La capitale russe frappée par des drones ukrainiens : Moscou touchée en plein coeur

Des immeubles endommagés mais aucune victime

Dans la nuit du 30 juillet 2023, la ville de Moscou a été la cible d’une attaque de drones ukrainiens. Trois appareils se sont dirigés vers la capitale russe, distante de près de 500 km de la frontière ukrainienne. Deux immeubles de bureaux ont été légèrement endommagés par l’explosion des drones, qui ont touché les façades vitrées des tours. Selon le maire de Moscou Sergueï Sobianine, postant sur Telegram, il n’y a eu aucune victime ni blessé.

Les dégâts matériels restent limités. Les vitres extérieures d’un immeuble de 50 étages ont notamment été touchées entre le 5ème et le 6ème étage, selon l’agence de presse russe Tass citant un témoin. “L’extérieur en verre a été endommagé”, a précisé l’agence. L’attaque n’a donc pas provoqué de dégâts structurels ou d’incendie dans les bâtiments.

Attaque spectaculaire mais limitée

Si cette action ukrainienne vise le coeur géographique et symbolique du pouvoir russe, l’absence de victimes et les dégâts limités n’en font pas moins une opération à portée stratégique réduite. Le fonctionnement de la capitale russe n’a pas été affecté, en dehors de la brève interruption du trafic à l’aéroport international Vnoukovo.

Le ministère russe de la Défense a affirmé avoir intercepté les drones ukrainiens, dont l’un aurait été abattu et deux autres “neutralisés” par brouillage électronique avant de s’écraser. Quoiqu’il en soit, malgré ces interceptions partielles, l’attaque témoigne de la capacité de Kiev à frapper loin derrière les lignes ennemies.

Escalade limitée

Cette action spectaculaire s’inscrit dans une intensification récente des frappes ukrainiennes contre des cibles russes. Vendredi, deux missiles ukrainiens auraient été interceptés au-dessus de la région frontalière de Rostov. En juillet déjà, cinq drones avaient perturbé l’aéroport Vnoukovo.

Pour autant, Kiev se garde généralement de revendiquer officiellement ces attaques. L’Ukraine mène une guerre défensive et nie vouloir escalader le conflit, ces actions constituant des représailles mesurées. La prudence est de mise face à un adversaire possédant l’arme nucléaire.

Des drones de fabrication turque ?

Selon certaines sources occidentales, les drones utilisés par l’Ukraine pour cette attaque contre Moscou pourraient être des Bayraktar TB2 de fabrication turque. Ces appareils, dotés de capacités de combat, auraient une autonomie suffisante pour atteindre Moscou depuis le territoire ukrainien. Ils peuvent emporter un petit missile pour frapper des cibles au sol.

L’Ukraine a reçu à partir de 2019 une douzaine de ces drones de la part de la Turquie. Leur efficacité s’est révélée redoutable face aux colonnes blindées et systèmes antiaériens russes en début de guerre. Leur utilisation en profondeur en territoire ennemi constitue cependant une prouesse.

Symbole de la modernisation des forces ukrainiennes

Cette attaque illustre les efforts de Kiev pour moderniser ses équipements militaires et maîtriser des technologies de pointe comme les drones. Grâce à l’aide des Occidentaux, l’Ukraine s’est dotée de moyens lui permettant de rivaliser avec une armée russe à la puissance de feu conventionnelle supérieure.

L’emploi de drones armés en territoire ennemi pour frapper avec précision des objectifs stratégiques est caractéristique des conflits modernes. Le recours à ces technologies par Kiev, avec le soutien de ses alliés, lui permet de compenser sa faiblesse face à Moscou.

Message de défi lancé à Poutine

En visant Moscou, l’Ukraine envoie aussi un message de défi au président russe Vladimir Poutine. Alors que ce dernier pensait mener une opération éclair pour renverser le gouvernement de Kiev, le conflit s’enlise depuis février 2022. Un an après le début de l’invasion, l’Ukraine est désormais capable de frapper loin en territoire russe.

Cette frappe audacieuse contre des cibles non militaires vise à démontrer l’incapacité du Kremlin à protéger ses citoyens et ses intérêts stratégiques. Elle sape le prestige du régime Poutine déjà ébranlé par les revers militaires. Pour le président russe, cette attaque est donc aussi un affront politique.

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *