Doomsday-Plane – Le “Pentagone volant” capable de résister à une attaque atomique

Une mesure de précaution face à une menace nucléaire

Dans ce contexte alarmant du conflit entre la Russie et l’Ukraine, le spectre d’une guerre atomique est devenu de plus en plus réel. Le président russe et son entourage profèrent régulièrement des menaces à cet égard. En mars, Poutine a annoncé le déploiement d’armes nucléaires en Biélorussie. Récemment, des craintes ont émergé quant à la possibilité que l’arsenal de l’armée privée dissidente de Wagner ne tombe entre de mauvaises mains.

Les puissances nucléaires se préparent à une riposte aérienne

Les États-Unis et la Russie, en tant que puissances nucléaires, se sont préparés à la possibilité d’un conflit atomique depuis la guerre froide. Ils sont les seuls pays à disposer de ce que l’on appelle les “Doomsday-Planes” (les avions du jugement dernier). Ces avions spéciaux sont conçus pour résister à une attaque atomique.

Aux États-Unis, quatre Boeing 747 E-4B sont en service en tant que Postes de Commandement Aériens Avancés (AACP). En cas de destruction complète des communications terrestres de l’armée américaine lors d’une guerre atomique, les E-4B serviraient de “centre de commandement, de contrôle et de communication hautement survivable”, selon l’Airforce, tels qu’ils sont décrits sur leur site web. Juste après une explosion, le président, le secrétaire à la Défense et les chefs d’état-major monteraient à bord de ces avions et seraient en sécurité. De là, ils pourraient ordonner une riposte nucléaire. Le “Business Insider” qualifie également les E-4B, qui peuvent accueillir jusqu’à 112 personnes, de “Pentagone de secours”.

L’E-4B est conçu pour résister aux radiations nucléaires et est protégé contre les effets des impulsions électromagnétiques. Les informations précises sur la manière dont ces avions résistent à une attaque nucléaire sont classifiées. Cependant, on sait que les ordinateurs et les câblages à bord sont blindés thermiquement et contre les radiations. Le cockpit est doté de commandes analogiques. Des mesures de défense contre les tirs directs sont également mises en place, similaires à celles de l’Air Force One, qui peut se protéger contre les attaques de missiles en cas de menace terroriste.

Bien que ces avions ressemblent à l’Air Force One, l’appareil légendaire du président américain, les systèmes de communication à bord de l’E-4B sont encore plus sophistiqués. Par exemple, une antenne basse fréquence peut être traînée derrière l’avion jusqu’à 8 kilomètres.

La coupole caractéristique du fuselage, appelée “Ray Dome”, abrite des dispositifs de communication à très haute fréquence et du système de communication Milstar. Selon la description militaire, Milstar est un système de communication par satellite qui permet des communications sécurisées, résistantes aux perturbations et mondiales en temps de guerre.

Cela permet aux autorités de commandement d’être connectées aux navires, sous-marins, avions et stations terrestres. En plus de la technologie de communication de pointe, il y a également un accès à Internet et à des technologies plus anciennes.

Sur le pont principal des trois ponts, selon l’Air Force, on trouve un espace de travail pour le commandement, une salle de conférence insonorisée, une zone de communication et une zone de repos. L’avion dispose de quatorze couchettes. La plupart des membres de l’équipage travaillent à l’arrière de l’avion.

Ces avions peuvent voler pendant douze heures sans ravitaillement. Ils peuvent être ravitaillés en vol, ce qui leur permet de rester en l’air pendant plusieurs jours. Ils mesurent plus de 70 mètres de long et ont une envergure d’environ 60 mètres. Selon le “Business Insider”, une heure de vol à bord de l’E-4B coûte environ 160 000 dollars, ce qui en fait l’appareil le plus coûteux exploité par l’Air Force. Les Doomsday-Planes sont toujours en alerte et leur équipage est stationné à proximité.

Le bunker volant de Nixon

La flotte de ces avions a été commandée par l’armée de l’air américaine en 1973, conformément à la doctrine de la Destruction Mutuelle Assurée ou de l’équilibre de la terreur. À l’époque, le “Washington Monthly” les qualifiait de “bunkers volants de Nixon”.

Selon une description du journaliste du “Economist”, David Rennie, qui a pu visiter certaines parties de l’avion en 2017, l’intérieur présente un aspect rétro caractéristique de la guerre froide, des sièges pivotants en cuir rembourré aux urinoirs militaires vissés aux murs des toilettes. Ces urinoirs se vident “directement dans le ciel afin d’éviter de remplir les réservoirs de manière excessive lors de vols long-courriers”.

Bien que les avions du jugement dernier soient conçus pour résister aux radiations atomiques, ils ne sont pas à l’abri des caprices météorologiques. En juin 2017, deux des E-4B ont été endommagés par une tornade sur la base d’Offutt dans l’État du Nebraska. Comme un autre avion était en maintenance au Texas à ce moment-là, les États-Unis ont dû se contenter d’un seul E-4B actif pendant plusieurs mois.

L’équivalent moscovite : l’Iljuschin Il-80

La Russie possède également des avions similaires aux Doomsday-Planes américains. Il s’agit des avions Il-80 et IL-86WKP d’Iljuschin. Ces avions, construits à l’époque de l’Union soviétique, peuvent également être ravitaillés en vol et mesurent 60 mètres de long. Ils sont équipés de générateurs leur permettant de produire leur propre électricité et d’un système de communication satellite sophistiqué qui leur permet de communiquer avec les sous-marins. En mai de l’année dernière, l’Il-80 a survolé Moscou lors d’une démonstration de puissance, sa dernière apparition remontant à 2010 lors d’une parade militaire.

Les experts militaires estiment que les avions du jugement dernier réduisent la probabilité qu’un État ennemi lance une première frappe. “La possibilité pour le président et le secrétaire à la Défense de survivre à une attaque ennemie sur Washington en se trouvant à bord d’un avion de commandement réduit considérablement la croyance qu’une ‘attaque d’élimination’ des États-Unis pourrait réussir”, a déclaré le professeur Scott Sagan de Stanford au magazine “Newsweek”.

En fin de compte, la “New York Times” résume bien la situation dans un article de 1982 : “Un avion conçu pour survivre à une guerre nucléaire suggère implicitement que les dirigeants seront en mesure de ‘gérer’ la situation après un échange nucléaire – une absurdité qui démontre déjà un grave manque d’imagination”.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *