Comment la météo affecte-t-elle mon vol en jet privé ?

L’impact des conditions météorologiques sur les vols en jet privé

Lors de la planification d’un vol, la prise en compte et la surveillance constante de la situation météorologique quotidienne constituent une partie essentielle de la gestion. Notre équipe des services à la clientèle travaille en étroite collaboration avec les exploitants d’aéronefs et l’équipage pour organiser votre vol, en ajustant l’itinéraire et en calculant les horaires à l’aide de plusieurs outils et systèmes de planification météorologique.

Différentes conditions météorologiques ont un impact différent sur votre vol, allant de la considération quotidienne de la force et de la direction du vent aux défis plus inhabituels liés à la chaleur extrême, au brouillard épais ou à la glace et à la neige. Voici comment.

Glace et neige

Les principaux défis d’un vol en jet privé par temps très froid se situent au sol. Les avions sont exceptionnellement bien conçus pour faire face aux températures de congélation et aux chutes de neige une fois en l’air. À une altitude de 30 000 pieds, les températures atteignent régulièrement -80°C, voire -100°C, sans aucun problème.

Lorsqu’il s’agit de tenir compte de la glace ou de la neige, l’attention principale se porte sur l’état de la piste et de la voie de circulation de l’aéroport, ainsi que sur le dégivrage de l’aéronef avant le vol.

Le dégivrage est une exigence légale et de sécurité pour tous les vols en jet privé. Comme l’espace dans les hangars est limité dans la plupart des aéroports, les avions stationnés se couvriront de glace par temps froid, de la même manière qu’une voiture. Les coûts de dégivrage des avions peuvent augmenter le coût d’un vol charter, mais ils sont inclus pour nos clients du programme Jet Card.

Les jets privés sont moins affectés que les vols commerciaux par de fortes chutes de neige, car ils peuvent utiliser des aéroports plus petits où le déneigement et le dégivrage peuvent souvent être effectués plus rapidement que dans les grands hubs. Il y a une zone de circulation beaucoup plus petite et moins d’aéronefs à dégager (et de nombreux jets privés sont conservés à l’abri du froid dans des hangars, ce qui réduit les besoins en dégivrage).

De plus, si tous les vols sont interrompus en raison de chutes de neige extrêmes, l’agilité de la location de jet privé permet aux vols de reprendre immédiatement après la levée des restrictions. Alors que les horaires des compagnies aériennes prennent souvent plusieurs jours pour se rétablir.

Soleil

Les avions peuvent fonctionner en toute sécurité par temps chaud et ensoleillé, même à des températures très élevées (jusqu’à 53°C, selon le type d’aéronef). Cependant, une température de l’air élevée modifie les performances de l’aéronef.

L’air chaud est plus fin que l’air plus frais. Cela affecte la puissance des moteurs de l’aéronef ainsi que ses capacités aérodynamiques, ce qui augmente la distance de décollage requise, réduit les performances en montée et la charge utile maximale. Les pilotes peuvent choisir d’utiliser une poussée moteur plus élevée lorsqu’il fait particulièrement chaud.

Bien qu’il soit rare que les vols soient annulés en raison de la chaleur, cela doit être pris en compte dans le plan de vol.

Bien sûr, quelle que soit la chaleur (ou le froid) à l’extérieur, la température de la cabine d’un jet privé est toujours réglée selon les préférences des passagers.

Brouillard

Tous les avions, y compris les jets privés, sont affectés par le brouillard et la mauvaise visibilité, ce qui peut entraîner des retards de vol. Bien que de nombreux avions commerciaux soient équipés de pilotes automatiques d’atterrissage automatique (qui peuvent atterrir l’avion en cas de visibilité nulle), c’est au sol et pendant la phase de décollage que la plupart des retards de trafic aérien se produisent.

Lorsque la visibilité à un aéroport passe en dessous de 1 500 mètres (décrite par les pilotes et les aéroports comme RVR – Runway Visual Range), l’aéroport met en œuvre des procédures de basse visibilité (LVP – Low Visibility Procedures). Pendant les LVP, le contrôle de la circulation aérienne réduit le nombre d’aéronefs circulant et décollant pour prévenir les accidents et les incidents.

Le brouillard est souvent variable, avec certains aéroports affectés tandis que d’autres restent dégagés. Ainsi, tout comme pour la neige, un vol en jet privé permet des changements de plan de dernière minute par temps brumeux, en trouvant des trous dans le brouillard et en réorientant le vol en conséquence, ce qui n’est pas une option pour les compagnies aériennes.

Pour un vol du matin, notre équipe peut également organiser le positionnement de l’aéronef pour le départ de votre vol la veille au soir, ce qui peut contribuer à éviter les retards.

Vent

La direction et la vitesse du vent peuvent considérablement modifier la durée d’un vol pour un même trajet. Un vent arrière – qui pousse l’avion vers l’avant dans l’air – augmentera la vitesse au sol de l’avion et raccourcira le trajet.

Un vent de face – lorsque l’avion vole contre la direction du vent – fait évidemment l’inverse, ralentissant la vitesse au sol de l’avion et prolongeant le temps de vol.

Ces différences de temps sont particulièrement visibles sur les vols transatlantiques en raison des courants-jets. Les courants-jets sont de forts vents d’ouest qui soufflent dans une bande étroite de la haute atmosphère terrestre – aux altitudes utilisées par la plupart des avions. Lorsque ces paquets d’air rapide forment un tube, on les appelle courants-jets.

Les avions sont construits et testés pour résister aux vents forts, mais les vents forts peuvent être un facteur de turbulence pendant le vol. Bien que la turbulence puisse être préoccupante, elle ne pose aucun problème de sécurité. Lire la suite : Qu’est-ce que la turbulence ?

Pour le décollage et l’atterrissage, les avions se dirigent toujours face au vent pour réduire la vitesse au sol.

Les vents traversiers peuvent également rendre le décollage et l’atterrissage plus difficiles. Ainsi, les aéroports imposeront des limites si le vent souffle transversalement à la piste. De nombreux aéroports ont des pistes orientées dans différentes directions pour atténuer les vents traversiers, permettant aux pilotes d’utiliser la piste qui fait face au vent.

Pluie

La pluie n’a pas un impact majeur sur un vol en soi. Évidemment, combinée à des vents très forts, elle peut nécessiter des considérations et des défis supplémentaires en matière de planification des vols – voire un changement de trajet ou un retard si les conditions sont extrêmes. Mais en général, les avions sont très bien équipés pour faire face à quelques gouttes d’eau !

La visibilité est bien sûr la principale considération. Alors qu’à des vitesses de croisière élevées, l’écoulement de l’air dégage efficacement l’eau du pare-brise (les instruments peuvent « voir » devant quelles que soient les conditions météorologiques), le pilote a besoin d’une vue visuelle claire à des vitesses plus lentes, lors de l’atterrissage ou du roulage au sol.

Certains jets privés sont équipés d’essuie-glaces. D’autres (notamment les avions plus petits) disposent d’un système d’air haute pression qui souffle l’eau du pare-brise. Et certains fabricants, comme Gulfstream, utilisent des revêtements hydrophobes pour pare-brise, qui repoussent l’eau, à la place des essuie-glaces.

Orages

Les nuages d’orage ou les cumulonimbus sont toujours désignés sous le nom de CB par les pilotes (c’est ainsi qu’ils sont abrégés dans les rapports météorologiques des pilotes et le surnom est resté).

Les CB peuvent être un facteur tant par temps chaud que par temps humide et surviennent souvent après des périodes de températures très élevées.

Les jets privés sont bien équipés pour faire face aux CB. Au départ, ils ont des taux de montée plus rapides et la capacité de s’élever au-dessus des intempéries, laissant les avions de ligne derrière et en dessous. Ensuite, pendant le vol, la pression commerciale et le temps moins contraignant que les pilotes de compagnies aériennes permettent à l’équipage de prendre des itinéraires plus longs pour contourner les CB.

À l’atterrissage, l’agilité et la manœuvrabilité d’un aéronef privé permettent une approche plus flexible de la piste, évitant les mauvaises conditions météorologiques sur la trajectoire d’approche. Ils peuvent également descendre plus tard et plus rapidement pour éviter les intempéries pendant la majeure partie de votre voyage.

Cependant, aucun pilote d’aéronef, quel qu’il soit, ne volera dans un CB, de sorte que la sécurité étant toujours la priorité absolue, votre vol peut être retardé par des CB directement au-dessus de votre aérodrome de départ. Le ravitaillement en carburant d’un aéronef est également interdit en présence de CB en raison du risque de foudre.

Check Also

En pleine crise du 737 MAX, Dave Calhoun, le patron de Boeing annonce qu’il va quitter le navire

Un départ annoncé dans un contexte tumultueux C’est avec une annonce qui a l’allure d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *