Un trésor national terni: la Grande-Bretagne peut-elle réparer son système de santé?

Pour les médecins, fatigue et frustration

Avec “Nine to Five” de Dolly Parton sortant d’une enceinte, de jeunes médecins se sont rassemblés à côté d’un rond-point devant l’hôpital Queen’s. Ils brandissaient des banderoles proclamant : “14 £ de l’heure n’est pas un salaire équitable pour un jeune médecin” et saluaient les automobilistes, dont certains klaxonnaient en passant.

Nous sommes à la mi-mars, lors de la première grève de trois jours d’une action revendicative qui ne montre aucun signe d’apaisement. Ces jeunes médecins – médecins qualifiés encore en formation clinique – réclament une augmentation de salaire de 35%, nécessaire selon eux pour compenser une baisse de plus de 25% du salaire réel depuis 2008.

Dans cette saison de grèves, les jeunes médecins ont été rejoints par les médecins seniors, les infirmières et les ambulanciers. Ils dénoncent tous les mêmes griefs : horaires exténuants, pression implacable, et des salaires qui n’ont pas suivi des mois d’inflation à deux chiffres.

Avec les jeunes médecins en grève, Queen’s a poussé des médecins plus expérimentés à les remplacer, ce qui a permis de réduire temporairement les temps d’attente aux urgences grâce à des diagnostics plus rapides. Mais ce redéploiement du personnel s’est fait au détriment d’autres traitements. L’hôpital a été contraint d’annuler 495 interventions chirurgicales et 4 731 rendez-vous de consultations externes.

Une institution quasi sacrée

Pendant les jours les plus sombres de la pandémie, les gens se rassemblaient une fois par semaine pour applaudir et frapper sur des casseroles en l’honneur du NHS. Des enfants coloriaient des dessins “Merci NHS” affichés aux fenêtres du 10 Downing Street. Boris Johnson, l’ancien Premier ministre qui a été soigné du Covid dans un hôpital du NHS, était parmi ceux qui sont venus battre des mains.

Protéger le service de santé est devenu un article de foi pour les dirigeants de tous les partis britanniques. M. Sunak rappelle régulièrement aux Britanniques que son père était médecin et sa mère pharmacienne.

Une telle dévotion n’allait pas de soi. Dans les premières décennies du NHS, les Britanniques se méfiaient des soins de santé publics, craignant qu’ils ne s’immiscent dans leurs relations avec leur médecin de famille. Ces suspicions ont culminé dans les années 1980 avec la révolution thatchérienne du libre marché.

Conclusion

La nature interconnectée des problèmes du NHS – financement, effectifs, charge de travail, efficacité – rend les solutions simples impossibles. Et en raison de son statut sacro-saint d’institution nationale, toute tentative de changement radical se heurte rapidement à une résistance politique.

“C’est devenu un boulet autour de notre cou”, estime une ancienne responsable du NHS. Le service de santé est devenu la religion de la nation, mais c’est en fait un service national de maladie.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *