La Crise en Nagorno-Karabakh : Azerbaïdjan intensifie la pression sur l’Arménie

Tensions Croissantes dans la Région

Les tensions autour de l’enclave arménienne de Nagorno-Karabakh s’intensifient de manière alarmante. L’Azerbaïdjan a déployé des troupes le long de sa frontière avec l’Arménie, laissant planer la menace d’un nouveau conflit dans le Caucase du Sud. Les signes d’une escalade militaire sont évidents, et il semble que l’Azerbaïdjan envisage de faire valoir ses revendications par la force.

Des Préparatifs Militaires Évidents

Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux azerbaïdjanais sont inondés de vidéos montrant un déploiement massif de troupes. Les soldats sont mobilisés et prêts au combat. Des camions transportent des fournitures et du matériel militaire à la frontière avec l’Arménie. Des chars se positionnent en mode de combat. Ces images sont inhabituelles, car la censure azerbaïdjanaise n’autorise généralement pas la diffusion de préparatifs militaires aussi flagrants. Ce n’est que lorsque le ministère de la Défense de Bakou a qualifié ces mouvements de “manœuvres” que l’interdiction correspondante a été rappelée.

Préoccupations en Arménie

En Arménie, les mouvements militaires et la propagande renforcée de l’ennemi suscitent de vives inquiétudes. Ces préparatifs militaires évidents s’accompagnent de rencontres fréquentes avec des représentants de la Turquie, le “grand frère” de l’Azerbaïdjan, ainsi que de nombreux vols de fret militaire entre l’Azerbaïdjan et ses fournisseurs d’armes en Israël et en Turquie.

Impasse dans le Processus de Paix

Le processus de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, qui vise à mettre fin à des décennies de conflit dans le Caucase du Sud et qui implique également l’Occident, semble être dans l’impasse. La situation humanitaire dans la région de Nagorno-Karabakh, peuplée d’Arméniens et provoquée par Bakou, s’aggrave. Les relations entre Erevan et Moscou se tendent de plus en plus.

Perte de Patience de l’Azerbaïdjan

Dans cette situation tendue, il semble que l’Azerbaïdjan soit de moins en moins disposé à attendre une solution pacifique. Les préparatifs de guerre quasi-déclarés visent à semer la confusion au sein de la société arménienne. Il y a une semaine, des affrontements violents ont éclaté le long d’une section de la frontière, faisant trois morts du côté arménien. Un nouveau conflit, trois ans après la défaite dévastatrice pour l’Arménie et Karabakh, semble de plus en plus probable.

Intrigues Politiques à Karabakh

Dans cette situation déjà tendue, il peut sembler un luxe imprudent que la République autoproclamée du Nagorno-Karabakh (connue sous le nom d’Artsakh) soit également secouée par des turbulences politiques internes. Le président du Karabakh, Araik Arutunian, a démissionné pour céder la place à de nouvelles forces. Selon Alexander Iskandarjan, politologue d’Erevan, Arutunian était arrivé au pouvoir dans des circonstances très différentes, lorsque le Karabakh prospérait avant la guerre.

Une République Réduite

Cependant, après la défaite en 2020, le Karabakh n’est plus qu’un territoire réduit avec pour capitale Stepanakert, dont la sécurité devrait être garantie par les “forces de maintien de la paix” russes. Les régions économiquement intéressantes conquises au début des années 1990 pendant la première guerre du Karabakh ont été reprises par l’Azerbaïdjan. Le corridor de Latchin, qui permettait l’accès depuis l’Arménie, est bloqué depuis décembre dernier. Les opposants d’Arutunian, dirigés par l’homme d’affaires Ruben Vardanian, ont poussé le président à démissionner.

Un Nouveau Président pour le Karabakh

Ce samedi, leur candidat, Samvel Shahramanyan, devrait être élu comme successeur pour le reste du mandat présidentiel jusqu’en 2025. Sur le plan politique, il devrait bénéficier d’un certain soutien temporaire, bien qu’on le considère comme peu indépendant. Toutefois, il sera confronté aux mêmes obstacles que son prédécesseur : les concessions à Bakou seraient suicidaires du point de vue du Karabakh. Il pourrait toutefois contribuer à la consolidation au sein des élites et de la société, selon Iskandarjan.

L’Azerbaïdjan Opte pour la Violence

L’Azerbaïdjan semble ne plus croire en la possibilité de faire valoir ses revendications pacifiquement. De son point de vue, la situation est claire : avec sa défaite en 2020, l’Arménie a perdu tout droit sur le Karabakh. Maintenant, l’Azerbaïdjan cherche à intégrer complètement le territoire restant, peuplé d’Arméniens, à son territoire. En établissant des postes de contrôle douanier dans le corridor de Latchin et en entravant la circulation, Bakou veut exercer une pression pour forcer Erevan à faire les concessions nécessaires. Cependant, Bakou n’appelle pas cela un blocus.

Les Conséquences pour le Karabakh

Le Karabakh pourrait théoriquement permettre aux Azéris d’accéder au territoire via la route reliant la ville azérie d’Agdam à Stepanakert. Cependant, les Karabakhis refusent catégoriquement de le faire pour des raisons de principe. Pour eux, il s’agit d’un cadeau empoisonné. Ils préféreraient souffrir de la faim plutôt que de devenir dépendants de l’Azerbaïdjan. Pour tous les Arméniens, il ne fait aucun doute que si le Kar

abakh tombait sous l’influence de Bakou, la vie des Karabakhis ne serait plus en sécurité, et ils seraient contraints de quitter la région.

La Position d’Armenie

Le Premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, avait implicitement reconnu lors des négociations de paix qu’il renonçait au Karabakh. Cependant, il insiste sur le fait que Bakou ne peut prendre le contrôle de la région peuplée d’Arméniens que s’il garantit des droits spéciaux à la population arménienne qui y vit. Une telle demande de droits spéciaux est rejetée par le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev. Son conseiller en politique étrangère, Hikmet Hajiyev, a laissé entendre dans une interview les prétextes qui pourraient déclencher la guerre : mettre fin à la crise humanitaire “sur son propre territoire”.

L’Enjeu du Truppenaufmarsch

Le déploiement de troupes montre que l’Azerbaïdjan vise plus que simplement le Karabakh. Du point de vue de Bakou, un nouveau conflit devrait également clarifier l’accès à l’enclave azerbaïdjanaise de Nakhitchevan. Au cours des trois dernières années depuis le cessez-le-feu, Erevan et Bakou n’ont pas réussi à s’accorder sur les modalités d’une liaison entre l’Azerbaïdjan et Nakhitchevan. En fonction de son emplacement, cette liaison pourrait couper la seule voie nord-sud de l’Arménie.

Scénarios Possibles

L’Azerbaïdjan pourrait ainsi facilement isoler la région de Syunik, revendiquée de manière provocante par Aliyev, du reste de l’Arménie. Il n’est pas surprenant que des analystes militaires notent la concentration des troupes azerbaïdjanaises à Nakhitchevan et du côté azerbaïdjanais près de la ville arménienne de Jermuk, où l’Arménie est la plus étroite.

Un Déséquilibre de Force Évident

L’armée arménienne n’est pas préparée à une guerre d’envergure, semblable à celle menée par l’Azerbaïdjan avec le soutien de la Turquie à l’automne 2020 contre l’Arménie et le Karabakh. Le pays aurait du mal à obtenir de l’aide extérieure. Les relations entre la Russie et l’Arménie se sont tendues ces derniers temps. Pashinyan exprime de plus en plus ouvertement sa déception face à l’inaction de la puissance protectrice. Des exercices militaires avec les Américains sont prévus la semaine prochaine. En Russie, qui est absorbée par la guerre en Ukraine mais qui ne veut pas perdre le Caucase, cela a suscité des réactions très hostiles.

Les Accusations contre Pashinyan

Moscou tient Pashinyan pour responsable de la situation dans laquelle il a plongé l’Arménie en renonçant de facto au Karabakh. Cette opinion est partagée par ses opposants politiques intérieurs qui continuent de soutenir la Russie. Pour eux, il est un traître. Cependant, ils n’ont pas non plus de recette pour éviter un nouveau conflit ou pour le gagner.

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *