Une révolution industrielle verte se prépare dans le nord de la Suède – une chance et un défi pour la région

La région de Norrbotten : un territoire riche en opportunités

Norrbotten, la province la plus au nord de la Suède, est une petite ville située au nord du cercle polaire arctique. Bien qu’elle soit géographiquement plus de deux fois plus grande que la Suisse, cette région ne compte qu’un quart de la population suédoise, soit environ 250 000 habitants, ce qui correspond à une densité de population moyenne de seulement deux habitants par kilomètre carré.

Depuis le sud fortement urbanisé, de nombreuses personnes regardent le nord arctique avec condescendance. On dit que la région est rude et arriérée. De plus, on estime qu’elle dépend du reste du pays en termes de financement public.

Une grande opportunité pour Boden

Lorsqu’une école internationale ouvre ses portes dans la petite ville de Boden, c’est un événement surprenant. La raison devient claire lorsqu’on se promène dans la petite zone piétonne du centre-ville. En effet, à côté des magasins de vêtements, des magasins d’électronique et des cafés, une société s’est installée qui ne propose rien à vendre, mais qui vise simplement à informer : la start-up industrielle H2 Green Steel (H2GS).

En fait, H2GS est en train de réaliser le plus grand investissement industriel en Suède depuis plusieurs décennies à Boden. C’est un projet qui nécessite une explication approfondie.

Il s’agit d’une aciérie qui devrait commencer à produire en 2025 et atteindre une production d’environ 5 millions de tonnes d’acier d’ici 2030, pratiquement sans émissions et avec une forte orientation vers l’économie circulaire. Au lieu du charbon, l’acier est produit à partir de minerai de fer par réduction à l’aide d’hydrogène, ce qui transforme le minerai de fer en “éponge de fer”. Le produit résiduel n’est pas du dioxyde de carbone (comme dans le procédé de haut-fourneau classique), mais de l’eau.

L’éponge de fer est ensuite utilisée comme matière première pour la production d’acier à l’aide d’un four à arc électrique. H2GS prévoit de produire localement l’hydrogène nécessaire au processus à partir de l’énergie éolienne et hydraulique, et d’alimenter l’ensemble des besoins énergétiques de l’usine en électricité verte.

L’usine de Boden démontrera que l’industrie peut devenir propre, alors qu’elle est actuellement responsable d’environ 7 % des émissions mondiales de CO2 et d’environ 10 % des émissions suédoises. Compte tenu du fort potentiel d’énergie renouvelable de Norrbotten, cette province est un lieu idéal pour un tel projet. H2GS créera à lui seul des centaines de nouveaux emplois qui devront être pourvus. Les futurs employés de l’entreprise et leurs familles auront besoin de
logements, d’écoles, d’installations de santé et de loisirs.

Un bond en avant pour une petite ville

Pour une ville comme Boden, qui a été négligée pendant des décennies, ce mégaprojet représente une petite révolution. “Enthousiaste, mais aussi un peu stressé” : c’est le sentiment de Claes Nordmark, le maire. “Nous devons faire un bond en avant en quelques années, ce qui prendrait normalement deux décennies”, dit-il lors de l’entretien dans l’hôtel de ville. “D’ici 2030, nous aurons besoin d’environ 3 000 nouveaux logements.”

C’est beaucoup pour une ville qui compte actuellement moins de 20 000 habitants. Heureusement, le secteur privé a réalisé qu’il y avait une opportunité ici, déclare Nordmark.

Ce n’est pas seulement à Boden que l’on regarde avec optimisme vers l’avenir, mais aussi dans plusieurs autres endroits du nord de la Suède. “Kiruna, Gällivare, Lulea – d’importants investissements sont également réalisés ici”, déclare Janus Brandin, directeur de l’Agence de développement régional de Norrbotten. “Nous parlons d’un volume total d’environ 110 milliards d’euros.”

La transition vers l’acier vert en Suède

Parmi les projets concrets, Brandin mentionne Hybrit, un autre projet majeur pour la production d’acier sans émissions. Hybrit est mené par un consortium composé du sidérurgiste “classique” SSAB, de la société minière LKAB et du producteur d’énergie Vattenfall – ces trois entreprises étant des fleurons de l’industrie suédoise. LKAB fournit les pellets de minerai de fer de haute qualité ; Vattenfall est responsable de la production d’hydrogène.

À Lulea, Hybrit dispose déjà d’une installation pilote sur le site de l’aciérie existante, y compris une caverne de stockage d’hydrogène. Selon Vattenfall, il s’agit de la première installation de ce type dans le monde. La prochaine étape, une installation de démonstration à l’échelle industrielle, sera située dans la ville minière de Gällivare, où se trouvent également une partie des mines de minerai de fer de LKAB.

Hybrit Gällivare devrait être opérationnel en 2026 et produire annuellement 1,2 million de tonnes d’acier brut, soit environ 25 % de la production annuelle suédoise actuelle. Le traitement ultérieur aura lieu à l’usine SSAB d’Oxelösund, où deux hauts-fourneaux seront remplacés par des fours à arc électrique.

Les projets d’acier vert de H2GS et Hybrit sont les moteurs de la “révolution industrielle verte” qui se profile dans le nord de la Suède. Cependant, d’autres secteurs et produits sont également concernés, tels que les métaux de batterie et les terres rares. La chaîne de valeur de l’hydrogène nécessitera également beaucoup d’électricité, ce qui explique pourquoi la production d’électricité, déjà un pilier de l’économie du nord, est également en cours d’expansion.

À Skelleftea, une petite ville dans la province voisine de Västerbotten, se trouve une gigafactory de l’entreprise de batteries Northvolt, qui est déjà en production et en expansion simultanée. Et le port de Lulea devrait passer de la position d’outsider à la deuxième place en Suède, selon les prévisions de Janus Brandin. Tout cela nécessite des personnes – beaucoup de personnes.

Des milliers de postes à pourvoir

Les problèmes d’infrastructure auxquels le maire de Boden, Claes Nordmark, est confronté au niveau local, préoccupent également Janus Brandin à l’échelle régionale. “Nous manquons déjà de 50 000 travailleurs qualifiés à Norrbotten”, déclare-t-il dans son bureau à Lulea. Cette demande devrait doubler lorsque la révolution verte sera en marche. En effet, ce ne sont pas seulement les nouvelles industries elles-mêmes qui auront besoin de main-d’œuvre, mais aussi les industries de fournisseurs et le secteur des services en général. Et avec la croissance démographique attendue, le secteur public devra également maintenir ses services à un niveau adéquat.

“Nous devons donc attirer des personnes dans le nord”, déclare Brandin. Sinon, il y a un risque que les nouvelles industries dérobent la main-d’œuvre aux autres secteurs.

On connaît des exemples de ce genre, comme en Australie pendant le boom des ressources naturelles des années 2000. Dans les petites villes reculées de l’Outback, il y avait soudainement une pénurie de bouchers, de coiffeurs, de serveurs ou de boulangers. En effet, tous ceux qui le pouvaient ont suivi l’appel des salaires beaucoup plus élevés de l’industrie minière.

Afin d’éviter cela en Norrbotten, selon Janus Brandin, il est nécessaire d’améliorer l’image du nord de la Suède dans la perception générale et de la rapprocher de la réalité. Car cette réalité est différente de ce que les clichés courants laissent penser.

Premièrement, le nord ne vit pas aux dépens des autres régions du pays. En réalité, la moitié nord de la Suède génère une valeur ajoutée grâce à la production industrielle et énergétique, qui ne se reflète pas dans les budgets étroits de nombreuses municipalités, car les impôts considérables sur les bénéfices des entreprises sont versés directement à l’État central. “Si l’on intègre ces recettes fiscales dans l’image globale”, déclare Brandin, “notre contribution à la prospérité suédoise devient soudainement très différente”.

Deuxièmement, le nord de la Suède est en bonne voie de devenir la salle des machines d’une économie plus respectueuse du climat, non seulement pour la Suède, mais aussi pour l’Europe, grâce à ses ressources minérales et à son potentiel en matière d’énergie verte. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré qu’il faut regarder vers le nord pour le “Green Deal”, déclare Brandin. La prise de conscience que cette région est l’avenir commence donc à se faire lentement.

Le rôle de l’État est également essentiel

Maintenant, Brandin et Claes Nordmark, le maire de Boden, espèrent que l’attention accrue que leur région suscite tant au niveau national qu’international se traduira également par des actions concrètes plutôt que par de simples déclarations grandiloquentes. Nordmark, par exemple, souhaite une mentalité de service et une flexibilité accrues de la part des institutions centrales telles que l’Office des migrations.

En effet, la manière de travailler notoirement lourde et parfois même bureaucratique de cette institution contraste avec la forte demande d’un traitement rapide des demandes de permis de séjour et de travail, qui se profile dans la région du nord de la Suède. Le souhait de Nordmark est donc tout à fait compréhensible.

D’autant plus que la main-d’œuvre nécessaire pour H2GS, par exemple, devrait provenir en grande partie de pays situés en dehors de l’UE. Janus Brandin affirme que des personnes ayant de l’expérience dans le secteur sont recherchées. C’est pourquoi le regard se tourne vers le monde entier, de l’Inde au Moyen-Orient en passant par l’Amérique.

Un avantage pour la petite ville de Boden est qu’elle peut apprendre des expériences déjà faites à Skelleftea. En effet, le projet majeur de l’usine de batteries de Northvolt est déjà bien avancé. Selon le maire Nordmark, on a surtout vu ce qu’il ne faut pas faire, comme loger plusieurs milliers de travailleurs du bâtiment dans des espaces restreints et provisoires. Cela crée des problèmes.

En revanche, en ce qui concerne les installations permanentes pour les employés des nouvelles industries, il ne s’agit pas seulement de répondre à leurs besoins, mais aussi d’anticiper leurs exigences et leurs souhaits en matière de mode de vie. Après tout, on souhaite pouvoir retenir les nouveaux habitants.

Il reste également une question ouverte quant à l’impact de l’importante immigration de travailleurs sur le tissu social dans le nord de la Suède. Une chose est sûre, le “nouveau nord” connaîtra des années passionnantes mais aussi exigeantes. Il ne sera certainement pas ennuyeux.

Mais au moins, c’est quelque chose que l’on peut qualifier de “crise positive”, déclare Nordmark avec espoir. Contrairement au déclin silencieux que nous avons connu au cours des dernières décennies.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *