Ramaswamy s’impose sous les feux de la rampe pendant que DeSantis reste en retrait : 7 points saillants du débat

Lors du premier débat des candidats à la présidence républicaine, alors que les attaques fusaient entre les concurrents, le favori incontesté de leur parti a échappé aux critiques. Une chose était claire lorsque l’ancien président Donald J. Trump a choisi de boycotter le premier débat de la primaire républicaine de 2024 : il y aurait un vide à combler. Pourtant, ce n’est pas le principal rival de Trump dans les sondages, le gouverneur Ron DeSantis de Floride, qui s’est imposé au centre de la première confrontation sans Trump le mercredi. Au lieu de cela, c’est le nouveau venu en politique, Vivek Ramaswamy, dont la montée improbable révèle à quel point l’ancien président a remodelé le parti.

La montée inattendue de Vivek Ramaswamy

Il y a six mois à peine, l’idée que M. Ramaswamy, un entrepreneur de 38 ans, occuperait la scène centrale lors d’un débat présidentiel républicain semblait inimaginable. Et pourtant, le voilà, jouant de cette réalité avec une touche d’humour, faisant écho à une phrase célèbre de Barack Obama : “Qui diable est ce gars maigrichon au nom étrange ?” Ce maigrichon est rapidement devenu le souffre-douleur de ses rivaux, notamment l’ancien vice-président Mike Pence, qui a utilisé son expérience pour dire qu’il n’était pas encore temps pour un “novice” qui avait besoin d’une “formation sur le terrain”. L’ancien gouverneur Chris Christie du New Jersey a rappelé la phrase d’Obama, plaisantant : “J’ai bien peur que nous ayons affaire au même type d’amateur.”

Ramaswamy, un outsider audacieux

Pourtant, M. Ramaswamy a souri toute la soirée, se délectant de l’attention alors qu’il prenait des positions qui pourraient être impopulaires parmi ses concurrents, comme réduire le financement de l’effort de guerre de l’Ukraine (il s’est moqué du président du pays en le qualifiant de “pape”) et promettre une grâce préventive à M. Trump. Il a adhéré de près à M. Trump non seulement sur le fond mais aussi sur le style. Il a suscité la controverse pour occuper le devant de la scène et a lancé certaines des piques personnelles les plus marquantes de la soirée : accusant M. Christie de postuler pour un contrat avec MSNBC, affirmant que Nikki Haley avait des vues sur des emplois lucratifs dans le secteur privé et déclarant, au milieu de quelques huées, qu’il était le seul candidat qui ne soit pas acheté et payé par des intérêts spéciaux.

DeSantis choisit la réserve et reste en retrait

M. DeSantis avait trébuché avant le débat et était largement perçu comme ayant besoin d’une performance stabilisatrice. Il a cherché à l’obtenir en évitant largement le tumulte et en restant fidèle à l’argument central qu’il développe lors de ses discours, espérant gagner du terrain de manière incrémentielle devant un public national. Les huit candidats se sont principalement positionnés les uns par rapport aux autres et peu ont ciblé le favori qui devait abandonner le jeudi après sa quatrième inculpation.

Clashes de politique étrangère révèlent les divisions au sein du parti

Lors de ce débat, la question du rôle de l’Amérique en Ukraine a divisé les candidats et a exposé deux visions divergentes pour le Parti républicain. D’un côté, les interventionnistes à la manière de Reagan, tels que Mme Haley et M. Pence, ont plaidé en faveur d’une Amérique qui devrait défendre la liberté et s’opposer au président russe Vladimir Poutine. De l’autre côté, M. DeSantis et M. Ramaswamy ont remis en question si le soutien à l’Ukraine était dans l’intérêt national de l’Amérique. M. Ramaswamy a été catégorique : l’Amérique ne devrait plus soutenir l’Ukraine.

Pence adopte une approche offensive

M. Pence a tiré le meilleur parti de chaque moment, s’impliquant dans presque chaque échange, qu’on le mentionne ou non. Il s’est montré si surprenamment agressif que Bret Baier, l’un des modérateurs, l’a exhorté à respecter son temps de parole attribué. M. Pence a adopté la position la plus anti-avortement, plaidant en faveur d’une interdiction nationale de 15 semaines et critiquant ses adversaires qui ont éludé la question, suggérant qu’ils agissaient par opportunisme politique plutôt que par moralité. “Le consensus est l’opposé du leadership”, a-t-il déclaré à Mme Haley. À plusieurs reprises, il a fait valoir un point de vue plus ferme que celui de M. Scott sur les questions chères aux électeurs évangéliques, que les deux hommes se disputent.

Haley se positionne en tant que pragmatique

Pendant le débat, Mme Haley semblait déterminée à tenter de devenir la voix modérée du Parti républicain à l’époque de Trump. Au lieu de se positionner à droite, elle a offert quelque chose de proche d’un argument en faveur de l’élection générale. Elle s’est présentée comme la seule femme présente et a cité Margaret Thatcher en disant : “Si vous voulez que quelque chose soit dit, demandez à un homme ; si vous voulez que quelque chose soit fait, demandez à une femme.” À un autre moment, Mme Haley, ancienne ambassadrice des Nations unies sous M. Trump, s’en est prise à son propre parti à propos de la dette nationale du pays. “La vérité n’est pas que Biden nous a causé cela, nos républicains nous ont également causé cela”, a déclaré Mme Haley.

Les difficultés de Chris Christie

Pour Chris Christie, l’ancien gouverneur du New Jersey, qui se présente une deuxième fois à la présidence, le défi était de ne pas se démarquer autant que par le passé. M. Christie a généralement accompli ce qu’il visait à faire : argumenter que M. Trump, qu’il avait autrefois soutenu, avait adopté un comportement inadapté pour un président. Le problème pour M. Christie était qu’il était hué avec ferveur par la foule presque à chaque fois qu’il formulait ces critiques.

Conclusion : Trump plane sur le débat

Tout au long de la soirée, M. Trump était une présence quasi spectrale – absent mais omniprésent. Alors que M. Christie et l’ancien gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson, le critiquaient depuis les coulisses de la scène, personne n’a pleinement profité de l’absence du favori. Les candidats saluaient l’administration Trump malgré les divergences. Cela témoigne de l’emprise continue de Trump sur le parti, même en son absence, et de l’importance de Ramaswamy dans cette nouvelle dynamique politique. En fin de compte, cette soirée ne semble pas avoir bouleversé le statu quo d’une course dominée par Trump.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *