Le Rôle du Microbiome dans les Maladies Chroniques : Vers de Nouveaux Traitements

Introduction

Le microbiome, cet écosystème complexe de micro-organismes vivant dans notre système digestif, continue de susciter un intérêt croissant dans le domaine de la recherche médicale. De plus en plus de preuves suggèrent que le microbiome intestinal joue un rôle crucial dans la santé humaine et qu’il pourrait être un acteur clé dans le développement de maladies chroniques telles qu’Alzheimer, le diabète, le syndrome de fatigue chronique, et bien d’autres encore. Dans cet article, nous explorerons le rôle du microbiome dans ces conditions de santé et comment cela pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements.

L’Influence du Microbiome sur le Système Immunitaire

L’une des découvertes les plus intrigantes concernant le microbiome intestinal est son influence sur le système immunitaire. Entre 70 et 80 % des cellules immunitaires se trouvent dans l’intestin, où elles communiquent en permanence avec les microbes. Cette interaction contribue à lutter contre les maladies, à renforcer les réponses immunitaires et à réguler l’inflammation, notre première ligne de défense contre les infections. Le contrôle de l’inflammation est essentiel, car un excès endommage les cellules et favorise les maladies chroniques.

Le Microbiome et les Maladies Chroniques

Il n’est donc pas surprenant qu’un nombre croissant de preuves impliquent le microbiome intestinal dans diverses maladies chroniques, de l’arthrite à Alzheimer. Bien que la plupart de ces découvertes en soient encore à un stade préliminaire et ne montrent que des associations, elles soulèvent la possibilité que les microbes intestinaux puissent contribuer à, voire causer, certaines de nos affections les plus tenaces, une idée qui a déjà inspiré de nouveaux traitements.

Le Microbiome et le Syndrome de Fatigue Chronique

Il est maintenant établi que les microbiomes intestinaux des personnes atteintes de maladies telles que la sclérose en plaques, le diabète de type 1 et de type 2, la maladie de Parkinson et même l’asthme diffèrent considérablement de ceux des personnes sans maladie sous-jacente. De plus, des études récentes ont montré que les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, également connu sous le nom d’encéphalomyélite myalgique, ont moins de la bactérie intestinale appelée Faecalibacterium prausnitzii dans leurs selles. Cette espèce produit des molécules anti-inflammatoires, de sorte qu’un déficit pourrait expliquer l’inflammation excessive observée dans cette affection. De faibles niveaux de F. prausnitzii sont également observés dans les intestins des personnes atteintes de maladies inflammatoires de l’intestin (MII), un groupe de troubles caractérisés par une inflammation chronique du tractus digestif, et chez les enfants susceptibles de développer un diabète de type 1.

Le Microbiome et la Maladie d’Alzheimer

Il y a des indications que les bactéries intestinales pourraient également jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer, qui semble être exacerbée par une inflammation chronique dans le cerveau. Une étude portant sur 50 personnes a montré une plus faible abondance de plusieurs bactéries anti-inflammatoires dans les intestins des personnes atteintes d’Alzheimer par rapport à celles qui n’en sont pas atteintes.

Le Microbiome et la Polyarthrite Rhumatoïde

Les bactéries intestinales pathogènes peuvent également changer au cours de maladies chroniques. Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, une maladie dans laquelle le système immunitaire attaque à tort les articulations, ont une plus grande quantité de Collinsella aerofaciens dans leurs selles que celles qui n’en sont pas atteintes. Des études ultérieures ont révélé que C. aerofaciens augmente les niveaux d’une molécule pro-inflammatoire dans les cellules intestinales humaines connue pour jouer un rôle dans la polyarthrite rhumatoïde.

Les Causes des Perturbations du Microbiome dans les Maladies Chroniques

Selon Timothy Sampson de l’Université Emory en Géorgie, il existe trois principales explications à la perturbation du microbiome intestinal dans les maladies chroniques. La première est liée à la génétique, qui pourrait favoriser différents environnements dans nos intestins. Par exemple, les mutations dans des gènes associés aux MII affectent les interactions entre le système immunitaire et le microbiome. Chez les souris prédisposées à des symptômes similaires à ceux des MII, l’absence d’un de ces gènes, appelé NOD2, les rend plus susceptibles de développer des signes de la maladie.

La deuxième explication concerne les toxines environnementales. Des recherches antérieures ont établi un lien entre l’exposition à des pesticides courants et un risque accru de certaines maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson. Il est possible que ces produits chimiques soient également responsables des perturbations microbiennes observées chez les personnes atteintes de cette affection.

Enfin, les altérations pourraient être liées à une infection précédente. Par exemple, de nombreuses personnes atteintes de syndrome de fatigue chronique rapportent que leurs symptômes ont commencé après une infection virale. De telles infections peuvent causer des perturbations durables du microbiome intestinal, ce qui pourrait ensuite favoriser une maladie chronique.

La Voie vers de Nouveaux Traitements

Comprendre ce qui entraîne des perturbations dans l’équilibre de nos habitants intestinaux pourrait aider à répondre à la question plus cruciale de savoir si ces changements propulsent ensuite la maladie. “L’un des défis difficiles est de comprendre ce qui se passe en premier. La composition du microbiome change-t-elle avant le diagnostic de la maladie ? Ou est-ce quelque chose qui survient à mesure que la maladie progresse ?” explique Sampson. Des études sur les animaux semblent suggérer la première option. Par exemple, Sampson et ses collègues ont découvert que le transfert de microbes intestinaux de personnes atteintes de la maladie

de Parkinson dans des souris génétiquement prédisposées à des symptômes de la maladie a considérablement altéré les fonctions motrices des animaux. Lui et son équipe ont également montré que, chez des souris prédisposées à une maladie similaire à Alzheimer, celles sans microbiome intestinal présentaient moins de grappes de protéines caractéristiques de la maladie et de nœuds dans leur cerveau que celles avec des microbes intestinaux.

Le Traitement par Transplantation Fécale

La question de savoir si ces études sur les animaux se traduisent chez l’homme est une étape cruciale à venir. Une manière de tester de telles idées chez l’homme est de réaliser des transplantations fécales d’un individu sain à un individu atteint d’une maladie chronique. Si les symptômes de la maladie s’atténuent par la suite, cela indique que le microbiome contribuait de quelque manière que ce soit à la pathologie. Très peu de ces études ont été menées jusqu’à présent, et la plupart se sont concentrées sur les MII, mais leurs résultats sont prometteurs. Sur 36 études portant sur des personnes atteintes de cette affection, les transplantations fécales ont entraîné une rémission chez 37 % des participants et une amélioration chez 54 %.

Des Approches Pratiques pour Traiter les Maladies Chroniques

Comprendre comment les microbes intestinaux contribuent aux maladies chroniques pourrait ouvrir la voie à d’autres méthodes plus pratiques pour traiter ces affections. Prendre des probiotiques, qui sont des aliments ou des suppléments contenant des microbes bénéfiques vivants, ou suivre un régime alimentaire favorisant les bactéries anti-inflammatoires pourrait aider à soulager les symptômes de l’inflammation, par exemple. Alternativement, de nouveaux médicaments qui modifient de quelque manière que ce soit le fonctionnement du microbiome pourraient être efficaces. Déjà, Stanley Hazen de la Cleveland Clinic, un institut de santé de l’Ohio, et ses collègues ont développé un médicament oral qui empêche les microbes de produire une molécule appelée triméthylamine N-oxyde, ou TMAO, connue pour favoriser les maladies cardiaques.

“Même si le microbiome lui-même ne contribue pas aux maladies chroniques, en agissant sur lui par le biais de médicaments ou de probiotiques, nous pouvons lui faire promouvoir une fonction bénéfique”, explique Sampson.

Conclusion

Le microbiome intestinal est un domaine de recherche fascinant qui continue de révéler son influence sur notre santé. Les liens entre le microbiome et des maladies chroniques telles qu’Alzheimer, le diabète, le syndrome de fatigue chronique et d’autres encore soulèvent de nombreuses questions passionnantes. Alors que la recherche progresse, nous pouvons espérer que de nouvelles avancées nous permettront de mieux comprendre ces liens et d’ouvrir la voie à de nouveaux traitements pour ces affections débilitantes.

Check Also

Maladies Inflammatoires de l’Intestin et Maladie de Parkinson : Vers des Thérapies Innovantes

Les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) et la maladie de Parkinson (MP) sont des affections …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *