Renault-Nissan : une alliance renforcée par un investissement stratégique dans l’électrique

Nissan mise 600 millions d’euros sur Ampere

Le groupe automobile japonais Nissan a annoncé ce mercredi 26 juillet un investissement de 600 millions d’euros dans Ampere, la filiale de véhicules électriques de Renault. Cette prise de participation minoritaire marque une étape décisive dans la refonte de l’alliance Renault-Nissan, entamée début 2022. Elle permet à Nissan de s’associer à la stratégie offensive de Renault dans l’électrique, secteur d’avenir mais où le constructeur nippon accuse un retard certain.

Vers une alliance rééquilibrée

Les tensions ayant secoué Renault-Nissan ces derniers mois semblent apaisées. Le récent départ d’Ashwani Gupta, opposant notoire à l’alliance, a clarifié les positions. Cet investissement concrétise la volonté de Nissan et Renault de renforcer leur partenariat, en le rééquilibrant. Renault confirme son implantation en Inde en s’appuyant sur Nissan. En Amérique Latine, les deux partenaires vont rationaliser leur production.

L’arrivée prochaine de Mitsubishi Motors au capital d’Ampere parachèvera ce rééquilibrage. L’alliance sort consolidée de ces mois de turbulences, avec une feuille de route claire pour les années à venir.

L’électrique, un projet commun

Si Nissan mise sur Ampere, c’est aussi pour ne pas rater le virage de l’électrique. En Europe, les ventes de véhicules électriques décollent mais Nissan est à la traîne avec seulement 1,7% de parts de marché dans l’électrique. L’expertise de Renault en la matière, forgée depuis plus de 10 ans, sera précieuse pour Nissan. Les synergies porteront aussi bien sur la R&D que sur l’approvisionnement en batteries ou le recyclage de celles-ci.

De son côté, Renault profitera du réseau de bornes de recharge déjà déployé par Nissan au Japon et en Chine notamment. Ces échanges permettront d’amortir les coûts de développement et de déploiement des véhicules électriques des deux constructeurs.

Le pari du marché indien

L’Inde représente un enjeu de taille pour Renault qui cherche à se renforcer hors d’Europe. Le groupe français va s’appuyer sur l’ancrage historique de Nissan dans le pays pour lancer de nouveaux modèles adaptés à ce marché exigeant. Le SUV Kwid imaginé par Renault il y a 5 ans a rencontré un beau succès en Inde. La collaboration avec Nissan permettra d’aller plus loin et de doper les ventes sur place.

Des défis communs en Amérique Latine

Le marché latino-américain est également crucial pour les deux constructeurs. Au Brésil par exemple, leader de la région, Renault et Nissan détiennent respectivement moins de 3% de part de marché. La rationalisation de la production de pick-ups au sein de l’usine Nissan de Cordoba en Argentine doit permettre de réaliser des économies d’échelle. L’objectif est de proposer des modèles compétitifs face aux leaders locaux.

Une alliance tournée vers l’avenir

Avec la validation de cet investissement dans Ampere, Renault et Nissan tournent la page d’une période de doutes. Leurs intérêts industriels sont de nouveau alignés, avec l’ambition commune de rester des leaders de la mobilité de demain. Qu’il s’agisse de conquérir de nouveaux marchés ou d’accélérer dans l’électrique, cette alliance historique dispose de nombreux atouts. À condition que la confiance guide les relations entre les partenaires.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *