Tensions autour des importations de céréales ukrainiennes : L’UE face à la rébellion de la Pologne, de la Slovaquie et de la Hongrie

L’énigme des céréales ukrainiennes en Europe

Au cœur de l’Union Européenne, une énigme complexe se dessine. La question en jeu ? L’entrée des céréales ukrainiennes sur le marché européen. Pour l’Ukraine, c’est une question de survie économique, mais pour les gouvernements d’Europe de l’Est, c’est une menace qui se profile à l’horizon. La Commission Européenne milite pour un accès sans entraves au marché, tandis que la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ont choisi la voie de l’embargo.

Un statut de candidat qui divise

L’Ukraine a acquis en juin 2022 le statut de candidat à l’adhésion à l’UE, mais cette nouvelle distinction n’a pas apaisé les tensions au sein de l’Union. La discorde règne depuis près d’un an autour d’un secteur économique devenu politique : l’agriculture.

Le secteur agricole ukrainien affiche une productivité remarquable, avec des exploitations cultivant plus de 100 000 hectares de terres. En revanche, dans les pays membres de l’UE d’Europe de l’Est tels que la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie, les exploitations sont plus modestes et moins efficientes. Elles peinent à rivaliser avec la concurrence ukrainienne.

Pour les agriculteurs de la région, c’est un véritable casse-tête, car les entreprises agricoles ukrainiennes évacuent une partie de leurs récoltes par voie terrestre, via l’Europe de l’Est. Cette situation entraîne une saturation des capacités logistiques et de stockage, impactant les prix des denrées, selon les experts du secteur.

Les enjeux exacerbés par la suspension des droits de douane

La situation s’est encore compliquée en Europe de l’Est depuis la suspension, en juin 2022, des droits de douane sur les importations ukrainiennes vers l’UE. Une mesure visant à soutenir économiquement l’Ukraine, mais qui a provoqué la colère des pays d’Europe de l’Est.

La réaction de la Pologne a été particulièrement virulente, même si ce pays a généreusement soutenu l’Ukraine dans son conflit avec la Russie, en fournissant des armes et en accueillant de nombreux réfugiés ukrainiens. “Nous devons prendre des mesures pour restreindre les importations de biens ukrainiens”, a déclaré récemment le ministre polonais de l’Agriculture, Robert Telus. Il a même menacé de bloquer l’adhésion de l’Ukraine à l’UE si des mesures ne sont pas prises. De son côté, le ministre hongrois de l’Agriculture a également menacé d’interdire les importations ukrainiennes pour protéger les agriculteurs de son pays.

Un dilemme délicat pour la Commission Européenne

La Commission Européenne se trouve face à un dilemme délicat. D’un côté, elle est responsable de la politique commerciale de l’Union, mais de l’autre, certains États membres récalcitrants sapent les efforts de l’UE pour afficher sa solidarité dans le contexte du conflit ukrainien. Une décision devait être prise.

Vendredi soir, la décision est tombée, plaçant l’UE au cœur d’une épreuve difficile. La Commission Européenne a choisi de ne pas exclure les céréales ukrainiennes du marché européen. Une décision qui a immédiatement suscité une réaction de la Pologne. Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a annoncé qu’à partir de minuit, aucune céréale ukrainienne ne serait autorisée sur le territoire polonais. Peu après, la Hongrie a également imposé un embargo sur 24 produits agricoles ukrainiens, tandis que la Slovaquie a emboîté le pas.

La Slovaquie opte pour un embargo national

Le Premier ministre slovaque par intérim, Ludovit Odor, a déclaré dans un communiqué : “La Commission Européenne n’a pas prolongé l’interdiction d’importation de quatre produits ukrainiens, dont le blé, au-delà du 15 septembre. C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’imposer un embargo national.” Ce blocage slovaque concerne le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol, et restera en vigueur jusqu’à la fin de l’année. Ludovit Odor a justifié cette décision en affirmant qu’il était nécessaire d’éviter une pression excessive sur le marché slovaque afin de préserver l’équité envers les agriculteurs locaux. Il a ajouté que des efforts seraient déployés en collaboration avec la Commission Européenne et les autres pays de l’UE pour trouver une solution paneuropéenne.

Des élections en Pologne dans un contexte tendu

Cette décision résulte apparemment d’une lutte acharnée, car il était clair depuis des mois qu’un accord était nécessaire avant le 15 septembre. En juin, l’UE avait conclu un accord valable jusqu’à cette date, qui interdisait la distribution de produits agricoles ukrainiens en Pologne, en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie et en Slovaquie, mais permettait le transit. À l’époque, la Commission Européenne avait également approuvé un plan d’aide aux agriculteurs de ces cinq pays.

Cet accord avait été imposé en partie par les pays d’Europe de l’Est. En avril, les gouvernements de Pologne, de Hongrie et de Slovaquie avaient décidé de ne plus autoriser du tout l’entrée de produits agricoles ukrainiens sur leur territoire. La Pologne, en particulier, se trouve sous une forte pression, car des élections législatives auront lieu mi-octobre, et les observateurs s’attendent à un résultat très serré.

L’importance cruciale des exportations agricoles pour l’Ukraine

Cependant, l’Ukraine a elle aussi beaucoup à perdre dans cette affaire. Avec la guerre en cours, l’agriculture est devenue un pilier essentiel de son économie d’exportation. De janvier à juillet de cette année, les produits agricoles représentaient 63 % des exportations. Le pays a besoin de ces devises pour financer la guerre et assurer sa survie en tant qu’État.

Les défis du marché mondial

Cependant, la situation s’est compliquée récemment. Bien que l’agriculture ukrainienne prévoie une récolte de céréales plus abondante cette année grâce aux conditions météorologiques favorables, d’autres régions du monde, comme le Brésil, l’Argentine et les États-Unis, ont également connu une production accrue. Cela a engendré une surabondance de céréales et de soja sur le marché mondial, ce qui a fait chuter les prix. Après avoir atteint des sommets en raison de la guerre, le prix du blé sur le marché mondial est actuellement à peu près le même qu’il y a deux ans.

Cette situation réjouit les consommateurs et soulage particulièrement les acheteurs des pays en développement. Cependant, pour les exportateurs ukrainiens, le prix relativement bas du blé est un problème, car il accentue le poids des coûts logistiques élevés.

Le défi logistique

Avant février 2022, les céréales ukrainiennes étaient principalement exportées par les ports de la mer Noire, une méthode à la fois économique et efficace. Cependant, cette voie est désormais obstruée, forçant les exportateurs à se tourner vers le transport terrestre à travers l’Europe de l’Est et la route fluviale du Danube, ainsi que vers le port de la mer Noire de la ville roumaine de Constanza. Avant la guerre en Ukraine, les ports danubiens n’avaient plus guère d’importance.

Cette situation a changé depuis, incitant à l’expansion continue de cette route. Le ministre des Transports de Roumanie a annoncé vendredi que les capacités de transit pour les céréales ukrainiennes seraient doublées au cours des prochains mois.

La dépendance de l’agriculture ukrainienne envers cette route est cruciale. Selon les représentants du secteur, les exploitants de blé subissent actuellement des pertes. “Et plus longtemps la marchandise doit être stockée en raison de problèmes de transport, plus les pertes sont importantes”, explique un gestionnaire agricole. Cela met en péril la liquidité des producteurs et pourrait amener les banques à intervenir.

Check Also

La Mer Rouge, épicentre de tensions géopolitiques : le drone MQ-9 Reaper et la montée des hostilités

La Mer Rouge, longtemps perçue comme un simple passage maritime reliant l’océan Indien à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *