El Salvador : Un Modèle Controversé de Lutte Contre la Criminalité en Amérique Latine

L’expérience d’El Salvador dans la lutte contre la criminalité suscite admiration et inquiétude. Le président de ce petit pays d’Amérique centrale, Nayib Bukele, a gagné en popularité grâce à sa politique brutale envers les gangs criminels, tout en suscitant des débats sur l’état de droit et les droits de l’homme. Dans cet article, nous explorerons le modèle controversé d’El Salvador en matière de sécurité publique, en examinant les répercussions de ses actions radicales.

Une Offensive Drastique Contre les Maras

En août dernier, près de 8000 forces de sécurité ont verrouillé des villages entiers le long de la frontière entre El Salvador et le Honduras, dans la région de Cabañas. Ils ont entrepris une opération de grande envergure pour démanteler les gangs de jeunes, communément appelés les “Maras”. Les membres de ces gangs sont connus pour leurs tatouages distinctifs et leur implication dans le trafic de drogue, ainsi que pour leur extorsion de fonds auprès de la population locale.

Les autorités ont désigné cette région reculée comme refuge des membres des Maras en fuite. Autrefois, les habitants vivaient dans la peur, mais aujourd’hui, ce sont les criminels qui tremblent, entend-on souvent à El Salvador. Au cours des 18 derniers mois, pas moins de 72 000 présumés membres des Maras, dont Barrio 18 et MS-13, autrefois puissants, ont été arrêtés.

La Lutte Contre la Criminalité Hors de Contrôle

Depuis la fin de la guerre civile en 1992, les gangs ont gagné en puissance au Salvador. Les présidents successifs, qu’ils soient de gauche ou de droite, ont promis de s’attaquer aux gangs, mais n’ont réussi à réduire la violence que temporairement, souvent en faisant des concessions secrètes aux criminels. En 2015, El Salvador était considéré comme le pays le plus dangereux de l’hémisphère occidental, avec 103 meurtres pour 100 000 habitants.

Cependant, Nayib Bukele, un jeune politicien charismatique issu du milieu de la publicité, a changé la donne. Lorsqu’il est devenu maire de la capitale San Salvador en 2015, il a cherché à réduire la violence juvénile par le biais de programmes sociaux. À l’époque, il soutenait que la violence ne pouvait être vaincue que par des moyens pacifiques, évitant ainsi une spirale de violence sans fin.

Cependant, lorsqu’il est devenu président, son approche a radicalement changé. Pendant la pandémie, il a fait emprisonner des milliers de personnes pour avoir enfreint les règles de confinement. Lorsque le Parlement lui a refusé des fonds en 2020 pour renforcer l’appareil de sécurité, il a déployé des soldats au Congrès pour faire passer ses projets. L’opposition a crié au coup d’État, mais Bukele, qui se décrit lui-même comme le “dictateur le plus cool du monde”, a su rallier l’immense majorité de la population à sa croisade contre le crime.

La Controverse Entourant le Gouvernement de Bukele

La formation politique qu’il a créée, “Nuevas Ideas” (Nouvelles Idées), a remporté la majorité des sièges aux élections législatives de 2021. Immédiatement, des juges et des procureurs critiques ont été écartés de leurs fonctions. La Cour constitutionnelle a été composée de juges favorables à Bukele, qui lui ont donné le feu vert pour se présenter en 2024, malgré l’interdiction constitutionnelle de la réélection directe. Le Congrès a également approuvé le plan de Bukele de faire du Bitcoin la monnaie officielle du pays, sans transparence financière.

Une suspicion suffit pour une détention indéfinie
En début d’année 2022, Bukele a été confronté à une crise majeure. Ses ambitieux projets liés au Bitcoin ont échoué en raison de la baisse du marché des crypto-monnaies, tandis que le pays était au bord du défaut de paiement. Les médias ont rapporté un pacte secret entre Bukele et les Maras visant à réduire la violence. En réponse, il a durci les conditions de détention des chefs des Maras, ce qui a entraîné une vague de terreur faisant 87 victimes en quelques jours.

Pour Bukele, cela a justifié la déclaration de l’état d’urgence, qui est renouvelé chaque mois depuis. Cela donne aux forces de sécurité le pouvoir de suspendre les droits fondamentaux. Des organisations de défense des droits de l’homme comme Human Rights Watch et des gouvernements occidentaux, dont les États-Unis, ont protesté contre l’arbitraire du gouvernement. Car une simple suspicion ou un signalement anonyme suffit pour emprisonner indéfiniment une personne sans procès équitable ni avocat.

À ce jour, El Salvador compte environ 1100 détenus pour 100 000 habitants, le plus haut taux mondial. Environ 2 % de tous les hommes sont derrière les barreaux, et chez les 14-29 ans, ce chiffre atteint 7 %. En juillet dernier, des lois ont été promulguées permettant de juger jusqu’à 900 accusés simultanément lors des procès à venir. La peine maximale pour l’appartenance à une Mara a été portée de 45 à 60 ans.

Popularité Croissante en Amérique Latine

Le message de Bukele résonne dans toute l’Amérique latine. Il compte seul sur TikTok 6,4 millions de followers, plus que tout autre chef d’État et plus que la population d’El Salvador. En effet, le fléau de la criminalité liée à la drogue sévit du Mexique à la Caraïbe, en passant par l’Argentine et le Chili. Un récent sondage de l’Institut Latinobarómetro a révélé que Bukele est la personnalité la plus populaire dans 15 des 17 pays latino-américains inclus dans l’enquête.

Sa politique est également imitée ailleurs. En Argentine, Javier Milei, un admirateur de Bukele, est favori pour les élections présidentielles d’octobre. Au Honduras, la présidente de gauche Xiomara Castro a décrété l’état d’urgence et mobilisé l’armée contre les gangs, suivant l’exemple de Bukele. Rafael López Aliaga, maire de Lima, la capitale du Pérou, a qualifié le renforcement de la présence militaire dans les rues de “Plan Bukele”. En Haïti, l’équipe de Bukele est chargée d’élaborer un plan d’action contre la violence des gangs.

Dans des pays aux institutions fragiles, la violence d’État devient de plus en plus la solution ultime, au détriment de la démocratie, malgré les expériences passées pendant les dictatures militaires ou la guerre contre la drogue sanglante en Colombie et au Mexique. Selon le sondage de Latinobarómetro, 46 % des personnes interrogées estiment qu’une politique de poigne peut résoudre les problèmes de violence.

De manière préoccupante, la tolérance envers les gouvernements autoritaires est en croissance. Cinquante-quatre pour cent des personnes interrogées accepteraient un gouvernement non démocratique s’il résolvait les problèmes, et 35 % accepteraient même une gouvernance militaire. Ce qui est le plus inquiétant, c’est que les jeunes Latino-Américains sont nettement plus enclins à accepter des gouvernements non démocratiques que leurs aînés.

Check Also

Panne Informatique Mondiale du 19 Juillet 2024 : Quand la Technologie Prend une Pause

Imaginez un monde où vos vols sont annulés, vos émissions préférées disparaissent des écrans, et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *