Exode fiscal norvégien vers la Suisse : Quand héritières et entrepreneurs fuient le fisc

Un phénomène en expansion

Depuis quelques temps, un phénomène sans précédent secoue la Norvège : un nombre croissant de Norvégiens choisissent de quitter leur pays, fuyant ainsi les lourdes contraintes fiscales qui pèsent sur leurs épaules. Cette tendance, qui avait initialement touché les anciens milliardaires, concerne désormais également les jeunes entrepreneurs et les héritières fortunées. Ce véritable exode fiscal se traduit par un transfert massif de capitaux, principalement vers la Suisse, une destination qui jouit d’une popularité grandissante auprès des Norvégiens aisés.

Le charme suisse séduit

Parmi les destinations prisées, le Tessin figure en bonne place. En effet, certains millionnaires norvégiens ont choisi de s’établir dans cette région pittoresque. Kjell Inge Rökke, classé septième personne la plus riche de Norvège selon le magazine “Kapital”, avec une fortune estimée à 3,8 milliards de francs suisses, a élu domicile à Lugano à l’automne dernier. Son empire financier s’est bâti grâce à des opérations offshore dans les secteurs de la pêche, du pétrole et de l’énergie, bien que son nom ait été entaché par une condamnation pour corruption en 2005.

Dans le sillage de cet industriel prospère, plusieurs compatriotes fortunés ont emboîté le pas et se sont installés en Suisse. Parmi eux, Phoebe Hveem Lier (28 ans) et Peder Rye Lier (35 ans), tous deux héritiers de fortunes considérables, auraient rejoint Rökke dans le complexe de luxe de Collina d’Oro, surplombant le lac de Lugano. Phoebe Hveem est une influenceuse connue, siégeant au conseil d’administration d’une société d’investissement appartenant à son père, Paal Hveem, dont la fortune est estimée à 235 millions de francs suisses. Peder Rye Lier, quant à lui, est à la tête de plusieurs entreprises immobilières et dispose d’une fortune personnelle évaluée à 4,5 millions de francs suisses.

La fuite devant la hausse des impôts

Si l’exode fiscal a touché une frange de plus en plus large de la population norvégienne, c’est principalement en raison de la décision du gouvernement d’avoir doublé le taux d’imposition sur les grandes fortunes depuis 2021. Conscient des conséquences de cette mesure, le gouvernement norvégien envisage maintenant de renforcer la taxe de départ, connue sous le nom de “wegzugssteuer”, afin de décourager les personnes fortunées de quitter le pays.

Les impôts en Norvège sont plus élevés que dans de nombreux autres pays, car le système de sécurité sociale du pays est financé par le biais de ces taxes. Il est difficile de comprendre pourquoi la Norvège choisit d’augmenter encore les impôts, risquant ainsi de voir des entrepreneurs et leurs capitaux, ainsi que des emplois, s’installer à l’étranger. Car les prestations sociales norvégiennes reposent sur un autre pilier fondamental : le fonds souverain colossal, qui investit les revenus pétroliers du pays en actions.

Face à la menace d’une augmentation de la taxe de départ, de nombreux Norvégiens fortunés ont choisi de fuir leur pays. Actuellement, lorsqu’une personne décide d’émigrer, la taxe sur les bénéfices en capital hypothétiques est calculée à 37,84 % à partir de 500 000 couronnes norvégiennes (soit environ 41 880 francs suisses). Cependant, cette taxe ne devient exigible que lorsque les gains sont effectivement réalisés. Dans un avenir proche, il est possible que la taxe devienne immédiatement exigible au moment du départ. Cette situation contraindrait certains émigrants à vendre leurs entreprises afin de pouvoir acquitter leurs impôts.

Ironiquement, le gouvernement norvégien a obtenu l’effet inverse de celui recherché. Philipp Zünd, expert fiscal chez KPMG et conseiller de nombreux clients norvégiens, explique que de nombreux Norvégiens fortunés craignent de nouvelles mesures restrictives et se disent maintenant : “Je dois partir tant que je le peux”.

Zünd travaille depuis 15 ans dans le domaine des clients privés. Il n’a jamais été témoin d’un tel afflux de personnes quittant un pays pour s’installer ailleurs en si peu de temps. Contrairement aux Suisses, les Norvégiens détiennent la majeure partie de leur patrimoine à travers des sociétés. Pour payer l’impôt sur la fortune, ils doivent distribuer des dividendes, qui sont également taxés. “Ils ne veulent pas réduire la substance de leurs entreprises pour payer des impôts, c’est pourquoi ils émigrent”.

Selon Zünd, ses clients ne cherchent pas à échapper complètement aux impôts. Beaucoup d’entre eux ne choisissent pas les cantons les plus attractifs sur le plan fiscal, comme Zoug ou Schwytz. “Ils sont tout à fait disposés à apporter une contribution raisonnable et acceptent des impôts plus élevés en échange d’une haute qualité de vie”.

Outre la pression fiscale moins élevée, Zünd identifie d’autres raisons expliquant l’afflux massif de Norvégiens en Suisse : “La Suisse est proche de la Norvège tant sur le plan climatique que culturel. De plus, nous observons une dynamique : les Norvégiens fortunés suivent leurs compatriotes en Suisse”.

Conséquences pour la société norvégienne

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique confirment l’impression de Zünd. Entre juin 2022 et mai 2023, 373 Norvégiens ont émigré en Suisse. Pour comparaison, lors des douze mois précédents, l’émigration depuis la Norvège se situait à 220 personnes.

En mars dernier, l’immigration a atteint un nouveau pic, mais depuis, le mouvement s’est quelque peu ralenti. Cependant, lexode des Norvégiens vers la Suisse se poursuit.

Cette évolution inquiète Marius Arion Nielsen, membre du parlement norvégien pour le parti nationaliste de progrès. Selon lui, la “social-démocratie” au pouvoir à Oslo est à blâmer. Il déclare : “Le gouvernement prétend défendre les intérêts norvégiens et notre compétitivité, mais ses mesures produisent exactement l’effet inverse”.

Pour Nielsen, la fuite des Norvégiens, y compris des jeunes générations, est “scandaleuse et déprimante pour l’avenir du pays”. Il comprend toutefois ceux qui partent : “Depuis le changement de gouvernement en 2021, les impôts sur les grandes fortunes ont plus que doublé, et si le système fiscal devient un fardeau pour les entreprises, je comprends parfaitement pourquoi de nombreuses personnes cherchent à s’installer ailleurs”.

Nielsen souligne que les conséquences vont bien au-delà du manque à gagner fiscal pour l’État norvégien. L’économie en souffrira également si les entrepreneurs réduisent leurs investissements dans le pays. Selon Nielsen, une diminution du capital à risque entraînerait une diminution de l’entrepreneuriat norvégien, ce qui pourrait conduire à une baisse globale de la fiscalité.

Si Nielsen s’intéresse de près à la situation suisse, il est important de souligner que tous les Norvégiens ne voient pas la Suisse comme un modèle à suivre. En effet, le parti d’extrême gauche Rodt a récemment tenté de s’approprier l’initiative de Nielsen en encourageant les politiciens de gauche à modifier l’objectif de l’association. Plutôt que d’attirer les milliardaires, le parti rouge a plaidé en faveur de la fermeture des échappatoires qui font de la Suisse un paradis fiscal, selon une représentante du parti.

Sofie Marhaug, également membre du parlement norvégien pour le parti Rodt, déclare : “Je suis fermement opposée à un système dans lequel les personnes fortunées négocient elles-mêmes leurs impôts”. Contrairement à Nielsen, Marhaug ne pense pas que l’exode des riches aura un impact significatif sur l’économie norvégienne. “La Norvège est un État-providence très stable, qui attire également les capitaux”.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *