Peu de temps après, la réception du téléphone portable de M. Tibon commença à se détériorer. À 21 kilomètres à l’est, profondément à l’intérieur du territoire israélien, Meitav Hadad et son frère Itamar n’avaient aucune idée qu’Israël avait été envahi. Les deux avaient éteint leurs téléphones pour respecter le sabbat juif.

Soudain, des coups de feu retentirent dans leur quartier d’Ofakim, une petite ville de 33 000 habitants du sud d’Israël. Itamar Hadad, 22 ans, un soldat en congé, prit son fusil et se précipita dans la rue. Meitav Hadad, 18 ans, étudiante dans une école religieuse, le suivit.

Ils s’attendaient peut-être à un seul tireur, le genre d’attaquant solitaire qui cible fréquemment les civils israéliens, explique Meitav Hadad. Mais ce qu’ils découvrirent fut bien plus choquant : une équipe de militants palestiniens, armés de fusils et d’un lance-roquettes portatif, avait infiltré leur quartier tranquille, à des kilomètres de la frontière avec Gaza.

L’acte héroïque d’un frère

“Nous ne comprenions pas ce qui se passait”, se souvient Meitav Hadad, terrifiée, se cachant dans une aire de jeux. Son frère, quant à lui, continua d’avancer, se joignant à deux autres résidents armés, comme le montre une vidéo de téléphone portable. Il commença à tirer sur les militants, en touchant deux, avant que son arme ne se bloque, l’obligeant à se mettre à couvert.

Alors qu’il battait en retraite, les militants le touchèrent trois fois : une fois au foie, une fois à la jambe et une troisième fois dans le dos. Il perdait rapidement du sang et n’avait nulle part où se cacher. Désespéré de trouver un abri, il se mit à boiter de maison en maison, essayant de persuader les habitants de le prendre à l’intérieur. Personne n’osait lui ouvrir, craignant qu’il ne soit lui-même un combattant palestinien.

Pour paraître moins menaçant, il cacha son arme dans un boîtier de fusibles. Finalement, un couple ouvrit sa porte et l’entraîna à l’intérieur. À trois, ils stoppèrent ses hémorragies en déchirant son jean et en les utilisant comme garrot, raconte sa sœur.

La réunion providentielle

Alors que les forces de sécurité israéliennes reprenaient le contrôle de la ville, deux policiers arrivèrent pour emmener M. Hadad à l’hôpital. Ils le traînèrent dans la rue et arrêtèrent une voiture qui passait. Par un pur hasard, cette voiture appartenait à la mère de M. Hadad, Tali.

Après que son fils ne soit pas rentré à la maison, Mme Hadad avait enfreint le sabbat pour emprunter la voiture d’un voisin et le chercher. Maintenant, elle était là pour le sauver.

À cinquante kilomètres au nord, les parents de M. Tibon, Noam et Gali Tibon, partirent également à la rescousse de leur famille, quittant leur domicile de Tel Aviv, sautant dans leur jeep et se dirigeant vers le sud, destination : le kibboutz Nahal Oz.

Le couple n’avait qu’un seul pistolet pour se protéger, mais il n’allait pas rester les bras croisés alors que leur famille était en danger. “Nous avons compris que si nous n’allions pas les chercher, personne ne le ferait”, explique Noam Tibon, un général à la retraite. “Si autant de terroristes sont entrés à Nahal Oz, quelque chose s’est effondré.”

Alors qu’ils roulaient vers le sud, le couple commença à rencontrer des barrages de police, où les agents leur ordonnèrent de faire demi-tour. “Nous avons dit : ‘Écoutez, nous avons des enfants et des petits-enfants en danger'”, raconte Noam Tibon. “Et nous avons continué d’avancer.”

À mesure qu’ils approchaient de la frontière de Gaza, ils commencèrent à croiser des fêtards fuyant la rave, courant sur la route, le sang tachant leurs vêtements. Le couple leur offrit un lift jusqu’à une ville voisine. Le bord de la route et les champs alentour étaient jonchés de cadavres, confie Noam Tibon.

Un acte héroïque pour sauver des vies

À quelques kilomètres du kibboutz Nahal Oz, Noam déposa Mme Tibon dans un endroit moins dangereux avant de continuer avec un soldat blessé qu’ils avaient croisé sur la route. Mais avant d’atteindre le village, ils tombèrent sur un échange de tirs entre soldats israéliens et militants palestiniens. Les deux hommes sortirent de la voiture et se joignirent à la fusillade.

M. Tibon raconte ensuite avoir transporté deux Israéliens blessés en lieu sûr, les confiant ainsi qu’à sa jeep à sa femme, une historienne, qui les conduisit vers le nord à l’hôpital. M. Tibon se dirigea à nouveau vers le sud, emmené par un ami, un autre général à la retraite, qu’il dit avoir rencontré par hasard.

Aux abords du kibboutz Nahal Oz, ils se sont associés à une unité de commando israélienne qui s’apprêtait à reprendre le village. Une fois à l’intérieur, ils trouvèrent les rues jonchées de cadavres, certains palestiniens, d’autres israéliens, selon Noam Tibon. Ils entreprirent ensuite de dégager le village des militants, maison par maison.

À l’intérieur de leur salle de sécurité, Amir Tibon et sa famille pouvaient les entendre arriver. Une heure plus tard, un coup retentit sur le mur de leur abri anti-bombes, raconte Amir Tibon, et ils entendirent son père dire : “Je suis là.”

Une journée qui restera gravée dans les mémoires

Cette journée restera à jamais gravée dans la mémoire d’Israël et de la bande de Gaza. Elle a dévoilé la terreur indicible qui peut s’abattre en un instant, rappelant à tous les résidents de la région à quel point la situation reste volatile.

L’attaque de Hamas sur Israël a bouleversé la vie de milliers de personnes, causant des pertes tragiques et des traumatismes profonds. Les Israéliens et les Palestiniens devront maintenant se réconcilier avec cette nouvelle réalité, tout en espérant que des solutions pacifiques pourront un jour être trouvées pour mettre fin à cette violence inutile.

Nous continuerons à suivre de près l’évolution de la situation au Moyen-Orient et à fournir des informations actualisées alors que la région se remet de cette tragédie.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *