MB&F HM8 Mark 2: Quand la passion de l’automobile rencontre l’horlogerie

Une série automobile évolutive

La série HM8 a débuté avec la sortie de l’édition HM8 en 2016, également connue sous le nom de Can-Am. Cette nouveauté est une révision du modèle de sortie et porte le nom de Mark 2. Alors que le modèle de lancement était basé sur les voitures de l’American Can Am Challenge Cup, la Mark 2 s’inspire de la Porsche 918 Spyder et de la double bulle Zagato pour le boîtier en saphir. Le mouvement de la HM8 reste basé sur le calibre Girard-Perregaux.

Bien que le design de base de la HM8 soit inchangé, la nouvelle montre Mark 2 présente un aspect totalement différent grâce au design du capot et à ce que MB&F appelle les « coachworks ». Les deux bosses sur le dessus rappellent le célèbre design en double dôme de Zagato. Et le matériau choisi pour ce coachwork est disponible en blanc pur ou en vert britannique. Les deux options sont également séduisantes.

Nous attendons notre tour pour photographier cette nouveauté et nous vous en apporterons plus d’informations ultérieurement.

Informations sur la sortie

La connexion de MB&F avec l’univers de l’automobile remonte à 2012 avec la HM5, suivie de la HMX en 2015 et de la HM8 en 2016. Chacune de ces itérations est liée par son affichage reconnaissable entre tous, sur le côté du boîtier, qui rappelle le design audacieux et futuriste des années 1970.

Dix ans après les premières montres MB&F inspirées de l’automobile, préparez-vous à découvrir la dernière HM8 Mark 2, le modèle le plus technologiquement évolué à ce jour, recouvert de soie.

LE RÊVE INITIAL

Pour comprendre pleinement le lien entre MB&F et le monde de l’automobile, il faut remonter en 1985. En tant qu’enfants, nous avons tous des rêves, certains se réalisent, d’autres sont abandonnés en cours de route, et certains se réalisent malgré nous. C’était le cas du fondateur de MB&F, Maximilian Büsser, qui a passé la majeure partie de son enfance à rêver de devenir designer automobile. Il était tellement fasciné par cette idée qu’il ne dessinait et ne représentait que des voitures de l’âge de 4 à 18 ans. Lorsque ses camarades de classe ont commencé à découvrir d’autres domaines d’intérêt, son cœur est resté fidèlement attaché à l’automobile avec ses lignes aérodynamiques et ses formes élégantes.

Juste avant d’obtenir son diplôme du lycée, il a appris que le célèbre ArtCenter College of Design de Pasadena ouvrait un campus en Europe, et non seulement en Europe, mais à La Tour-de-Peilz, à deux pas de chez lui. Est-ce un signe ? Il pouvait à peine contenir son excitation jusqu’à ce qu’il découvre que les frais de scolarité s’élevaient à 50 000 CHF, une somme énorme aujourd’hui, et encore plus colossale en 1985.

Sachant à quel point il aimait les voitures, ses parents ont dit qu’ils trouveraient un moyen – mais Maximilian savait que cela serait trop pour eux. Alors que tout le monde lui disait qu’il ferait un très bon ingénieur car il était si doué en maths, il s’est inscrit à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et cela aurait pu être la fin de l’histoire, mais ce ne fut pas le cas.

“J’ai perdu mon chemin, j’ai perdu la tête et je me suis retrouvé dans l’industrie horlogère”, partage-t-il avec un sourire. “Donc, quand j’ai décidé de m’attaquer à la conception automobile dans une montre, c’était énorme pour moi. C’était tout ce dont j’avais toujours rêvé.”

JOUER AVEC LES PRISMES

Il a trouvé son inspiration dans une conception folle d’Amida, appelée Amida Digitrend, une montre dévoilée en 1976, juste avant la faillite de l’entreprise. En travaillant sur une idée similaire, MB&F a utilisé un prisme en saphir qui permettait aux heures sautantes et aux minutes de s’afficher verticalement, alors qu’elles étaient en réalité plates comme des crêpes sur le dessus du mouvement. L’heure était indiquée dans une fenêtre qui ressemblait à un compteur de vitesse à l’ancienne à l’avant du boîtier, qui pouvait également être facilement consulté tout en conduisant. Contrairement à l’Amida, avec ses disques côte à côte, le design MB&F HM présente des disques les uns sur les autres, maximisant ainsi la taille des chiffres et donc la lisibilité.

L’idée ne s’arrête pas là, car la mission était de rendre les chiffres presque numériques ou électroniques. Cela a été réalisé en utilisant des disques en saphir recouverts d’une métallisation noire, laissant les chiffres transparents. Le Super-LumiNova® a ensuite été ajouté sous le disque en saphir, de sorte que la luminescence soit complètement plate, et non bombée comme elle apparaît lorsqu’elle est appliquée sur le cadran. Il est intéressant de noter que les chiffres ont dû être créés à l’envers car ils sont inversés dans le prisme.

Ce système est né avec la HM5 et ses volets d’ouverture et de fermeture qui permettaient à la lumière de pénétrer dans le mouvement pour charger la luminescence. Ces volets étaient inspirés de la conception de Marcello Gandini pour la Lamborghini Miura de Bertone, avec ses persiennes sur la vitre arrière qui donnaient à la voiture son esthétique futuriste.

Ces volets ont été abandonnés dans le modèle suivant, la HMX, au profit d’un couvercle en cristal de saphir qui offrait une vue partielle sur le mouvement en dessous. Cette pièce était inspirée d’un autre carrossier italien – Touring Superleggera – et était équipée de mini bouchons d’huile qui pouvaient être dévissés et remplis d’huiles horlogères.

Ensuite, est arrivée la HM8 “Can-Am” avec un cristal de saphir qui permettait également de voir le rotor en rotation. C’est ce mouvement, basé sur un calibre Girard-Perregaux, qui sert de base à la toute nouvelle HM8 Mark 2. La HM8 s’est inspirée des voitures Can-Am (d’où le surnom) du célèbre championnat de course canado-américain. Le design inhabituel et les arceaux distinctifs des voitures ont été la source d’inspiration pour les deux arceaux en titane de la montre.

En revanche, la HM8 Mark 2 puise son inspiration dans différentes sources, telles que l’emblématique Porsche 918 Spyder pour la forme de la carrosserie et la double bulle Zagato pour le cristal de saphir.

UNE CONSTRUCTION DE CHÂSSIS

Non seulement les codes de design de ces montres ont trouvé leur inspiration dans le monde de l’automobile, mais aussi leur construction. Ce diplôme en ingénierie n’a pas été vain pour Maximilian après tout ! Les HM5 et HM8 Mark 2 sont construites à partir d’un châssis indépendant résistant à l’eau, auquel sont ajoutés les panneaux de carrosserie de la montre, tandis que les HMX et HM8 privilégiaient une construction monobloc.

Pour la nouvelle HM8 Mark 2, ce coachwork est disponible en CarbonMacrolon® blanc ou vert britannique avec une finition mate sur le dessus et un polissage brillant sur les côtés. La version blanche est associée à un rotor vert CVD et à des index des minutes vert clair, tandis que la version vert britannique est livrée avec un rotor et un volant en or rouge, ainsi que des index des minutes turquoise. Cette version est limitée à 33 pièces.

CARBONMACROLON®

Développé spécifiquement pour MB&F, le CarbonMacrolon® est un matériau composite composé d’une matrice polymère injectée de nanotubes de carbone, qui lui confèrent une résistance et une rigidité accrues. Les nanotubes de carbone offrent une résistance à la traction et une rigidité supérieures à celles des renforts en fibre de carbone traditionnelle. Le CarbonMacrolon® de MB&F est un matériau solide, dur et peut être coloré, poli, grenaillé, laqué, satiné…

En plus de toutes ces caractéristiques, il est huit fois plus léger que l’acier, ce qui le rend extrêmement polyvalent et intéressant du point de vue technique et design.

SOUS LE CAPOT

Comme toute supercar ou hypercar, une grande partie de la technologie à l’intérieur de la HM8 Mark 2 n’est pas visuellement évidente, à commencer par le châssis en titane, extrêmement complexe à usiner. Même en acier inoxydable, cela aurait été extrêmement complexe à réaliser, mais la dureté de cet alliage a vraiment mis les techniciens de MB&F à l’épreuve.

Il en va de même pour les panneaux de carrosserie en CarbonMacrolon®, qui, en raison des petites quantités produites, ne pouvaient être usinés que dans un bloc, ajoutant ainsi une couche de complexité supplémentaire à la construction de la montre.

Une longue lignée de montres MB&F a repoussé les limites de ce qui est physiquement possible en termes de production de cristaux de saphir, et la HM8 Mark 2 ne fait pas exception. La création de ce saphir doublement courbé a atteint une complexité qui est 30 à 40 fois plus chère qu’un saphir en dôme. Un seul fournisseur a accepté de relever ce défi. Pendant les nombreuses heures nécessaires à la production de chaque cristal de saphir, le risque de casse est incroyablement élevé – et s’il doit se briser, c’est toujours au dernier moment, ce qui désespère tout le monde. Une fois solidement réalisé et installé dans la montre, il est aussi robuste que le cristal de saphir de n’importe quelle montre de sport.

Et enfin, mais non des moindres, le rotor en forme de hache de guerre qui alimente le mouvement est incroyablement complexe à fabriquer, car une des lames en or 22 carats ne mesure que deux dixièmes de millimètre d’épaisseur. Il était impossible de l’usiner, il a donc dû être estampé, avec la gravure déjà incorporée dans l’estampage.

UNE COURONNE EN AVANT-PREMIÈRE MONDIALE

Pas sous le capot, mais tout aussi cachée, une toute nouvelle couronne a été développée, dotée d’un système de “double embrayage”, pour reprendre un terme automobile. Elle fonctionne en poussant la couronne et en la tournant aux trois quarts pour la libérer. Cela permet de gagner de l’espace et de fournir une sécurité supplémentaire au système, ce qui est un véritable avantage pour une montre de sport.

La HM8 Mark 2 reprend tout ce que les fans de MB&F ont aimé dans cette série automobile au cours des 10 dernières années, et l’a rendu plus technique, plus lisible, plus sexy et plus facile à porter. Mais plus que cela, c’est un rappel que, quel que soit le stade de votre vie, il n’est jamais trop tard pour suivre vos rêves.

HM8 MARK 2 – DÉTAILS TECHNIQUES

La HM8 Mark 2 est disponible :

en titane et panneau de carrosserie CarbonMacrolon® vert, limitée à 33 pièces ;
en titane et panneau de carrosserie CarbonMacrolon® blanc.
Mouvement

Moteur horloger tridimensionnel, composé d’un module d’heures sautantes et de minutes traînantes développé en interne par MB&F, alimenté par un mouvement de base Girard-Perregaux.

Mouvement mécanique à remontage automatique.

Rotor en or 22 carats à remontage automatique.

Réserve de marche : 42 heures.

Fréquence de balancier : 28 800 alternances par heure/4 Hz.

Nombre de composants : 247 composants.

Nombre de rubis : 30 rubis.

Fonctions/indications

Heures sautantes bidirectionnelles et minutes traînantes, affichées par des prismes en cristal de saphir réfléchissant avec lentille d’agrandissement intégrée.

Boîtier

Titane de grade 5 avec panneau de carrosserie CarbonMacrolon® vert ou blanc.

Dimensions : 47 x 41,5 x 19 mm.

Nombre de composants : 42.

Étanchéité : 30 mètres / 90 pieds / 3 atm.

Cristaux de saphir

Cristaux de saphir sur le dessus, l’avant et le fond du boîtier traités avec un revêtement antireflet sur les deux faces.

Prismes en cristal de saphir réfléchissant avec lentille d’agrandissement intégrée.

Bracelet et boucle

Bracelet en cuir de veau – blanc pour le modèle vert britannique et vert pour le modèle blanc – avec boucle ardillon en titane.

Check Also

Louis Moinet Astronef Techno : Une Odyssée Horlogère Entre Art et Technologie

L’horlogerie de luxe est un domaine où l’innovation et l’artisanat se rencontrent pour créer des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *