Le coût croissant des honoraires d’avocats menace Trump d’une crise de liquidités

Une consommation de trésorerie qui inquiète même sa propre équipe

L’ancien président américain fait face à des problèmes juridiques qui s’accumulent, et avec eux les factures d’avocats qui explosent. D’après de nouveaux rapports financiers, les divers comités politiques de M. Trump et le super PAC qui le soutient ont consacré près de 30 cents sur chaque dollar dépensé depuis le début de l’année à des frais juridiques et autres dépenses liées aux enquêtes le concernant.

Le total s’élève à plus de 27 millions de dollars pour le premier semestre 2023, selon une analyse du New York Times. Ces 27 millions de dollars incluent le paiement par M. Trump d’au moins 8 cabinets d’avocats à hauteur de plus d’1 million de dollars chacun sur la première moitié de 2023.

Il s’agit d’une partie des importants honoraires qui devraient continuer à s’envoler dans les prochains mois, à mesure que ses affaires pénales distinctes progresseront vers les tribunaux à New York, en Floride et à Washington.

Une interconnexion complexe entre politique et justice

Les nouvelles divulgations révèlent le degré remarquable auquel l’argent politique et judiciaire de M. Trump sont imbriqués, à l’image du lien entre son destin politique et judiciaire.

L’univers politique complexe de M. Trump dépense déjà plus qu’il ne collecte, et puise dans l’argent collecté il y a des années – une trajectoire inhabituelle si tôt avant une élection. Cette consommation rapide pose des questions sur la viabilité d’une telle approche, et sur la nécessité pour M. Trump de puiser dans sa propre fortune pour payer ses avocats, sa campagne 2024, ou les deux.

Il s’agit d’une étape que l’ancien président notoirement pingre a jusqu’à présent résisté, même si ses conseillers ont commencé à préparer en coulisse une possible crise de trésorerie des mois avant le début des primaires.

On ne connaît pas la capacité de M. Trump à planifier sur le long terme. Certains proches se disent rassurés par le fait qu’en cas de nouvelle nomination, il pourra compter sur le soutien financier du parti républicain.

Des finances politiques et judiciaires étroitement liées

Au total, les comités directement contrôlés par M. Trump, ainsi que le super PAC indépendant entièrement dévoué à l’aider, dépensent plus qu’ils ne collectent en 2023 – en grande partie à cause de ses dépenses juridiques, montrent les documents.

Ces entités ont collecté 67,2 millions de dollars de nouveaux dons au premier semestre, et dépensé environ 90 millions sur la même période. La majeure partie de l’argent consacré aux honoraires juridiques ne provient pas des nouveaux dons. Le PAC Save America, qui supporte l’essentiel de ces dépenses, a collecté une grande partie de ses fonds après l’élection de 2020 et a consacré 16 millions de dollars à des frais juridiques en 2022. Ses réserves sont presque épuisées.

Des signes de tension financière

Les documents montrent des signes de tensions financières dans l’ensemble de la galaxie Trump. Dans une transaction inhabituelle, le PAC Save America a demandé le remboursement des 60 millions de dollars transférés l’an dernier au super PAC Make America Great Again, qui devait principalement payer pour des publicités télévisées. Déjà, 12,25 millions ont été retournés sur le compte qui paie principalement les factures d’avocats.

Par ailleurs, M. Trump a commencé à rediriger une plus grande part de chaque dollar collecté vers ce même compte. Un porte-parole de M. Trump accuse M. Biden et le procureur spécial Jack Smith d’utiliser les “ressources illimitées” du gouvernement pour “forcer la campagne Trump à dépenser, dépenser, dépenser pour défendre des Américains innocents qui ont été pris pour cible”.

Le comité de campagne 2024 de M. Trump, distinct du PAC Save America et du super PAC Make America Great Again, n’a techniquement dépensé aucun argent en avocats liés aux enquêtes. Certains experts estiment que ce serait illégal. Mais le PAC Save America a couvert ces factures. Bien que les règles de dépenses diffèrent, le complexe d’entités qui financent une campagne présidentielle moderne est souvent perçu comme un seul grand appareil, même si les règles de dépenses de chaque entité sont différentes.

Des dépenses amenées à exploser

Les frais d’avocat de M. Trump ne devraient augmenter dans les prochains mois, à l’approche de deux procès pénaux fédéraux (en Floride et à Washington). Il sera probablement confronté à une quatrième mise en accusation en Géorgie. Et il a aussi plusieurs procès civils.

Selon l’avocat John Brafman, “individuellement, chaque affaire fédérale pourrait impliquer plusieurs millions de dollars d’honoraires”.

Trump évoque mettre de sa poche

Pour la première fois depuis qu’il a remporté l’investiture républicaine il y a 7 ans, M. Trump a aussi sérieusement évoqué ces derniers jours la possibilité de financer sa campagne sur ses propres deniers. Son équipe a déjà mis en place des contrôles de coûts, en ralentissant le rythme des ralliements coûteux.

M. Trump a cherché à transférer au moins une partie des coûts juridiques supportés par ses comptes politiques. Son équipe a récemment mis en place un fonds de défense juridique pour les alliés pris dans diverses enquêtes, dont M. Trump payait les factures via son PAC.

On ne sait pas précisément qui sera aidé. La liste pourrait inclure des collaborateurs témoins ou co-accusés dans les affaires contre lui. Des groupes pro-Trump ont aussi payé les frais d’avocats de certains assistants de la Maison Blanche ayant témoigné lors de l’enquête sur l’attaque du Capitole, un arrangement que les critiques ont dénoncé comme une tentative d’influencer leur témoignage.

Les factures personnelles de M. Trump ne devraient pas être couvertes par ce fonds.

Une charge de temps et d’énergie écrasante

Selon l’avocat Elkan Abramowitz, qui a représenté un témoin clé dans l’affaire new-yorkaise, l’énergie et l’attention requises par ces complexes affaires pénales peut être écrasante. Il explique que les avocats impliqués facturent généralement 1500 à 2000 dollars de l’heure, et que pendant les procès des équipes peuvent travailler jusqu’à 16h par jour.

“Cela va lui coûter beaucoup d’argent, et beaucoup de temps” note-t-il, soulignant que M. Trump devra être présent physiquement à ses procès pénaux.

Une “échappatoire” : sa fortune personnelle

Financièrement, M. Trump dispose d’une “échappatoire” rare pour un candidat : ses propres comptes en banque. Mais depuis sa nomination en 2016, il a résisté à l’idée de piocher dans ses fonds, préférant demander aux petits et gros donateurs de financer ses ambitions politiques.

Sa décision d’utiliser l’argent des donateurs pour payer ses frais d’avocats suscite une indignation croissante parmi ses rivaux républicains pour 2024, avec les critiques les plus vives de la part de l’ex-gouverneur Chris Christie.

Bill Barr, ancien ministre de la Justice de M. Trump, a qualifié cette pratique de “écœurante” sur CNN. “Ce type prétend être un multimilliardaire, et il va chercher de l’argent auprès de gens de la classe populaire, de petits donateurs, et leur dit “C’est pour défendre l’Amérique”.

Parmi les dépenses de M. Trump : payer son co-accusé dans l’affaire des documents classifiés, Walt Nauta. M. Nauta continue d’être employé par M. Trump, recevant des paiements de sa campagne et de son PAC totalisant près de 85 000 dollars au premier semestre 2023.

Des donateurs toujours mobilisés ?

Des collecteurs de fonds républicains proches de M. Trump contestent l’idée que les donateurs s’offusquent que leur argent serve à payer ses frais d’avocats.

“Je parle à des donateurs républicains toute la journée, et aucun ne m’a appelé pour exprimer sa frustration”, assure Caroline Wren, collectrice pour des candidats et groupes alignés sur M. Trump. “Ils sont aussi dégoûtés par l’instrumentalisation politique du ministère de la Justice que des millions d’Américains, et plus que disposés à se lever pour défendre ces personnes avec leurs dollars”.

L’afflux de petits dons après les deux mises en accusation a largement occulté le fait que jusqu’à ce qu’il annonce sa possible arrestation imminente en mars, M. Trump traversait l’une de ses pires périodes de collecte depuis la fin de sa présidence.

Les deux mises en accusation ont changé la donne. Il a collecté 12,9 millions de dollars en 7 jours après la première – plus qu’en 88 jours début 2023. La seconde a également provoqué un pic de dons, mais deux fois moindre.

Conclusion

L’accumulation des poursuites pénales place l’ancien président dans une position financière et juridique extrêmement compliquée et coûteuse. S’il peut compter sur la mobilisation de son camp, la multiplication des fronts judiciaires risque de le placer face à des arbitrages cornéliens dans les mois à venir, y compris la possibilité de devoir recourir à sa fortune personnelle. L’issue de cette crise multidimensionnelle s’annonce cruciale pour ses chances de reconquérir la Maison Blanche en 2024.

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *