Une Enquête sur l’Impeachment de Biden : Les Républicains en Quête de Vérité

Les Républicains enclenchent une enquête pour l’impeachment de Biden

Le leader républicain Kevin McCarthy a annoncé l’ouverture d’une enquête en vue de l’impeachment du président Biden. Cette démarche, qui fait suite à des semaines de signaux émis par McCarthy, intervient alors que certains membres d’extrême droite de la Chambre des représentants sont furieux concernant les dépenses gouvernementales et menacent de le destituer.

Des Allégations Sérieuses et Crédibles

Les Républicains de la Chambre des représentants ont découvert des allégations sérieuses et crédibles concernant le comportement du président Biden. Prises dans leur ensemble, ces allégations dressent le portrait d’une culture de la corruption, justifiant ainsi une enquête approfondie de la part de la Chambre des représentants. C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui que je demande à nos comités de la Chambre d’ouvrir une enquête formelle en vue de la destitution du président Joe Biden. Cette étape logique permettra à nos comités de disposer de tous les pouvoirs nécessaires pour recueillir tous les faits et fournir des réponses au public américain.

Une Décision Qui Secoue la Chambre

La décision de M. McCarthy d’annoncer unilatéralement une enquête en vue de l’impeachment sans vote formel de la Chambre a mêlé les enquêtes républicaines sur M. Biden avec le bras de fer budgétaire qui secoue le Capitole. Cette démarche semble être une tentative de calmer une rébellion qui se prépare parmi les critiques ultraréactionnaires, lesquels accusent le président de ne pas être assez strict sur les dépenses et le poussent à poursuivre le président de manière plus agressive.

M. McCarthy a déclaré qu’il confierait trois comités – Oversight, Judiciary et Ways and Means – la charge de mener l’enquête sur le président et sa famille, alors que les Républicains cherchent des preuves de malversations financières ou de corruption. Après des mois d’enquête, les Républicains n’ont pas encore trouvé de telles preuves, bien qu’ils estiment disposer d’informations suffisantes pour justifier une enquête plus approfondie.

L’annonce de M. McCarthy semble ouvrir la voie aux enquêteurs de la Chambre pour émettre des subpoenas afin d’obtenir les relevés bancaires de M. Biden et de ses membres de famille.

Les Accusations de M. McCarthy

Lors de brèves déclarations au Capitole, M. McCarthy a accusé M. Biden d’avoir menti concernant sa connaissance des activités commerciales de son fils, Hunter Biden, et a soulevé des questions sur les millions de dollars que Hunter et d’autres membres de la famille ont gagnés auprès de sociétés étrangères. M. McCarthy a également accusé l’administration Biden d’accorder un “traitement spécial” au fils du président dans le cadre d’une enquête fiscale criminelle le visant.

“Les Républicains de la Chambre des représentants ont découvert des allégations sérieuses et crédibles concernant le comportement du président Biden”, a déclaré M. McCarthy. “Prises dans leur ensemble, ces allégations dressent le portrait d’une culture de la corruption.”

Une Nouvelle Stratégie pour les Républicains

M. McCarthy avait signalé depuis des semaines son soutien à une enquête en vue de l’impeachment du président pour donner aux enquêteurs du Congrès plus de pouvoirs pour examiner les finances de la famille Biden. Le lancement d’une telle enquête signifie que les Républicains ne doivent plus justifier leur enquête dans le cadre de leur travail législatif et qu’ils disposent de pouvoirs étendus pour demander des documents et des témoignages, avec pour objectif ultime de rédiger un ou plusieurs articles d’impeachment accusant le président de crimes graves et délits.

Mais la démarche entreprise mardi marque une rupture avec le passé et un changement majeur de stratégie pour M. McCarthy, qui avait précédemment indiqué qu’il pensait que la Chambre dans son ensemble devait voter pour décider de la poursuite de l’enquête en vue de l’impeachment. Deux enquêtes en vue de l’impeachment présidentiel dans l’histoire moderne, celles de Bill Clinton en 1998 et de Donald J. Trump en 2019, avaient été approuvées par des votes de la Chambre dans leur ensemble, bien que les démocrates avaient annoncé plusieurs semaines plus tôt qu’ils lançaient une enquête formelle sur M. Trump. La Chambre avait également voté pour la destitution de M. Trump une deuxième fois en 2021 sans enquête, quelques jours seulement après l’attaque du 6 janvier sur le Capitole.

L’Absence de Vote Comme Reconnaissance des Divisions

Le fait de ne pas chercher un vote est une reconnaissance tacite de M. McCarthy qu’il n’a pas les chiffres nécessaires pour le faire au milieu des divisions au sein du parti républicain. Les républicains d’extrême droite, toujours loyaux envers M. Trump et désireux de se venger de sa destitution et des nombreuses poursuites judiciaires auxquelles il est confronté, poussent fortement en faveur de cette démarche.

Cependant, plusieurs républicains, y compris ceux des districts remportés par M. Biden, ont indiqué qu’ils ne soutiendraient pas une enquête en vue de l’impeachment à moins que les enquêteurs ne puissent établir un lien entre les activités commerciales de Hunter Biden, qui a effectué des transactions avec des sociétés étrangères, et son père, ou qu’ils ne découvrent des preuves de crimes graves et délits.

Dans une déclaration postée sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, Ian Sams, porte-parole de la Maison Blanche, a réprimandé M. McCarthy pour s’engager dans ce qu’il a qualifié de “politique extrême au plus bas”.

“Les Républicains de la Chambre enquêtent sur le Président depuis 9 mois, et ils n’ont trouvé aucune preuve de malversation”, a écrit M. Sams. “Même ses propres membres du GOP l’ont dit. Il avait promis de tenir un vote pour l’ouverture de l’impeachment, maintenant il fait marche arrière parce qu’il n’a pas le soutien.”

Une Annonce Hâtive en Réponse à une Critique

M. McCarthy a programmé son annonce en hâte après que le représentant Matt Gaetz, un républicain de Floride et critique fréquent du président, a annoncé lundi soir qu’il prononcerait un discours à la Chambre critiquant M. McCarthy et plaidant pour sa destitution. Peu de temps après l’intervention de M. McCarthy mardi, M. Gaetz a fait exactement cela, déclarant que le président avait rompu les promesses qu’il avait faites aux législateurs d’extrême droite en échange de leurs votes lors de sa longue bataille pour obtenir son poste.

“Je me lève aujourd’hui pour vous informer, Monsieur le Président, que vous ne respectez pas l’accord qui vous a permis d’assumer cette fonction”, a déclaré M. Gaetz, critiquant M. McCarthy pour avoir conclu un accord budgétaire avec M. Biden cette année pour suspendre la limite de la dette et pour ne pas avoir organisé de votes sur les limites de mandats et un amendement pour un budget équilibré. “Le chemin à suivre pour la Chambre des représentants consiste soit à vous amener à une conformité totale et immédiate, soit à vous destituer.”

M. Gaetz a qualifié les discussions de M. McCarthy sur l’impeachment de “pas sérieuses” et dépourvues de stratégie sérieuse, exhortant les républicains à s’opposer à un projet de loi de financement temporaire, connu sous le nom de résolution de continuation, nécessaire pour maintenir le gouvernement ouvert après le 30 septembre.

Les Défis Qui Attend M. McCarthy

La diatribe de M. Gaetz illustre la position précaire dans laquelle se trouve M. McCarthy alors qu’il cherche à apaiser l’aile droite de son parti tout en trouvant un accord sur les dépenses avec le Sénat contrôlé par les démocrates et la Maison Blanche, afin d’éviter une fermeture gouvernementale politiquement dangereuse. Le Sénat devait commencer mardi à examiner une série de projets de loi de financement bipartites, mais le temps presse avant l’épuisement des financements gouvernementaux le 30 septembre. Les républicains de la Chambre ont réussi à faire adopter seulement un projet de loi de financement, et ce, par un vote strictement partisan, et sont en grande confusion sur la manière de procéder pour répondre aux obligations fondamentales du gouvernement.

Les républicains d’extrême droite promettent également de ne pas voter en faveur de tout projet de loi de financement temporaire qui maintiendrait le financement aux niveaux actuels, et même un projet de loi de financement du Pentagone, qui attire généralement un soutien bipartite, était en difficulté à la Chambre. Après l’annonce de l’impeachment par M. McCarthy, les membres du Freedom Caucus d’extrême droite ont réitéré qu’ils ne soutiendraient pas une mesure de continuité, ce qui signifie que M. McCarthy pourrait devoir faire appel aux démocrates pour obtenir leur aide ou faire face à une fermeture et à la culpabilité qui en découlerait.

“Nous ne sommes pas intéressés par une résolution de continuité qui maintient les politiques et les dépenses de l’ère Biden-Schumer-Pelosi”, a déclaré le représentant Scott Perry, républicain de Pennsylvanie et président du Freedom Caucus, faisant référence aux dirigeants démocrates au pouvoir lorsque les niveaux de dépenses actuels ont été établis. “Nous n’avons pas voté pour cela en décembre dernier, et nous ne voterons pas pour cela maintenant.”

La Défense de l’Impeachment par les Démocrates

Les démocrates se préparent à défendre le président contre l’impeachment. Le représentant Jamie Raskin du Maryland, le principal démocrate de la Commission de surveillance, s’est réuni avec des membres de son comité dimanche soir pour planifier une réponse aux Républicains.

Lundi, les démocrates ont publié un mémoire de 14 pages détaillant ce qu’ils ont appelé l’échec massif de l’enquête des Républicains sur M. Biden.

Le mémoire a noté que la Commission de surveillance, dirigée par le représentant James R. Comer, républicain du Kentucky, avait reçu plus de 12 000 pages de relevés bancaires sous subpoena, examiné plus de 2 000 pages de rapports d’activités suspectes et passé des heures à interroger des témoins, dont deux anciens associés commerciaux de Hunter Biden. Cependant, aucun des relevés bancaires publiés jusqu’à présent ne montre de paiement au président.

“Au lieu de travailler sur des législations visant à promouvoir le bien commun ou même simplement à maintenir le gouvernement en activité”, a déclaré M. Raskin, “les Républicains de la Chambre utilisent leurs fonctions pour promouvoir des théories du complot discréditées et farfelues concernant le Président Biden.”

En somme, l’enquête en vue de l’impeachment de Biden continue de diviser la Chambre des représentants et de susciter des débats passionnés au sein du Parti républicain. Alors que certains Républicains sont convaincus de la nécessité d’une enquête pour faire toute la lumière sur les allégations, d’autres estiment qu’elle est motivée par des considérations partisanes. La manière dont cette situation évoluera reste à voir, mais elle ne fait aucun doute qu’elle continuera d’occuper une place centrale dans le paysage politique américain.

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *