La croissance chinoise révèle des fragilités malgré l’embellie du PIB

Une accélération trompeuse

La Chine a enregistré une accélération de sa croissance au deuxième trimestre 2022, avec une hausse de 6,3% de son PIB selon les chiffres officiels publiés lundi par le Bureau national des statistiques (BNS). Cependant, ce chiffre masque les véritables difficultés auxquelles fait face la deuxième économie mondiale. En effet, cette croissance est calculée par rapport à la même période l’an passé, laquelle avait été très modeste (+0,4%), notamment à cause du confinement de Shanghai. De plus, elle est inférieure aux attentes des analystes qui tablaient sur +7,1%.

Un ralentissement des exportations et de la consommation

Surnommée “l’atelier du monde”, la Chine reste très dépendante des exportations malgré les efforts pour monter en gamme. Or la menace de récession aux Etats-Unis et en Europe, ainsi que l’inflation, affaiblissent la demande internationale. Les exportations chinoises sont d’ailleurs en repli depuis deux mois (-12,4% en juin sur un an). Par ailleurs, les tensions économiques sino-américaines se renforcent, avec des appels au découplage des économies et le durcissement des restrictions à l’exportation de semi-conducteurs vers la Chine.

Côté consommation, les ventes au détail ont encore ralenti en juin (+3,1% sur un an contre +12,7% en mai). Pourtant, l’inflation est quasi nulle en Chine depuis quelques mois. Mais la déflation incite les consommateurs à reporter leurs achats, ce qui pèse sur la demande.

Un chômage des jeunes record

Conséquence de ce cercle vicieux : le taux de chômage des 16-24 ans a atteint un nouveau record à 21,3% en juin. Le taux national est stable à 5,2% mais ne concerne que les grandes villes. Les entreprises hésitent à embaucher avec la faible demande, tandis que les ménages limitent leurs dépenses. D’autres signes de détérioration de l’économie sont ainsi à prévoir, d’après des analystes.

Un secteur immobilier toujours sinistré

L’immobilier, longtemps moteur de l’économie chinoise, reste englué dans une grave crise qui menace les promoteurs. Les mesures de soutien de la banque centrale sont insuffisantes pour “sauver” le secteur.

Quelques lueurs d’espoir

Seule bonne nouvelle : la production industrielle a légèrement progressé en juin (+4,4% contre +3,5% en mai), dépassant les attentes (+2,5%). Cependant, la Chine aura du mal à atteindre son objectif de croissance d’environ 5% cette année, a prévenu le Premier ministre Li Qiang. Malgré l’embellie en trompe-l’œil du PIB, la deuxième économie mondiale fait face à des fragilités persistantes.

Check Also

Biden Renonce à sa Candidature pour 2024 : Un Tournant Historique

Introduction Coup de théâtre dans la politique américaine : le Président Joe Biden a annoncé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *